«Les jeunes entrepreneurs sont très orientés client»

Edition numérique des abonnés

Des entrepreneurs qui ont moins de trente ans et qui ont un projet innovant en tête, les responsables d'Innovatech en rencontrent régulièrement. Même si leur nombre reste modeste : environ 10% de l'ensemble des sollicitations que cet organisme spécialisé dans le coaching en innovation pour les PME wallonnes reçoit. Cela fait une vingtaine de startupers par an. «On les aide pour des choses très diverses» explique la chargée de communication, Sarah Thielens. «Pour valider une technologie, établir un plan d'actions, expliquer la recherche de financements, etc».

La première chose qui distingue ces jeunes, c'est qu'il s'agit en général de LEURS idées. Pas celles d'un patron ou d'une société pour laquelle ils travaillent. «Ils se trouvent généralement à la base des projets. Ceux-ci consistent le plus souvent en des applications informatiques, des préparations alimentaires originales ou des objets malins du quotidien». Exemples ? Des emballages alimentaires comestibles (Do Eat), une plateforme web de conseils pour réduire ses déchets (Smogey), un jeu vidéo pour smartphone (Apocalypse Hunters), une formation à la logistique par le gaming (Drag on slide), un jardin d'intérieur pour conserver ses plantes aromatiques (4Senses)...

«A priori tous ces domaines ne réclament pas trop d'expérience ni de moyens financiers au démarrage, analyse Sarah Thielens. C'est logique, vu que ces trentenaires sont en début de carrière. Ces projets ont aussi une dimension commerciale explicite. Les membres de la génération Y semblent plus orienter «client» que leurs aînés. Par exemple, ils pensent automatiquement à l'e-commerce. Ce n'est pas le cas des PME plus anciennes. Enfin, beaucoup de leurs projets ont aussi une dimension écologique».

Ouverts aux changements mais la médaille a un revers…

Et sur la manière d'agir, y a-t-il des différences ? «On constate que ces jeunes entrepreneurs réagissent très vite aux conseils. Ils sont ouverts aux changements qu'on leur propose. Ils veulent apprendre et n'hésitent jamais à demander des informations. De la même manière, se présenter n'est pas un problème pour eux. Aujourd'hui, expliquer son projet à un partenaire ou à un investisseur, cela passe par un pitch. On voit qu'ils sont bien rodés à cet exercice. Même si, parfois, cela manque de fond...»

Car il y a un revers à cette extraversion. «Beaucoup croient maîtriser tel ou tel aspect du développement de leur produit, après une simple explication avec nos coachs. Et si quelque chose bloque, ils pensent souvent qu'ils peuvent vite trouver une solution, via des amis ou un tutoriel sur YouTube... Cependant l'innovation, c'est bien plus que cela. C'est compliqué et long. Le temps, voilà un dernier paramètre qu'ils n'intègrent pas suffisamment. C'est sans doute le principal message à retenir : l'innovation est un processus lent».

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La campagne #anti2010 qui sévit en France trouve peu d’écho chez nous, pour l’instant en tout cas.

    Pourquoi le mouvement «#anti2010» ne prend pas chez nous

  2. Justin Trudeau aura beaucoup de mal à tenir ses très coûteuses promesses de campagne.

    Elections au Canada: Justin Trudeau, la victoire en perdant

  3. Joe Biden et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres

    Assemblée générale de l’ONU: la crise couve entre Europe et Etats-Unis

La chronique
  • La chronique «Comme on nous parle»: il n’était pas une fois

    C’est une fille qui parle anglais sur internet. Tapez son nom, vous verrez : Shauna Dewit. Elle a 22 ans, elle est belge, francophone, elle vit à Hal et étudie à Bruxelles dans une grande école de cinéma, en néerlandais. Elle est trilingue, peut-être même plus, on ne sait pas, on ne l’a jamais rencontrée. On lui a écrit sur Tik Tok (1,2 million d’abonnés) et sur Instagram (369.000), elle n’a jamais répondu. Les messages ont dû se noyer dans la masse.

    La masse, ce sont principalement des hommes, très amoureux. Ils la trouvent jolie, oui, avec sa jeunesse, ses longs cheveux ondulés, ses yeux verts en amandes, ses fossettes, ses grandes dents blanches, ses taches de rousseur, ses petites grimaces trop mignonnes… Mais ce qui les rend dingues, littéralement dingues, dingues à crever, dingues à se fracasser la tête contre l’écran de leur smartphone, c’est son accent.

    Paraît qu’un francophone qui parle anglais, y a rien de plus sexy. Vos ami.e.s british vous l’ont sûrement déjà dit. Mais Shauna ! Shauna ! Shauna, son accent, c’est...

    Lire la suite

  • La grande gayole du covid wallon

    A quelques encablures de la phase du « chacun décide pour lui-même », c’est déjà l’opacité qui règne. En Wallonie du moins, car à ce stade, on a l’impression qu’il y a désormais trente-six niveaux de prises de décisions qui se penchent sur la manière de combattre la reprise du covid dans le sud du pays, et plus grand monde qui sache à quel saint se vouer.

    C’est sans doute un brin exagéré mais ce lundi il y avait à tout le moins de l’énervement dans l’air, tant le « qu’est-ce qu’on fait...

    Lire la suite