Bayern-Leipzig: Lewandowski contre Werner, le duel ultime des cannoniers

Robert Lewandowski
Robert Lewandowski - Photo News

Si le Bayern s’impose, il reléguera le RB à quatre points après 21 journées. Les statistiques parlent en faveur du champion en titre: en neuf confrontations à ce jour, Leipzig n’en a remporté qu’une seule, à domicile.

Les deux équipes compteront sur leurs fines gâchettes. En 20 journées cette saison, Lewandowski a marqué 22 fois pour le «Rekordmeister», Werner 20 fois pour les «Taureaux Rouges». Dans les cinq grands championnats européens, seul Ciro Immobile fait mieux, avec 25 buts en 22 matches de Serie A avec la Lazio de Rome.

— Deux joueurs différents -

Les deux hommes ont des profils de joueurs totalement différents. Rummenigge, le patron du Bayern Munich, aime répéter que «Lewy est le meilleur numéro 9 du monde». Le Polonais est de fait un avant-centre typique, un renard des surfaces capable de marquer dans n’importe quelle position en une touche de balle.

Werner est un joueur plus polyvalent, un milieu offensif à la Cristiano Ronaldo, qui n’est pas systématiquement positionné au centre. Comme CR7, son arme fatale est sa vitesse (il est beaucoup plus rapide que Lewandowski), qui lui permet de convertir en buts à Leipzig les transitions rapides que son équipe affectionne.

«On disait de moi auparavant que je n’arrivais à marquer des buts que lorsque j’avais de la place», reconnaît Werner, «mais je suis devenu meilleur dans les petits espaces».

— Lewandowski: records et exploits -

A 31 ans, le fer de lance du Bayern a évidemment un CV plus étoffé que son rival de 23 ans. Sept fois champion d’Allemagne, il a marqué 224 buts à ce jour en Bundesliga, dont il a été quatre fois meilleur buteur, toujours avec le Bayern.

Son record personnel sur une saison est de 30 buts en 2015-2016, mais il est parti depuis août sur des bases bien supérieures. Et Rummenigge estime qu’il pourrait menacer le record historique de 40 buts, établi par le légendaire Gerd Müller en 1971-72.

«Je dois le confesser... Je suis accro au fait de marquer des buts», avait tweeté le Polonais en novembre, juste après avoir inscrit le quadruplé le plus rapide de l’histoire de la Ligue des champions, en 14 minutes et 31 secondes lors de la victoire du Bayern 6-0 contre l’Etoile rouge de Belgrade.

Deux autres exploits incroyables ont marqué sa carrière: un soir de 2013, il a quasiment éliminé à lui seul le Real Madrid de la Ligue des champions, avec un quadruplé sous le maillot de Dortmund (4-1) en demi-finale aller. Le Borussia échouera ensuite en finale contre le Bayern (2-1).

En septembre 2015, devenu munichois entretemps, il a marqué le quintuplé le plus rapide de l’histoire de la Bundesliga, en moins de... 9 minutes contre Wolfsburg en championnat.

— Werner: l’humilité de l’apprenti -

Timo Werner, lui, ne compte «que» 83 buts en Bundesliga, où il n’a vraiment explosé qu’à son arrivée au RB Leipzig en 2016, à l’âge de 20 ans, après des débuts à Stuttgart. Il n’a jamais encore été sacré meilleur buteur, mais n’est déjà plus cette saison qu’à un but de son record personnel, 21 réalisations, établi en 2016-17.

A quelques jours du choc contre le Bayern, le jeune Allemand joue l’humilité. Lewandowski? «Le meilleur attaquant du monde!», a-t-il dit dans une interview au magazine Kicker publiée cette semaine.

«Nous ne pouvons pas nous permettre l’arrogance de croire que nous sommes favoris», ajoute-t-il. «Individuellement, la qualité des joueurs du Bayern ou de Dortmund est supérieure à la nôtre.»

Mais, ajoute-t-il, «de grands buteurs comme Suarez ou Lewandowski n’étaient pas à 23 ans au niveau qu’ils ont atteint à 28 ans. J’ai encore du temps pour m’améliorer».

Dimanche, il tient une occasion de faire regretter aux Bavarois d’avoir renoncé à la recruter la saison dernière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite