Accueil Sports Football

Étouffée par les affaires, la Fifa cherche un ballon d’oxygène

Ce vendredi, 207 fédérations élisent le successeur de Blatter, nº1 de 98 à 2015, qui a renoncé après sa réélection.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 4 min

Pour la Fifa, le scrutin de ce vendredi à Zurich, qui risque de se prolonger sur plusieurs tours, n’est pas qu’une simple élection. Rattrapée, voire dépassée, par les scandales à répétition de ces 9 derniers mois, la vénérable institution, 112 ans bientôt, joue sa survie. Et sa pérennité dépend autant si pas plus des réformes en profondeur qu’elle voudra bien subir que de l’homme qui présidera à leur exécution. Certains observateurs assidus mettent en doute toutefois cette révolution de palais, signalant qu’aucun des 5 candidats en lice ne saurait amener cette rupture franche et abrupte avec le passé sulfureux de la Fifa et encore moins le Cheikh Salman, un des deux favoris, dans le collimateur des associations humanitaires pour avoir bafoué les droits de l’homme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs