Chercher du travail comme on cherche l’amour

Edition numérique des abonnés

Chercher un nouveau boulot, ce n’est jamais vraiment amusant. Surfer sur un site, créer son profil, son CV, postuler… et attendre. Avec SWOP, contraction de « swipe » et « jobs », trouver un boulot se fait de la même façon que sur Tinder, la célèbre application de rencontres. « L’idée générale était de lancer une plateforme qui enlève toute la frustration de la recherche d’emploi. Aujourd’hui, ils postulent en ligne et n’ont pas de nouvelles de l’entreprise », explique Lieven Van Nieuwenhuyze, Directeur Marketing Accent Jobs.

Faciliter la recherche d’emploi et offrir une expérience utilisateur

L’agence de recrutement et de sélection est aussi partie du constat que 60% de son trafic venait du mobile. « Les gens, principalement les jeunes, utilisent de plus en plus leur smartphone pour chercher un emploi. Une application était donc la meilleure solution pour offrir la meilleure expérience utilisateur », ajoute-t-il. Avec 90.000 téléchargements et 22.000 utilisateurs actifs, les Swoppeurs, l’app est un succès. Car elle offre des fonctionnalités simples, comme sur Tinder. Le job ne vous intéresse pas ? On swipe à gauche. Vous êtes tenté ? Comme sur l’application de rendez-vous, on découvre le profil de l’annonce et on swipe ensuite à droite pour postuler. Tout est automatique, pas besoin d’insérer son CV en PDF ou d’écrire une lettre de motivation.

Un suivi et une réponse garantis en 24 heures

Là où SWOP marque aussi sa différence, c’est dans le suivi qu’elle offre. « Dans les 24 heures, le postulant sera contacté par quelqu’un de chez nous, pour un premier contact et un screening. Nous allons ensuite ensemble chez le client, car tout le monde n’est pas forcément capable de bien se vendre ». Une autre particularité de l’application, c’est le CV vidéo, que SWOP renomme même CV Karaoké. « Ce n’est pas encore dans notre culture en Belgique d’enregistrer des vidéos dans la recherche d’emploi. Ce sont surtout les personnes à la recherche d’un job de vendeur ou de réceptionniste qui le font ». Toujours est-il que l’application, après avoir répondu à quelques questions, propose un texte à réciter lors de l’enregistrement de sa vidéo. Comme dans un karaoké donc.

L’employeur touche plus facilement les Millennials

Et de l’autre côté de la barrière, quels sont les avantages ? « Actuellement, il est très difficile pour les entreprises de trouver la bonne personne pour un emploi. Nous offrons une expérience et nous nous chargeons de tout, de la publication de l’annonce au rendez-vous avec l’employeur en passant par le screening ». Surtout, SWOP permet aux employeurs d’être en contact avec les Millennials. « La moyenne d’âge des utilisateurs est de 28 ans ». L’application, facile à utiliser, ne peut en effet que les convaincre. Reste à savoir s’ils passeront autant de temps à trouver un travail qu’à trouver l’amour.

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Passera, passera pas le pass en Wallonie?

    La Wallonie se tâte sur le pass sanitaire alors que l’épidémie s’accélère

  2. Merkel incarne cette stabilité à laquelle aspirent les Allemands.

    L’Allemagne de Merkel: on retiendra son style, pas sa politique

  3. FILES-US-EU-BRITAIN-POLITICS-TRAVEL

    Les portes des Etats-Unis s’ouvrent aux voyageurs internationaux vaccinés

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles: le vaccin, signe d’un grand écart

    Les douze communes les moins bien vaccinées du pays sont… bruxelloises. Chez les 12-17 ans, le taux de vaccination est de 31 % dans la capitale, contre… 83 % en Flandre, 59 % en Wallonie. Pas une statistique pour sauver la Région bruxelloise, pas une tranche d’âge qui se distingue, pas vraiment une commune qui sort du lot (même la meilleure de la classe, Woluwe-Saint-Pierre, dépasse à peine les 65 %). Au total, à peine 54 % de la population totale a déjà reçu une première dose (80 % de Flamand(e)s et 69 % de Wallon(ne)s).

    Des efforts pas toujours payants

    Pire, de semaine en semaine, les chiffres stagnent, forçant les autorités à repousser les objectifs. A la veille des vacances, on visait encore 65 % de vacciné(e)s chez les plus de 18 ans pour la mi-juillet. A la rentrée, on espérait les 65 %, de la population totale cette fois, protégée pour fin octobre. Tenable moyennant un rythme...

    Lire la suite

  • Vaccination: de la difficulté de finir un marathon

    C’était il y a moins d’un an à peine. Fin 2020, le pays lançait sa campagne de vaccination contre le covid et illico, les premières critiques fusaient. Pas assez de doses, rythme d’injections ridicule, querelles partisanes autour de la localisation des centres de vaccination… : pour d’aucuns, on allait voir ce qu’on allait voir, la Belgique allait rester la risée du monde comme elle l’était depuis mars 2020.

    On allait...

    Lire la suite