Accueil Opinions Chroniques

Crise fédérale: tous les ingrédients qui ont donné le Brexit réunis pour produire un Vlexit

Le quotidien flamand « De Standaard » demande à Béatrice Delvaux de livrer chaque mois un essai. Cette semaine, l’éditorialiste en chef du « Soir » évalue les risques d’un Brexit à la belge, compte tenu de l’imbroglio politique qui mine notre pays.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

C’est bizarre la Belgique. Jamais le chaos n’a été aussi fort ou en tout cas l’imbroglio politique aussi surréaliste, et jamais l’intérêt d’un côté du pays pour l’autre et vice versa n’a semblé aussi grand.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

30 Commentaires

  • Posté par Meersman Olivier, lundi 10 février 2020, 16:37

    "Une campagne de longue durée, avec la Wallonie dans le rôle de l’Europe, est à l’œuvre depuis des années au nord du pays" Au niveau politique c'est sur mais aussi loin que je me rappelle, et j'ai plus de 50 ans, j'ai toujours entendu "les gens" se moquer des (je cite) : "flamins". Cela m'a toujours scandalisé car lors de chaque vacances ou séjour que je passais à la côte, tous les commerçants parlaient un français au minimum compréhensible. Après il ne faut pas s'étonner que celui à qui on lance une pierre manifeste un jour son ras-le-bol et se rebiffe.

  • Posté par Jules Vandeweyer, lundi 10 février 2020, 10:26

    Vlexit, ce ne sera pas demain. Depuis 1970, deux partis en Flandre chantent sur tous les tons qu'ils veulent leur indépendance. Mais, ils savent que 1° c'est pratiquement impossible, inextricable 2° Ils ne peuvent revendiquer Bruxelles (91% des déclarations fiscales en français) 3° la Wallonie et Bruxelles sont leur meilleur client (les patrons flamands qui pilotent la NVA se garderont bien de réclamer la scission. D'ailleurs, maintenant, la NVA ne réclame plus ouvertement l'indépendance, elle espère juste garder les bijoux de famille). Ce qui est inquiétant, ce sont les jeunes qui sont séduits par les partis populistes, voire fascistes ou racistes (quoi qu'en dise A. Chalet). 500.000 likes pour Van Grieken, 160.000 "seulement" pour BDW. La surenchère va continuer...

  • Posté par Verbergt Charles, mardi 11 février 2020, 14:33

    Bah ... une citation à méditer peut-être : - "Un gouvernement qui déshabille Pierre pour habiller Paul peut toujours compter sur le soutien de Paul ". (GB. Shaw)

  • Posté par Deckers Björn, lundi 10 février 2020, 10:45

    Vous avez tout à fait raison sur l'aveuglement de certains matérialisé dans le commentaire inconséquent de M. Chalet. On sait ce qu'il arrive quand on commence à relativiser l'extrême droite. Si M. Chalet le VB est un parti raciste, fasciste, très clairement, et la NVA en choisissant de se vautrer dans la thématique migratoire avec démagogie n'est plus qu'un sas d'entrée au VB, le paillasson du VB. La semaine dernière, l'Allemagne elle pour avoir payé de son histoire ce genre de confusion vaseuse, s'est reprise. Elle a mis fin en 24 heure au retour de cette immorale alliance. Un sursaut est nécessaire, dans la classe politique et dans les esprits.

  • Posté par Delpierre Bernard, dimanche 9 février 2020, 16:39

    Le recours aux élections toujours possible ne fera que confirmer les tendances à la rupture d'un pays constamment réduit par la volonté du Nord et depuis des décennies à quelques fonctions régaliennes qui s'amenuisent telle une peau de chagrin (quoique aussi à un gros morceau de la sécurité sociale).Cessons d'être naïfs ce qui tient aussi la Belgique , c'est Bruxelles, ville à l'origine flamande ainsi que ses alentours et dont le mouvement flamand au sens large n'a jamais digéré la francisation progressive...Sans cela, il y a déjà des lustres que la séparation aurait été réalisée aussi avec l'apport de partis dits modérés, lesquels d'une seule voix avaient voté au parlement flamand en 1997 une motion pour le confédéralisme (version teintée d'hypocrisie puisque cela requiert une séparation préalable pour ensuite reprendre en commun certains fonctions limitées au strict nécessaire). Comment sortir de cette paranoÏa qui enferme les partis flamands dans une pensée de reconquête de Bruxelles alors que l'anglais ayant supplanté le français dans tous les domaines économique et financier , leur combat s'apparente à celui inutile des carabiniers d'Offenbach...A moins que le fossé idéologique qui ne cesse de croître soit la raison majeure et rende impossible toute constitution d'un gouvernement alors que le déficit croît et que la CE réclame un budget sérieux...

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs