4 employés sur 10 vont quitter leur entreprise

4 employés sur 10 vont quitter leur entreprise

Attention cependant aux interprétations hâtives explique Olivier Witmeur, professeur d'Entreprenariat à la Solvay Brussels School. Leur comportement serait moins le résultat d'un trait de caractère que d'un contexte bien particulier : “La loyauté par rapport aux employeurs a explosé avec la crise, en voyant que, malgré les discours, pour la majorité des entreprises, la question financière passe quand même avant. Et puis, la deuxième chose, c'est la vitesse. Aujourd'hui, tout va vite, dans le travail comme dans les autres domaines.”

Alors, que faire pour limiter cette fuite des cerveaux ? Proposer une rémunération plus attractive évidemment. D'après le cabinet d'études, ce serait encore la priorité numéro 1 pour 63 % des répondants, 75% même si on se concentre sur la Belgique. Jusque-là, rien de très original par rapport à la génération précédente. Sauf que, contrairement à leurs aînés, les employés de la génération Y ne se contenteraient pas d'un gros salaire. “D'un côté, nécessité fait loi et l'argent compte, maintenant si vous leur montrez Mark Zuckerberg ou Ingvar Kamprad d'Ikea, aucun des deux ne les fait vraiment rêver”, explique Olivier Witmeur.

La plupart des Millennials rechercherait aussi un environnement de travail convivial et positif, de la flexibilité et des opportunités d'apprentissage. Exit les hiérarchies figées et les traditionnels horaires de bureau. Place au télétravail, au feedback quotidien et aux formations sur mesure. 55 % des 25-35 ans désireux de rester plus de 5 ans dans la même entreprise considèreraient que celle-ci a accru la flexibilité au cours des trois années précédentes. C'est 27 points de plus que la moyenne. “Ce sont les employés plus avancés dans leur carrière surtout, avec des enfants, qui sont intéressés par la flexibilité au niveau du temps et du lieu de travail, alors que les plus jeunes préfèrent, pour être un peu caricatural, qu'il y ait une chouette cafétéria. Au niveau des fonctions en revanche, c'est différent, ils veulent que ça change tout le temps. Cette tendance s'accélère”, ajoute le professeur.

A garder à l'esprit aussi : d'après l'étude, le degré de diversité au sein de l'entreprise importe pour fidéliser les Millennials. La mixité est peu citée parmi les motivations pour choisir un employeur mais, dans les faits, plus l'équipe et le management reflètent la société, plus les employés tendraient à rester. Autant de pistes à explorer pour motiver ses troupes.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite