Grands clichés sur les Millennials au boulot

Grands clichés sur les Millennials au boulot

D’ici 2020, un tiers de la population active mondiale sera issu de la génération Y, selon une enquête effectuée par ManPower. La population qui fera tourner le monde en quelque sorte et qui est souvent critiquée par ses aînés, que ce soit la génération X ou les papy-boomers. Pas assez portés sur le travail, peu ambitieux et prêts à quitter leur emploi à tout moment. Est-ce vrai ? Tentative de décryptage.

La génération Y plus intéressée par sa contribution au travail

Fainéante et peu intéressée par le travail la génération Y ? Elle a plutôt d’autres priorités que ses aînés en ce qui concerne le boulot. Ce qu’un Millennial cherche le plus dans son environnement de travail, c’est apporter une contribution positive (35%), travailler avec des personnes enrichissantes (25%) et être reconnu comme un expert dans son travail (15%). C’est plutôt le goût du leadership qui ne l’intéresse pas comme le montre toujours cette étude de ManPower. Seulement 3% d’entre eux veulent accéder au sommet de leur entreprise et à peine… 1% souhaitent gérer une équipe.

Une autre vision du travail et de la vie

Pourquoi les Millennials ont-ils une vision si différente ? Parce que le monde a changé. Il n’est plus prospère mais en crise, on ne parle plus d’emploi stable ou de « bonne place » mais d’emploi à trouver et (re)trouver, de confrontation à la pression du résultat. Ce que les Millennials recherchent, c’est l’épanouissement au travail et le moment présent. Selon une étude AXA, 55% de la génération Y ne pense pas encore à la retraite… mais ont conscience qu’ils travailleront sans doute jusqu’à leurs 67 ans. Le travail c’est la vie ? 80% d’entre eux souhaiteraient pourtant arrêter leur carrière avant leur retraite. Et 34% des personnes interrogées se sentent insatisfaites au bureau.

La génération Y, incomprise par les employeurs

Si les Millennials se sentent insatisfaits, c’est aussi parce qu’ils sont incompris par leurs supérieurs. Une autre enquête réalisée par l'association professionnelle des agences belges de communication et Trendwolves démontre que77% d’entre eux préfèrent évoluer dans une structure horizontale que verticale, tout en ayant des possibilités d’évolution au niveau supérieur. Ambitieux, ils sont aussi 77% à vouloir progresser et souhaitent majoritairement (80%) le faire chez leur employeur actuel.



Alors, pas si peu intéressée par le travail la génération Y non ? Et si c’était la génération X et les papy-boomers qui devaient s’adapter à celle-ci ?

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Illu_SalairesWEB (1)

    Baromètre de la relance: augmenter les salaires pour relancer l’économie?

  2. PETRA DE SUTTER

    Les Racines élémentaires de Petra De Sutter: «A l’adolescence, je me sentais coupable, mauvaise, différente, isolée, seule, pas comprise»

  3. Sabine Stordeur: «Avoir un choc anaphylactique la première semaine, c’était notre hantise!»

    Mesures contre le coronavirus: «La tendance n’est pas au relâchement»

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Vers des soins de santé durables en Belgique? Un monde en mutation»

    La pandémie de Covid a cruellement mis en évidence les dysfonctionnements de notre système de soins de santé. Si les soignants de terrain se sont jetés corps et âme dans la lutte contre la maladie, ils ont rarement eu les moyens d’y faire face adéquatement et en sécurité. Les conséquences pour la population sont énormes. La complexité de notre fameuse « lasagne institutionnelle », le sous-financement des soins et l’absence d’anticipation de crises sanitaires pourtant prédites par de nombreux spécialistes, y ont largement contribué. Il semble qu’actuellement, la volonté politique de remédier à ces difficultés existe. Le temps est donc venu d’ouvrir le débat sur les objectifs et l’organisation des soins de santé du futur (proche).

    Par ailleurs, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour demander que nous prenions collectivement la mesure de l’avertissement sévère que nous adressent l’...

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite