« Brûler du cash », derrière l’écran de fumée

« Brûler du cash », derrière l’écran de fumée

Il n’y a pas de fumée sans feu : une start-up qui brûle du cash consomme plus de ressources financières qu’elle n’en produit. Bref, elle perd de l’argent. En effet, le cash burn représente les sommes dépensées pour assurer la continuité des activités. En d’autres mots, sa consommation mensuelle de liquidités. Plus concrètement encore ? L’argent qui s’envole chaque mois de son compte bancaire pour compenser l’absence ou l’insuffisance de rentrées. Mais ce phénomène n’est pas l’apanage des start-up. Tesla, par exemple, le fleuron d’Elon Musk, continue de consumer de l’argent au rythme effréné de 7.430 $ par minute. Même « incendie » chez Uber, qui n’a pourtant plus rien d’une start-up mais ne génère toujours pas de bénéfices. Mais revenons aux jeunes pousses : pourquoi les associe-t-on à des machines à brûler du cash ?

Dépenser pour gagner… un jour !

Une start-up est par essence un projet incertain. Un pari risqué. Une fuite en avant, dans l’espoir de trouver un produit ou un service innovant. Pendant ce temps, il faut payer un loyer, des marchandises, des salaires ou un développement informatique. Résumons : pas ou peu de revenus, mais des frais à couvrir. C’est le premier défi de l’entrepreneur : tenir le coup pendant cette période… indéterminée. Mais ce n’est pas tout : après cette phase de recherche, le contre-la-montre s’accélère. Il faut grandir vite, conquérir des clients et générer des revenus. Une course à la croissance, souvent synonyme de pertes accumulées. C’est logique, mais combien de temps durera cette traversée du désert, jusqu’au jour fatidique où la start-up sera rentable? La lumière au bout du tunnel peut prendre des années à se manifester. Et en attendant, il faut du cash… « brûler du cash » pour continuer à avancer.

Lever des fonds, miroir aux alouettes ?

Cash is king, dit-on souvent. Et pour cause, une start-up ne vit pas que de belles idées, d’amour et d’eau fraiche. Il faut des fonds. C’est là qu’entrent en scène les investisseurs de tous bords. Mais une start-up peut lever des millions et finir par « brûler la maison », comme cela s’est produit pour Take It Easy. Pourquoi ? Parce qu’elle ne parvient pas à maîtriser ses coûts ou à générer suffisamment de rentrées. Voire les deux. Les millions levés finissent donc par partir en fumée… Et lorsque les caisses sont vides, soit l’entrepreneur convainc les pourvoyeurs de fonds de remettre le couvert, soit il ne lui reste que les braises de sa start-up pour pleurer. Ce n’est donc pas un hasard si les investisseurs potentiels s’intéressent de près au « burn rate » de la jeune pousse, à savoir l’indicateur de la vitesse à laquelle elle perd de l’argent ou, autrement dit, le nombre de mois qu’elle peut encore tenir à ce rythme... Brûler du cash, sans se brûler les ailes, voilà le défi.

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dès le lundi 13 septembre, la présence dans les lieux d’apprentissage redevient la règle de base pour tous les étudiants et les tous les professeurs de toutes les années.

    Enseignement supérieur: la rentrée se fera à 100% en présentiel

  2. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, est sous pression au sommet européen: il a été sommé de s’expliquer et appelé à revoir le texte de sa nouvelle loi controversée.

    Orban et l’UE: chronique d’une dérive annoncée

  3. Le variant delta a poussé le Premier ministre anglais, Boris Johnson, à reporter d’un mois la dernière phase de déconfinement.

    Coronavirus: faut-il craindre une percée du variant delta en Belgique?

La chronique
  • La chronique «Vous avez de ces mots»: de la piste cyclable à la {cyclostrade}

    Le week-end dernier, une association de défense des intérêts des cyclistes organisait une action le long de la Nationale 4 pour obtenir une voie cyclable sécurisée entre Namur et Wavre. Le communiqué de presse précisant cette revendication emploie une terminologie peu familière du grand public : il y est question d’un « corridor vélo ».

    Un corridor vélo  ? Que le grand Gracq me croque si j’entends ce charabia ! Faut-il comprendre qu’il s’agira d’un couloir couvert ? Ou d’une bande de territoire permettant à d’infortunés cyclistes de sortir de leur enclave ? Sans compter une syntaxe brinquebalante, qui laisse tomber sa préposition sur un tronçon pavé – pardon, un corridor pavé.

    Vous l’avez compris : il est temps pour votre chroniqueur de mouiller son maillot pour la bonne cause. Foin du corridor vélo, place à… Oui, mais… place à quoi au juste ?...

    Lire la suite

  • La FGTB maintient son unité sur la promesse d’un automne social

    On a senti le souffle. Celui du boulet qui menaçait l’accord social du 8 juin. Et celui du soulagement, à l’issue du bureau fédéral de la FGTB, ce jeudi soir. Parce qu’un changement de position aurait été catastrophique à plus d’un titre.

    Pour les 70.000 salariés qui, dès avril 2022, bénéficieront des hausses du salaire minimum. Pour la concertation sociale « à la belge », un temps ragaillardie par l’accord intervenu ce 8 juin entre patrons et syndicats. Pour le syndicat socialiste, enfin,...

    Lire la suite