Accueil Opinions Éditos

Crise politique: c’est bizarre la Belgique…

La crise politique grave que nous vivons aujourd’hui résulte d’une longue fuite en avant, chacun dans son couloir, dont les deux camps, flamand et francophone, portent la responsabilité.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

C’est bizarre la Belgique. Jamais le chaos n’a été aussi grand, ou en tout cas l’imbroglio politique aussi surréaliste, et jamais l’intérêt d’un côté du pays pour l’autre n’a semblé aussi intense.

Le chaos ? Il est patent quand le CD&V, parti royaliste par essence, détenteur du pouvoir de conseil auprès du souverain depuis des générations, flingue lui-même l’habitant du palais royal en même temps que son meilleur homme sur le terrain (Koen Geens). Il est béant quand on constate après tant de mois à quel point PS et N-VA, les deux principaux partis du pays, n’ont aucune envie fondamentale de faire « gouvernement », comme le prouve à nouveau le coup de sonde que nous avons fait auprès de dix dirigeants socialistes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, jeudi 13 février 2020, 18:36

    C'était bizarre la Belgique ...

  • Posté par Chalet Alain, lundi 10 février 2020, 11:10

    Merci Madame Delvaux, cette fois-ci votre analyse est objective.

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 8 février 2020, 18:46

    Voilà que Mme B.D. nous présente ses lettres de créance et parle d'elle à la troisième personne (!!!). C'est bien de se sentir reconnu par ses pairs, ça implique nombre de qualités partagées. So what ? A qui cet éditorial est-il réellement destiné ? Est-ce un appel à une extension du réseau, genre : "élite de toute la Belgique unissez-vous contre l'incurie de la politique fédérale" ? Est-ce une coquetterie ? Nous verrons bien ...

  • Posté par Chalet Alain, lundi 10 février 2020, 11:14

    Elle parle d'elle à la troisième personne? Non, au pluriel de la première personne. Et encore, il ne faut pas comprendre cela comme étant le "nous" majestatif, mais comme désignant Le Soir par l'ensemble de ses collaborateurs.

  • Posté par Theys Jos, samedi 8 février 2020, 14:12

    Un Delvaux coûte très cher, et ça peut enjoliver un mur ou animer une soirée.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs