Le coronavirus pourrait aussi se transmettre par voie fécale

Le coronavirus pourrait aussi se transmettre par voie fécale
AFP

La diarrhée pourrait être une voie secondaire de transmission du nouveau coronavirus, ont indiqué des scientifiques vendredi suite à la publication de la dernière étude faisant état de patients avec des symptômes abdominaux et des selles liquides.

La voie primaire de contamination serait celle des gouttelettes chargées de virus émanant de la toux d’une personne infectée. Les chercheurs ayant travaillé sur les premiers cas ont toutefois dit s’être concentrés sur les patients avec des symptômes respiratoires, et qu’ils pourraient donc avoir négligé ceux liés au système digestif.

14 patients sur 138 (10%) dans un hôpital de Wuhan qui étaient étudiés dans le nouvel article d’auteurs chinois dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) avaient initialement diarrhée et nausée un ou deux jours avant le développement de fièvre et de problèmes respiratoires.

Le premier patient américain diagnostiqué avec le 2019-nCoV a aussi eu des selles liquides pendant deux jours et le virus a ensuite été détecté dans ses selles. Des cas similaires en Chine ont été documentés dans la revue The Lancet, mais sont peu fréquents.

«Il est important de noter que le 2019-nCoV a été rapporté ailleurs dans les matières fécales de patients avec des symptômes abdominaux atypiques, similaires au SRAS qui se trouvait aussi dans l’urine, suggérant une voie de transmission fécale», a dit William Keevil, professeur à l’Université de Southampton, dans un commentaire au Science Media Centre du Royaume-Uni.

Cette possibilité n’est pas vraiment une surprise pour les scientifiques, puisque le nouveau virus appartient à la même famille que le SRAS.

La transmission par voie fécale du SRAS a contaminé des centaines de personnes dans un complexe résidentiel de Hong Kong en 2003. De l’air chaud venant de salles de bain avait contaminé plusieurs appartements, et avait été transporté par le vent vers des immeubles adjacents.

>Coronavirus: une nouvelle souche du virus pourrait aussi se propager par la digestion

Sur la base des recherches, «le 2019-nCoV retrouvé dans les selles pourrait se transmettre par voie fécale», selon Jiayu Liao, bioingénieur à l’Université de Californie.

Mais, dit-il à l’AFP, «nous ne savons pas encore combien de temps ce virus peut survivre en dehors du corps (...) et à quelle échelle de température le 2019-nCoV est sensible».

La voie fécale pourrait présenter de nouveaux défis pour l’endiguement du virus, mais pourrait être davantage un problème dans les hôpitaux, qui peuvent devenir des «amplificateurs» d’épidémies, selon David Fisman, épidémiologiste à l’Université de Toronto.

Benjamin Neuman, expert virologue à la Texas A&M University-Texarkana, met toutefois en garde: «les gouttelettes et le fait de toucher des surfaces contaminées puis de se frotter les yeux, le nez ou la bouche» sont probablement la principale voie de transmission du virus, sur la base des données actuelles.

Lire aussi Tableaudebord1

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • neuracle

    Par Rafa de Miguel (El País)

    Lena

    «Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»

  • Foto_elvira_expresso_2011_pequena_36

    Par Javier Martin del Barrio (El País)

    Lena

    Elvira Fortunato, la scientifique portugaise qui a créé la micropuce en papier

  • L’île Eagle le 4 février (à gauche) et le 13 février.

    Par Tomasz Ulanowski (Gazeta Wyborcza)

    Lena

    La fonte fulgurante des glaces de l’Antarctique

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite