Fed Cup: Kirsten Flipkens gagne le 3e point contre Zarina Diyas et qualifie la Belgique pour la phase finale

photo news
photo news

Au lendemain d’une rencontre remportée non sans se faire peur, Elise Mertens a connu une entrée en action bien plus performante dans le duel des N.1, face à une Yulia Putintseva toujours aussi nerveuse et auteur de quelques gestes de mauvaise humeur vers le public. Trois breaks, quatre aces et le premier set était bouclé en une demi-heure. Le deuxième s’avérait plus disputé, la faute à trois balles de break manquées à 2-0 et à un baroud d’honneur de la Kazakhe. Au tie break, la Limbourgeoise haussait le rythme et s’offrait un récital pour redonner l’avantage à la Belgique (6-1, 7-6).

La double défaite face à la France il y a un an à Liège n’est plus qu’un mauvais souvenir. Elle qui n’avait jamais gagné le moindre match sur le sol belge, elle a fait honneur à son rang dans un SC Lange Munte surchauffée.

« En confiance grâce à Elise »

« Tout comme hier, ce match a été difficile. J’ai affronté deux bonnes joueuses, avec un style de jeu certes différent. Je devais mieux rentrer dans la rencontre, mieux construire les points et c’est ce que j’ai fait. Je suis très contente de mon niveau, spécialement lors du premier set, où elle n’a pas réussi à trouver de solutions pour contrer mon jeu. Elle l’a mieux fait au deuxième set, j’ai perdu davantage de jeux, c’était beaucoup plus serré, mais au final je m’en suis sortie », se réjouissait Elise Mertens, avant de prévenir : « J’espère que ça se passera bien pour Kirsten mais je suis prête à enchaîner avec le double si c’est nécessaire. »

Cela ne l’a pas été. Lancée dans les meilleures conditions, Kirsten Flipkens, préférée à une Ysaline Bonaventure inconsolable jusqu’au point de la qualification, a rendu une très belle copie. La Campinoise ne s’est pas contentée d’abuser de son slice si caractéristique, elle a offert un joli panel de coups et une présence au filet par moments impressionnante. Zarina Diyas retrouvée sans solutions et a rapidement montré des signes d’agacement. « Et pourtant, si je suis honnête, je dois vous avouer que j’étais un peu nerveuse lors des quatre premiers jeux. Mais j’ai bien servi, ce qui était important. Et la victoire d’Elise m’a donné beaucoup de confiance. Cette victoire me fait du bien », analysait Kristen Flipkens.

Mission accomplie et direction Budapest à la mi-avril pour la phase finale de cette Fed Cup. Avec des ambitions bien légitimes !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous