Le télétravail dans votre PME, une bonne option pour votre équipe ?

Le télétravail dans votre PME, une bonne option pour votre équipe ?

« Du télétravail dans une start-up ou une petite entreprise ? ». L’idée peut paraître saugrenue dans les petites structures tant le travail renforce les liens entre les membres d’une équipe. Le travail à domicile fait pourtant partie aujourd’hui d’une culture d’entreprise ouverte et compréhensive. Comment pouvez-vous le mettre en place et pourquoi offrir cette option ?

Des avantages offerts à votre personnel

Face aux embarras de circulation et des transports ainsi qu’à une demande d’un meilleur équilibre entre vie privée et professionnelle, la demande de travail à domicile des travailleurs ne fait qu’augmenter. Il s’inscrit aussi parfaitement dans les NWOW, les New Ways of Working, les nouvelles façons de travailler. Il n’y a pas à avoir peur face à une demande des travailleurs d’effectuer leur job à domicile. Ne pensez pas aux distractions éventuelles chez eux, ils pourront même mieux se concentrer, à l’abri des réunions et des interruptions. Dites-vous surtout qu’un travailleur heureux est toujours plus productif, engagé et impliqué.

A quelle fréquence offrir du travail à domicile ?

Un jour, deux jours ? En début, milieu ou fin de semaine ? La durée ou le jour n’ont en fait pas d’importance selon une étude effectuée par tempo-team. C’est la façon dont le travail est organisé et encadré qui est le plus important aux yeux des travailleurs. Le jour du télétravail ne doit pas être un jour sans contact, ou sans décisions importantes, car « untel » n’est pas au bureau. Au contraire ! C’est donc une nouvelle fois, l’implication et l’engagement qui est le plus important dans ce cas-ci. « Les employés sont plus souvent prêts à changer d'emploi si cela signifie que leur temps de trajet diminue. Une politique de télétravail claire permet aux entreprises d'être plus attractives sur le marché du travail », explique de son côté Stefanie Devestel, consultante juridique chez Attentia Legal à la RTBF.

Comment l’instaurer officiellement ?

C’est assez simple. A vous de fixer, avec vos collaborateurs, les tâches ou les fonctions qui peuvent être effectuées à domicile. Et s’ils veulent y participer, car le télétravail ne peut jamais être forcé et n’est jamais un droit non plus. Un avenant au contrat de travail doit d’ailleurs être signé. Toujours en collaboration, rédigez une politique de télétravail définissant clairement les attentes et besoins. Et si le homeworking implique d’autres éléments comme l’installation de logiciels adaptés (comme Skype par exemple) ou si un téléphone est fourni. Le tout est à fixer dans une convention de télétravail pour pouvoir être en ordre et en sécurité sur le plan juridique. Faire appel à un bureau de ressources humaines peut également être important dans ce cas.

Besoin d’encore plus d’inspiration pour votre business ? Sautez le pas sur #JumpForward, le tremplin pour votre entreprise.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: la gestion juridique de la crise critiquée

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite