Les clés du succès des entrepreneurs ? La formation, encore et toujours

Les clés du succès des entrepreneurs ? La formation, encore et toujours

Se former ? Vous pouvez vous dire que vous êtes déjà suffisamment formé. Vous connaissez votre métier d’entrepreneur, vous maitrisez votre core business… Pourquoi continuer à se former alors ? Car cela peut être un risque majeur pour votre entreprise à terme. Explications en trois points.

Pour être toujours performant sur votre marché

Les sportifs sont peut-être les mieux placés pour en parler. Le plus difficile n’est pas d’arriver au top, c’est d’y rester. C’est un peu pareil dans le monde des entreprises, car l’essentiel repose sur un mot : la compétitivité. Continuer à se former pour apprendre, être au courant et développer de nouvelles compétences est donc primordial. Les collaborateurs d’une entreprise sont souvent incités à suivre des formations, les starters le devraient aussi. Se reposer sur ses acquis ou improviser, deux termes qui n’existent pas quand on est un entrepreneur qui a lancé sa start-up ou sa PME. En étant plus formé, en acquérant de nouvelles compétences, vous serez à même de pérenniser votre business et de l’emmener vers le succès, et d’y rester.

Car le monde change et est en constante évolution

Votre produit ou service répond aux besoins des consommateurs, pourquoi donc se former ? Car votre solution répond à une demande aujourd’hui. Et demain ? Les business qui n’ont pas su anticiper et s’adapter à la transformation digitale ou à une évolution technologique en pâtissent encore aujourd’hui… ou ont tout simplement disparu. Rappelez-vous Nokia et ses téléphones portables que tout le monde avait. La firme finlandaise n’a pas su s’adapter aux smartphones et paie encore le prix aujourd’hui. Le digital a changé les choses et aujourd’hui, 90% des emplois requièrent un minimum de compétences numériques. Dans votre domaine, se former, c’est être au courant des dernières évolutions de votre secteur, et c’est aussi anticiper et innover. Et rester devant vos concurrents.

Pour pouvoir former les autres dans votre entreprise

En tant que leader, vous définissez la vision et les objectifs de votre start-up. C’est aussi à vous de les transcrire et de transmettre votre vision à vos collaborateurs et partenaires. En étant vous-même formé, vous pouvez donc former les autres dans votre business. De plus, former les autres est également formateur pour vous-même. Cela vous permettra de prendre conscience de ce que vous avez appris, comment vous le transmettez et également comment les autres le comprennent. Un exercice régulier de critique constructive et de mise en perspective. Tant le formateur que les formés en apprennent, une situation win-win pour votre entreprise.

Besoin d’encore plus d’inspiration pour votre business ? Sautez le pas sur #JumpForward, le tremplin pour votre entreprise.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10913768-019

    Nicolas Sarkozy, le crépuscule d’un fauve

  2. MANIFSFLEURS

    La jeunesse birmane ose affronter la vieille garde autoritaire en Birmanie

  3. h_56676115

    Coronavirus: il est difficile de comparer les vaccins

La chronique
  • Edouard Balladur, la Boverie et les vieux: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Edouard Balladur

    L’ancien Premier ministre français est fidèle à son image : il aura passé sa vie au second plan, derrière Pompidou puis derrière Chirac. Cette semaine, c’est encore Nicolas Sarkozy qui lui a fait de l’ombre dans les médias. Son acquittement pour des bidouillages financiers dans les années nonante est passé au second plan par rapport à la condamnation de l’ancien président. A 92 ans, on ne changera plus « Ballamou ».

    Quentin Dujardin

    Le musicien qui avait défié l’autorité en se produisant dans une église quasiment vide ne comparaîtra pas devant un tribunal et on est bien content pour lui. La justice...

    Lire la suite

  • La dictature du chiffre. Et de l’opinion…

    Les autorités de ce pays auraient-elles décidé de nous faire mourir en bonne santé ? On en viendrait à le croire à entendre de plus en plus de chercheurs en sciences humaines qui ne se privent d’affirmer que les effets secondaires toxiques des mesures prescrites pour enrayer la pandémie sont en train de prendre le pas sur leurs vertus prophylactiques : en termes de précarité et de santé mentale par exemple, singulièrement chez les jeunes.

    Fondamentalement, ils reprochent aux politiques d’...

    Lire la suite