Les Belgian Cats battent la Suède et décrochent leur billet pour les Jeux olympiques

@Belga
@Belga

La confiance acquise samedi en battant le Japon au bout d’un grand match n’a porté les Cats que quelques minutes face à la Suède dans la « finale » pour le dernier ticket olympique qui s’est vite confirmée stressante. Pour la première fois en quatre jours à Ostende, la Belgique, 9e nation mondiale, partait favorite, les Scandinaves (22e), dernières invitées européennes à ce tournoi préolympique, ayant perdu leurs deux premiers matches. Mais ce statut, les Belges ne s’y sont pas encore habituées. Pour les 5.500 supporters du Versluys Dôme, l’échec n’était même pas imaginable. Mais sur le terrain, les Cats étaient tenues en respect par une défense très intense : 14-14 au quart-temps.

Julie Allemand avait beau évoluer en patronne, Emma Meesseman demeura longtemps son unique relais, alors que le banc belge s’avouait à nouveau faiblard et surtout le rebond n’était pas maîtrisé (23 à 16 à la pause, dont 9 rebonds offensifs concédés). Or, à force de lui offrir des 2es voire 3es chances, la Suède affirmait qu’elle n’avait pas renoncé à Tokyo, s’échappant jusqu’à 23-16 ! Sans accès à la raquette, dont Linskens a décidément trop tendance à s’écarter tandis que Wauters ne parvient plus à y peser, les Cats retombaient dans le jeu stéréotypé qui les avait paralysées jeudi contre le Canada. Heureusement, leur défense, elle, tenait la distance. Et le 3 points inscrit sur le « buzzer » de la mi-temps par Kim Mestdagh, 4e marqueuse belge seulement, leur permettait de rentrer au vestiaire sur une note positive : 23-21, un tout petit score attestant d’une première partie de match ultra-fermée.

Cette qualification historique pour les Jeux, il faudrait donc aller la chercher, a dû une nouvelle fois rappeler le coach Mestdagh. Car dès la reprise, les Belges se faisaient plus entreprenantes et agressives. Tandis que leur défense, socle essentiel de leur réussite à Ostende, n’autorisait plus ni point ni rebond offensif pendant plus de 5 minutes, soldées d’un 0-11 à 23-32 tant les Cats s’appuyaient sur cette assise pour développer un jeu enfin plus fluide. Impuissante, la Suède s’enlisait jusqu’à 25-38, mais elle ne rendait pas les armes, relancées de deux tirs primés avant que Meesseman tempère leurs ardeurs : 33-42 à la demi-heure.

Il restait dix minutes à tenir pour assouvir ce rêve d’emmener une première sélection féminine de basket au Jeux. Toutes les options convergeaient désormais vers la grande Emma, toujours aussi admirable qu’essentielle : 25 points, 5 rebonds et 4 assists. L’écart stabilisé (42-53 à la 35e), les Cats contrôlaient leur destinée jusqu’à l’explosion de joie qui soulevait le public ostendais et les précipitait dans un océan de bonheur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous