De l'idée à la création, je finance mon "co-projet"

De l'idée à la création, je finance mon "co-projet"

Comme tout projet d’entrepreneuriat, il y a trois conditions préalables pour obtenir un financement :

  • Avoir une bonne idée et des porteurs de projet compétents
  • Rédiger un plan d’affaires clair et réaliste
  • S’investir en tant que porteur de projet : un minimum de capitaux et un maximum de temps.

Mais financer un projet de coopérative est, par la nature du modèle coopératif, un peu particulier. En voici quelques particularités. Si votre projet ne requiert pas d’importants capitaux, vous pouvez lancer votre projet sur les fonds propres des fondateurs. Dans ce cas et dans un premier temps, votre projet n’est pas ouvert à de nouveaux coopérateurs. Par contre, si vous avez besoin d’un apport en capital pour supporter le lancement de votre projet, vous pouvez faire un appel à l’épargne citoyenne (privé ou public) et bénéficier d’un dispositif financier public spécialement dédié aux coopératives (Brasero).

Appel privé à l’épargne

Il s’agit d’une étape importante dans la vie d’une coopérative. C’est le moment où vous sollicitez l’aide financière de vos proches. Mais dans le cas d’une coopérative, vous ne proposez pas un investissement comme les autres. En effet, vous offrez des parts de votre coopérative aux personnes convaincues par votre projet, ce qui leur donne la possibilité, le cas échéant, de recevoir un dividende comme un actionnaire « classique » (mais le dividende, dans une coopérative, est généralement limité à 6%). Mais surtout, cette part de la coopérative diffère d’une action classique, car elle offre aux coopérateurs la possibilité de prendre un rôle actif dans le développement du projet. En effet, les principes de gouvernance qui régissent les coopératives prévoient que chaque détenteur d’une part peut participer à l’assemblée générale et y faire entendre sa voix. Un des principes souvent appliqués dans les coopératives et celui de « un homme = une voix ». Dans ce système, posséder une part de la coopérative vous donne donc droit de participer concrètement à la vie de la coopérative.

L’appel privé à l’épargne consiste, pour une coopérative, à se procurer une source de financement, en fonds propres (parts de coopérative), auprès d’un public restreint. Si votre coopérative respecte une de ces quatre conditions, vous ne devez faire aucune démarche particulière pour lancer cet appel à l’épargne :

  • S’adresser uniquement à des investisseurs qualifiés
  • Publicité de l’appel à moins de 150 personnes
  • Participation par tranche d’au moins 100.000€ par investisseur
  • Le total de l’appel est inférieur à 100.000€

Appel public à l’épargne

L’appel public à l’épargne consiste, pour une coopérative, à se procurer une source de financement, en fonds propres (parts de coopérative), auprès du grand public. Si votre projet requiert une forte mobilisation de capitaux (et d’énergie), vous pouvez aussi faire un appel public à l’épargne en proposant au grand public de participer à votre projet et de le soutenir financièrement en prenant une ou plusieurs parts dans votre coopérative. On retrouve typiquement des appels de ce type sur des projets de coopératives immobilières par exemple. Certaines coopératives peuvent aussi travailler en deux temps en commençant par un appel privé à l’épargne, car les capitaux nécessaires à l’amorçage sont limités. Mais une fois le projet lancé, et les premiers succès engrangés, votre coopérative devra croître et se développer. Il sera alors temps de solliciter l’appel public à l’épargne pour récolter des capitaux plus importants. Mais ce moment est aussi un moment clé pour faire passer votre projet d’un projet à portée limitée vers un projet en pleine croissance. Cet apport de nouveaux coopérateurs sera non seulement important pour le financement de votre croissance, mais aussi un élément clé pour le développement de vos activités. Avec l’arrivée de nouveaux coopérateurs, vous aurez de nouveaux ambassadeurs qui chercheront à vous soutenir et à s’impliquer dans votre projet. Car votre projet deviendra aussi le leur.

Vous trouverez ici plus d’informations sur la réglementation relative à l’appel public à l’épargne (règlement prospectus).

Mobiliser l’épargne citoyenne, tout un symbole Cet appel privé ou public à l’épargne est un signal fort pour la viabilité de votre projet, c’est un levier important pour la suite de votre développement. Convaincre un cercle plus ou moins grand de personnes d’investir et prendre des parts dans votre projet démontre que des gens croient en celui-ci, qu’ils croient en vous, votre produit ou vos services. Ils seront vos premiers clients et vos plus fervents ambassadeurs. Car vos coopérateurs ne sont pas des actionnaires comme les autres. Ils coopèrent en investissant non seulement leur épargne, mais aussi leur énergie dans le soutien et le développement du projet.

Ce symbole de viabilité se transforme aussi en levier pour les investisseurs. En effet, après avoir convaincu des dizaines (centaines) de personnes d’investir dans votre projet, il deviendra beaucoup plus simple de convaincre des organismes financiers de financer votre projet.
 

Brasero

Brasero est un outil financier de la Sowecsom qui finance depuis plus de 20 ans l’entrepreneuriat social et coopératif. Avec cette mesure, le Sowecsom apporte un soutien financier aux coopératives, notamment sous forme d’une intervention au capital, à hauteur de 1€ pour 1€ de capital apporté par les coopérateurs. Donc, si vous êtes en mesure de convaincre vos coopérateurs d’investir 200.000€ dans votre projet, Brasero permet de doubler la mise avec un financement de 200.000€ supplémentaires, 200.000€ étant le montant maximum. Depuis son lancement, fin 2014, plus de 60 coopératives ont bénéficié de cette mesure, soit un investissement total de plus de 5.6 millions d’euros dans l’économie coopérative wallonne. Plus d’infos sur www.brasero.org

« Tax shelter » pour les start-up

Et s’il vous manque un dernier argument pour convaincre vos candidats coopérateurs indécis, c’est celui-ci : « Si tu investis dans ma coopérative, tu pourras obtenir une déduction d’impôts de 45% sur le montant investi. » En effet, si votre coopérative (hormis les coopératives immobilières) répond à la définition de PME ou de microentreprise, vos coopérateurs investisseurs peuvent bénéficier d’une réduction d’impôts de 45% du montant investi (sur les 250.000 premiers euros investis dans votre projet).

Objectif de cette mesure : mobiliser des capitaux privés pour fournir du capital à risque dans de petites sociétés, y compris les coopératives. Vous devrez néanmoins respecter quelques conditions, par exemple le plafond de 250.000€ de capitaux levés et l’obligation, pour le coopérateur, de conserver ses parts pendant 4 ans minimum.

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sous la pression de ses dettes et pour éviter la faillite, Caroline Case a décidé de se séparer d’ores et déjà d’un de ses deux bars bruxellois.

    Le baromètre de la relance: ces pros de l’horeca qui ont déjà rendu leur tablier

  2. le futur «village-prison».

    Coup d’accélérateur à la prison de Haren: dépassera-t-on le milliard d’euros?

  3. L’interview du couple par Oprah Winfrey sera diffusée dimanche soir.

    Règlements de comptes sanglants entre le couple Harry-Meghan et Buckingham Palace

La chronique
  • Chronique: coronavirus, l’enjeu des brevets à l’OMC

    Loin de représenter un bien public mondial, les vaccins contre le Covid-19 sont répartis de manière inégale selon la loi du plus offrant. En février, sept pays concentraient 80 % des doses administrées dans le monde, tandis que près de 130 pays n’en avaient encore administré aucune. Alors que les pays à revenu intermédiaire (hors Chine) concentrent 50 % des contaminations dans le monde, ils n’ont administré que 17 % des doses (1). Avant cela, près de 8 milliards de doses ont été précommandées, dont la majorité par les pays les plus riches qui n’ont laissé que des miettes pour les pays pauvres. L’initiative Covax, censée permettre de vacciner 20 % de la population de 145 pays en 2021, n’est en mesure de vacciner que 3,3 % de cette population au cours du premier semestre 2021 (2).

    Cette répartition inégale des vaccins n’est pas seulement une faute morale qui risque d’augmenter considérablement le nombre de morts dans les pays en développement. Elle risque également de favoriser la diffusion de variants du coronavirus plus résistants aux vaccins. En prolongeant la...

    Lire la suite

  • Dehors aussi, la gestion foireuse des vaccinations

    Un petit bol d’air frais, pas plus grand qu’une tasse à expresso. Des funérailles à 50, seulement, pour ceux qui nous quittent. Une petite journée par semaine dans les auditoires pour les plus jeunes et quelques courtes escapades sur les chemins buissonniers pour les petits. A première vue, ces seuls acquis assurés de la réunion du Comité de concertation de ce vendredi ont encore tout du régime au pain sec et à l’eau.

    Mais après les coiffeurs et les métiers dits « de contact », la Belgique...

    Lire la suite