C'est inventé près de chez vous : le composteur connecté !

C'est inventé près de chez vous : le composteur connecté !

Elles s’appellent Fiona, Laetitia et Adélaide. Elles terminent leurs études d’ingénieur à Louvain-la-Neuve. Et depuis un an, elles cumulent les cours avec un projet entrepreneurial. Ce dernier a déjà gagné un prix (au concours Innovation Cup). Il faut dire que l'idée est pile dans la tendance -très actuelle- du «zéro déchet». En clair, il s'agit de mettre au point un composteur simple à utiliser. Green et easy. D'où le nom : Greenzy.

Des relevés sur le smartphone

Tout part d'un constat : les déchets organiques représentent l'essentiel de nos poubelles et finissent généralement à l'incinérateur ou à la décharge. C'est absurde, puisqu'ils peuvent être compostés. Or, chacun peut agir à son niveau. En utilisant, par exemple, un composteur d'intérieur. C'est ici que surgit le problème : les modèles présents sur le marché ne sont guère satisfaisants. Ceux qui fonctionnent avec des vers de terre sont un brin repoussants et réclament de l'expertise. Ceux qui fonctionnent avec des micro-organismes sont lents et dégagent parfois des odeurs.

Greenzy a l'ambition de changer cela. «Notre composteur utilise des micro-organismes mais nous en accélérons le travail, explique ainsi Adélaide Biebuyck. Les déchets sont broyés automatiquement, puis mélangés régulièrement. Cela facilite leur biodégradation. De sorte qu'en un à deux mois, on obtient un terreau de qualité.» Et ce n'est pas tout. Le Greenzy est également équipé de capteurs qui surveillent tout le processus. «Ils envoient les relevés vers une application de smartphone que nous sommes aussi en train de développer, précise Fiona Milano. De sorte que l'utilisateur pourra piloter le compostage depuis son mobile. Il sera alerté, si les conditions d'humidité, d'aération ou autres doivent être modifiées.»

Prototypes, essais et validation

Un premier prototype est en passe d'être assemblé. Des essais suivront. «Une fois au point, un second prototype sera construit et dupliqué en plusieurs exemplaires, détaille Laetitia Dupret. Viendra alors la validation finale en conditions réelles par une série de ménages. La mise sur le marché, elle, pourrait démarrer en 2020.» La Belgique sera d'abord visée. Seuls deux concurrents utilisent une technologie relativement similaire, l'un aux Etats-Unis et l'autre en Estonie. Mais aucun ne propose d'application connexe. Une étude de marché a été menée. Positive. L'affaire a donc du potentiel.

A condition de passer une étape cruciale : le financement. Des moyens sont nécessaires pour lancer l'entreprise et assurer la phase liée au second prototype. Un plan financier a déjà été dressé. Il reste à convaincre des investisseurs. En tout cas, le chemin parcouru est déjà long pour les trois filles qui disent «avoir découvert l'entrepreneuriat par hasard, lors d'un programme de simulation en troisième Polytech. Depuis lors, le virus ne nous a plus quitté...»

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170405-3DZCPP 2018-07-04 22:54:00

    Dépénalisation de l’IVG: un jour historique… ou un énième report

  2. Angela Merkel répondant aux députés allemands, mercredi à la tribune du Bundestag, à Berlin.

    Union européenne: l’Allemagne attendue quasi comme le messie

  3. d-20190410-3T9NHX 2019-04-10 09:24:17

    L’influence djihadiste et radicale décroît peu à peu dans nos prisons

La chronique
  • Visa pour la Flandre: «J’peux pas, j’ai pelouse»

    Et soudain, la rue de la Loi se déplaça sur une pelouse d’Anvers. Samedi dernier, un homme portant beau, en chemise de dimanche et cravaté, répondait aux journalistes face caméra en désignant la pelouse derrière lui : « Excusez-moi, mais vous le voyez bien, il faut absolument que je tonde. » Cet homme, c’est Bart De Wever, le président de la N-VA, et comme l’écrivait le rédacteur en chef du Standaard, Karel Verhoeven, s’il avait déclaré qu’il faisait tout pour faire réussir des négociations gouvernementales, il aurait eu moins de presse, moins de caméras, moins de buzz.

    Sur le fond, Bart De Wever a raison : il a un problème de pelouse, ou plus exactement une mauvaise herbe envahit dangereusement son gazon et il n’arrive plus à l’endiguer. C’est d’ailleurs sur cette « mauvaise herbe » que la presse l’interrogeait. Ce qui explique peut-être la nervosité cachée derrière le mépris affiché pour celle qui avait osé la lui mettre sous le nez. La mauvaise herbe ? Le Vlaams Belang. La « méchante » ? Gwendolyn Rutten, l’ex-présidente de l’...

    Lire la suite

  • Dominique Leroy: une transaction financière faute d’une Justice efficace

    Dominique Leroy a opté pour la case « transaction financière » pour éviter la case « tribunal » ? C’était mercredi, les commentaires à l’annonce de la proposition de paiement de 107.000 euros faite par l’ex-patronne de Proximus au parquet de Bruxelles pour mettre fin aux poursuites dont elle est l’objet.

    On devra attendre que la principale intéressée s’exprime sur ses motifs – elle est restée d’une discrétion totale depuis des mois. Mais il y a gros à parier que l’ex-CEO...

    Lire la suite