C'est inventé près de chez vous : le composteur connecté !

C'est inventé près de chez vous : le composteur connecté !

Elles s’appellent Fiona, Laetitia et Adélaide. Elles terminent leurs études d’ingénieur à Louvain-la-Neuve. Et depuis un an, elles cumulent les cours avec un projet entrepreneurial. Ce dernier a déjà gagné un prix (au concours Innovation Cup). Il faut dire que l'idée est pile dans la tendance -très actuelle- du «zéro déchet». En clair, il s'agit de mettre au point un composteur simple à utiliser. Green et easy. D'où le nom : Greenzy.

Des relevés sur le smartphone

Tout part d'un constat : les déchets organiques représentent l'essentiel de nos poubelles et finissent généralement à l'incinérateur ou à la décharge. C'est absurde, puisqu'ils peuvent être compostés. Or, chacun peut agir à son niveau. En utilisant, par exemple, un composteur d'intérieur. C'est ici que surgit le problème : les modèles présents sur le marché ne sont guère satisfaisants. Ceux qui fonctionnent avec des vers de terre sont un brin repoussants et réclament de l'expertise. Ceux qui fonctionnent avec des micro-organismes sont lents et dégagent parfois des odeurs.

Greenzy a l'ambition de changer cela. «Notre composteur utilise des micro-organismes mais nous en accélérons le travail, explique ainsi Adélaide Biebuyck. Les déchets sont broyés automatiquement, puis mélangés régulièrement. Cela facilite leur biodégradation. De sorte qu'en un à deux mois, on obtient un terreau de qualité.» Et ce n'est pas tout. Le Greenzy est également équipé de capteurs qui surveillent tout le processus. «Ils envoient les relevés vers une application de smartphone que nous sommes aussi en train de développer, précise Fiona Milano. De sorte que l'utilisateur pourra piloter le compostage depuis son mobile. Il sera alerté, si les conditions d'humidité, d'aération ou autres doivent être modifiées.»

Prototypes, essais et validation

Un premier prototype est en passe d'être assemblé. Des essais suivront. «Une fois au point, un second prototype sera construit et dupliqué en plusieurs exemplaires, détaille Laetitia Dupret. Viendra alors la validation finale en conditions réelles par une série de ménages. La mise sur le marché, elle, pourrait démarrer en 2020.» La Belgique sera d'abord visée. Seuls deux concurrents utilisent une technologie relativement similaire, l'un aux Etats-Unis et l'autre en Estonie. Mais aucun ne propose d'application connexe. Une étude de marché a été menée. Positive. L'affaire a donc du potentiel.

A condition de passer une étape cruciale : le financement. Des moyens sont nécessaires pour lancer l'entreprise et assurer la phase liée au second prototype. Un plan financier a déjà été dressé. Il reste à convaincre des investisseurs. En tout cas, le chemin parcouru est déjà long pour les trois filles qui disent «avoir découvert l'entrepreneuriat par hasard, lors d'un programme de simulation en troisième Polytech. Depuis lors, le virus ne nous a plus quitté...»

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10935846-289.JPG

    Qui pour couper le son aux pleureurs compulsifs du mois d’août?

  2. François Fuks, directeur du laboratoire d’épigénétique du cancer et de l’ULB Cancer Research Center.

    Des chercheurs belges ouvrent la voie à une nouvelle thérapie contre les métastases

  3. OLYMPICS-2020_CORONAVIRUS

    Des JO toujours dangereusement entre deux eaux

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Les maisons de repos n’ont pas fini de panser leurs plaies

    Funeste et cynique épidémie. Jusque-là invisibles pour ne pas dire inexistantes dans le débat médiatique et politique, les maisons de repos y ont fait irruption brutalement. A leur insu. A coup de morts, de solitude et de détresse. A bout de souffle et de tout. Sur les 25.000 morts du covid recensés en Belgique, plus de la moitié sont des résidents de maisons de repos. Décédés à l’hôpital mais la plupart du temps, dans leur propre lit, au sein de ce que beaucoup appellent « leur dernière maison »....

    Lire la suite