« La vie n’a de sens que si tu réalises tes rêves »

« La vie n’a de sens que si tu réalises tes rêves »

Passé d’un poste de salarié chez Microsoft à la création de sa boîte de surf, Antoine Cardyn a vécu les deux extrêmes. Avec, dans les deux cas quand même, une constante : une grande liberté et une grande autonomie dans l’organisation de son quotidien.

Ton master en économie en poche, tu décroches un job chez Microsoft. Une voie de haut vol, mais plutôt classique pour un rebelle ?

Tout est parti d’une jambe cassée... en surfant en Australie. L’immobilité pendant des mois, c’était l’horreur pour un hyperactif. Je ruminais et je me suis demandé : “Tony, que veux-tu faire de ta vie?” Alors je me suis mis un objectif en tête : bosser dans une très grosse boîte. Ça pouvait faire sourire, parce qu’à l’université, je passais parfois plus de temps sur un skate que dans les auditoires. Mais devant un challenge, j’oublie les obstacles... jusqu’à atteindre mon but ! Je finis par obtenir un stage de 6 mois chez Microsoft. Après quelques semaines, j’étais dans les journaux aux côtés de Steve Balmer (ndlr l’ex-CEO de Microsoft) pour l’un de mes projets. Ça se passe tellement bien qu’ils m’offrent un contrat aux Pays-Bas pour gérer les relations avec les fondations. De la chance ? Peut-être ! Mais il faut la forcer, avoir de l’instinct et de l’audace.

En fin de compte, tu restes presque 9 ans chez le géant de l’informatique ?

À l’issue de mon contrat de 3 ans, un recruteur me propose d’intégrer la division commerciale de Microsoft. Cela ne me branchait pas trop… Mais ma grand-mère disait : “des remords valent mieux que des regrets”. J’ai relevé le défi ! Avec le recul, c’était une expérience incroyable : 8 à 12 heures de boulot par semaine, mais que je compensais par de super performances. J’avais la liberté pour oser “faire autrement”… et ça fonctionnait. Microsoft a compris qu’il est inutile d’attacher ses employés aux bureaux. Les talents s’expriment mieux s’ils sont libres, s’ils peuvent être authentiques. Un environnement idéal pour moi : des objectifs clairs, mais une pleine autonomie de méthodes.

En octobre 2014, tu quittes tout pour devenir « freesurfer »…

Mon département commençait à dégraisser, mais mon boss avait un souci : mes chiffres étaient au-dessus des targets et ma tête était sur les posters de la boîte (rires). Alors ils m’ont proposé de prendre la porte, ma planche de surf et une coquette somme d’argent… sans trop faire de bruit. Dans ma tête, j’étais heureux : ça faisait un petit temps que je sentais la fin de mon parcours corporate approché… et mon rêve d’enfance revenait à la surface : surfer chaque jour ! Mon mentor, Luc de Brabandere (aussi mon parrain : oui, j’ai un peu de chance), m’a transmis cette stratégie de vie : “la passion avant tout, donne ensuite le meilleur de toi dans une grande boîte pendant 5 à 10 ans et puis… pars en Asie”. C’était le moment de le réaliser.


Le quotidien d’Antoine à Bali

Depuis 4 ans, tu as posé tes planches à Bali…

Après quelques business autour du surf, j’ai créé une entreprise dans l’immobilier. Encore, ce besoin de mener des projets. J’ai eu un profond respect pour les entrepreneurs ! Je suis programmé pour ça et je m’en sors plutôt bien… Évidemment, le surf occupe une grande place dans mon quotidien, car j’ai une sacrée marge de progression (rires). Après plusieurs années d’activités “intellectuelles”, je veux aussi consacrer du temps à développer mon côté artistique.

Travailler en short et en tongs : c’est cela l’idéal des nouvelles générations ?

Dans mon espace de coworking, je ne suis entouré que de talents qui le pensent. Les entreprises qui survivront, ce sont celles qui auront intégré ces paramètres. En tant qu’employeur, aujourd’hui, je l’applique : de l’autonomie, tout en responsabilisant mes employés et en leur fixant des objectifs.

Un conseil de bouquin pour les plus jeunes ?

La Semaine de 4 heures de Tim Ferriss. C’est un excellent point de départ…

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite