Génération Le Soir dans le jury du YET Award

Génération Le Soir dans le jury du YET Award

L’idée du YET Awardest de récompenser des établissements secondaires, des instituts de formation ou des associations qui offrent un cadre stimulant pour l’esprit d’entreprendre des jeunes à Bruxelles. A la clé : de l’argent pour poursuivre le projet ou la mission (entre 500 et 3.000 euros) et de la visibilité. Verdict le 12 février, lors de la soirée des Young Entrepreneur of Tomorrow.

Un jury hétéroclite

Les membres du jury ont eu 4 semaines pour prendre connaissance de la trentaine de projets candidats. Parmi eux : des experts de tous bords, quelques journalistes et deux personnalités des réseaux sociaux. Le Youtubeur GuiHome et l’Instagrameuse Flo Windey décerneront l’une des 5 récompenses, tout comme le public, qui a pu voter en ligne ces dernières semaines. Leurs critères de jugement : la qualité entrepreneuriale du projet bien sûr, mais aussi son interdisciplinarité, ses retombées, et sa cohérence financière et budgétaire. L’un des lauréats recevra aussi le prix de la presse.

Les 5 projets pré-sélectionnés

Nakama : ce collectif de jeunes se consacre au bien-être des enfants et des adolescents bruxellois, en les encadrant dans leurs loisirs et leurs études.

Back to basis. : cette initiative de D'Broej Centrum West vise à accompagner les jeunes en situation précaire dans leur émancipation et leur envie d’entreprendre, via des projets ou des activités qui stimulent la confiance en soi.

Apprendre des autres pour mieux vivre ensemble : l’asbl Bien ou bien, créée il y a un an par des jeunes Molenbeekois, permet aux 15-25 ans de lancer des projets en équipes. Objectif : promouvoir la prise d’autonomie et l’inclusion sociale des jeunes.

Festivaleke Gratin de Cultures : l’asbl La Boutique culturelle, à Anderlecht, se veut un carrefour où peuvent se rencontrer les individus et les cultures, le but étant d’insuffler du dynamisme et de la vitalité dans la vie des jeunes.

BX Flow : Movin’Art asbl encourage les artistes et les soutient dans l’organisation de festivals, d’événements, d’expositions et autres. Le projet BX Flow met l’accent sur le hip hop et l’art urbain.

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite