Génération Le Soir dans le jury du YET Award

Génération Le Soir dans le jury du YET Award

L’idée du YET Awardest de récompenser des établissements secondaires, des instituts de formation ou des associations qui offrent un cadre stimulant pour l’esprit d’entreprendre des jeunes à Bruxelles. A la clé : de l’argent pour poursuivre le projet ou la mission (entre 500 et 3.000 euros) et de la visibilité. Verdict le 12 février, lors de la soirée des Young Entrepreneur of Tomorrow.

Un jury hétéroclite

Les membres du jury ont eu 4 semaines pour prendre connaissance de la trentaine de projets candidats. Parmi eux : des experts de tous bords, quelques journalistes et deux personnalités des réseaux sociaux. Le Youtubeur GuiHome et l’Instagrameuse Flo Windey décerneront l’une des 5 récompenses, tout comme le public, qui a pu voter en ligne ces dernières semaines. Leurs critères de jugement : la qualité entrepreneuriale du projet bien sûr, mais aussi son interdisciplinarité, ses retombées, et sa cohérence financière et budgétaire. L’un des lauréats recevra aussi le prix de la presse.

Les 5 projets pré-sélectionnés

Nakama : ce collectif de jeunes se consacre au bien-être des enfants et des adolescents bruxellois, en les encadrant dans leurs loisirs et leurs études.

Back to basis. : cette initiative de D'Broej Centrum West vise à accompagner les jeunes en situation précaire dans leur émancipation et leur envie d’entreprendre, via des projets ou des activités qui stimulent la confiance en soi.

Apprendre des autres pour mieux vivre ensemble : l’asbl Bien ou bien, créée il y a un an par des jeunes Molenbeekois, permet aux 15-25 ans de lancer des projets en équipes. Objectif : promouvoir la prise d’autonomie et l’inclusion sociale des jeunes.

Festivaleke Gratin de Cultures : l’asbl La Boutique culturelle, à Anderlecht, se veut un carrefour où peuvent se rencontrer les individus et les cultures, le but étant d’insuffler du dynamisme et de la vitalité dans la vie des jeunes.

BX Flow : Movin’Art asbl encourage les artistes et les soutient dans l’organisation de festivals, d’événements, d’expositions et autres. Le projet BX Flow met l’accent sur le hip hop et l’art urbain.

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

    Penser le monde d’après: «L’avenir de la santé dépend autant du lien social que de l’innovation technologique»

  2. Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski , en meeting parmi ses partisans, vendredi à Zgierz.

    Pologne: une présidentielle aux airs de référendum pour ou contre le PiS

  3. Pour le télétravail durant la crise du coronavirus, un montant de 126,94 euros par mois comme indemnité de bureau est défiscalisé.

    Opération Impôts: à quoi va ressembler votre déclaration 2021?

La chronique
  • Enseignement à distance: Loin des yeux, loin du cœur des missions de l’Université

    Dans la liste des « occasions à saisir » apportées par le Covid-19, à côté du télétravail, l’e-learning (l’apprentissage à distance) et le blended learning (la multimodalité ou la pratique d’enseignement mixte, en présentiel et distanciel avec des technologies dites « nouvelles ») figurent au sommet. Cependant, il s’agit là surtout de la poursuite d’un mouvement engagé depuis une dizaine d’années, malgré une résistance passive mais parfois ferme de la part d’une grande partie du personnel académique. Dans notre beau pays, certains recteurs ou rectrices enthousiastes, voire prosélytes, et leurs équipes investies de la mission de mise en œuvre du blended learning, pourraient donc bien chercher à tirer profit de la crise : un méchant virus, un confinement et trois mois de débrouillardise et d’improvisation en ligne imposées par les autorités et sans concertation avec les acteurs de terrain sauront-ils nous convertir à cette nouvelle mise en forme de l’enseignement supérieur ? Le mécanisme politique à l’œuvre est bien connu...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite