Séduire un Business Angel (I) : les conditions à remplir

Séduire un Business Angel (I) : les conditions à remplir

En général, une start-up démarre grâce à un pécule apporté par les fondateurs, une aide d'un incubateur ou un petit subside public. Quand elle passe à la vitesse supérieure, il faut trouver d'autres sources de financement : crowdfunding, crowdlending ou encore capital apporté par des Business Angels.

Fournisseurs de «capital intelligent»

Ces derniers sont d'anciens entrepreneurs, des cadres ou des managers, qui disposent d'un patrimoine financier et souhaitent l'investir dans de jeunes sociétés. Ils se distinguent des fonds de capital-risque car ils agissent avec leur propre argent. Leur objectif est de réaliser une plus-value mais pas seulement. Ils cherchent aussi à contribuer à l'entrepreneuriat. C'est ainsi qu'ils fournissent des conseils aux start-up dans lesquelles ils investissent. Ils ouvrent leur carnet d'adresses, etc.

Tout cela se fait dans le cadre d'une relation personnelle mais aussi formalisée. En contrepartie de leur apport, ils obtiennent une participation au capital (entre 10% et 30%), ainsi qu'un siège au conseil d'administration, d'où ils peuvent influer. Leur horizon d'investissement varie : 3, 5, 7 ans. Ensuite, ils revendent leur part. Ou accusent des pertes si la start-up a échoué... Leur contribution a un dernier intérêt : elle sert d'effet de levier, déclenchant l'adhésion d'autres acteurs, plus classiques : invests, fonds, etc.

Ces Business Angels agissent le plus souvent dans le cadre de réseaux. En Belgique, on en trouve deux : Be Angels du côté francophone et BAN Vlaanderen du côté flamand. Ils investissent alors en commun. D'autres acteurs font le même métier mais se présentent comme des fonds. Exemples : LeanSquare ou The Faktory.

Pas pour toutes les activités

Pour s'adresser à de tels acteurs, il faut éviter les projets «bateau». Au réseau Be Angels, par exemple, il est impossible de lever de l'argent pour acheter un bien immobilier ou pour lancer un établissement horeca. D'autres sources de financement existent à ce niveau.

Ensuite, il faut être innovant. La condition est sine qua non ! Cette innovation, qu'elle concerne le produit, le service ou la fabrication, recèle en effet le potentiel de croissance de la start-up. Or, c'est précisément cela qui intéresse les Business Angels. Du potentiel.

Il faut également être en équipe. Un entrepreneur seul n'aura guère de chance ici. Vu les sommes en jeu (grosso modo de 10.000 à 500.000 euros), il est nécessaire d'agir à plusieurs. De même, il est très important que le team se soit réparti les tâches : coordination, marketing, etc.

Enfin, il est préférable d'avoir un projet déjà bien structuré. Environ 70% des demandes acceptées chez Be Angels en quinze ans de temps ont concerné des personnes en société. A contrario, 30% des demandeurs n'avaient pas encore de structure juridique, au moment de postuler. Donc, les portes restent ouvertes à un stade très tôt. En fait, du moment que l'entrepreneur a une bonne idée et sait où il va, c'est jouable.

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La joie des Diables après le premier but.

    Euro 2020: l’infinie patience belge a fini par avoir raison du verrou finlandais

  2. d-20210502-GMG7D1 2021-05-02 15_23_42

    Vaccin: la deuxième dose est-elle nécessaire quand on a eu le covid?

  3. Après les révélations sur la pollution à Zwijndrecht, Céline Tellier a demandé à l’administration un rapport sur la situation en Wallonie.

    Tellier: «Les Pfas, c’est l’arbre qui cache la forêt»

La chronique
  • La chronique «Alternatives» sur les élections régionales en France: malheur aux non-sortants

    C’est le vrai coup de tonnerre des élections régionales qui viennent de se dérouler en France : l’extrême droite qui a réalisé un score bien en dessous de ses espoirs ne conquerra sans doute aucune région, même pas la Provence-Côte d’Azur que tous les sondages lui attribuaient.

    L’autre grande leçon, sinistre celle-là, de ce scrutin, c’est l’ampleur abyssale de l’abstention. 67 %. Contrairement à ce que je craignais, même les extrêmes, réputées plus mobilisées, se sont massivement abstenues, d’où la contre-performance du lepénisme et l’effondrement de l’extrême gauche mélenchoniste. 33 % seulement des électeurs, un tiers de l’électorat, se sont déplacés, ce qui signifie, par exemple, que la candidate socialiste en Ile-de-France, soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo, n’a obtenu que 3 % des inscrits, et les candidats macronistes dans le Nord-Pas-de-Calais, moins de 3 %.

    Qui, malgré ce désastre démocratique, a gagné ?

    Les sortants. Tous les sortants. Quelle que...

    Lire la suite

  • La recette d’une élection: donner envie de voter, tout court

    Dimanche soir, sur les plateaux télé français, c’était le gros chagrin démocratique. Le taux d’abstention abyssal donnait du grain à moudre à ceux qui proclamaient soudain une démocratie en berne car boudée, et concluaient à des citoyens qui n’en avaient plus rien à faire de la politique, et de ceux et celles qui la font.

    Vite dit ? Attention en tout cas à sauter trop vite sur les conclusions faciles. Le scrutin français présente ainsi quelques éléments intéressants pour nourrir notre propre...

    Lire la suite