Séduire un Business Angel (I) : les conditions à remplir

Séduire un Business Angel (I) : les conditions à remplir

En général, une start-up démarre grâce à un pécule apporté par les fondateurs, une aide d'un incubateur ou un petit subside public. Quand elle passe à la vitesse supérieure, il faut trouver d'autres sources de financement : crowdfunding, crowdlending ou encore capital apporté par des Business Angels.

Fournisseurs de «capital intelligent»

Ces derniers sont d'anciens entrepreneurs, des cadres ou des managers, qui disposent d'un patrimoine financier et souhaitent l'investir dans de jeunes sociétés. Ils se distinguent des fonds de capital-risque car ils agissent avec leur propre argent. Leur objectif est de réaliser une plus-value mais pas seulement. Ils cherchent aussi à contribuer à l'entrepreneuriat. C'est ainsi qu'ils fournissent des conseils aux start-up dans lesquelles ils investissent. Ils ouvrent leur carnet d'adresses, etc.

Tout cela se fait dans le cadre d'une relation personnelle mais aussi formalisée. En contrepartie de leur apport, ils obtiennent une participation au capital (entre 10% et 30%), ainsi qu'un siège au conseil d'administration, d'où ils peuvent influer. Leur horizon d'investissement varie : 3, 5, 7 ans. Ensuite, ils revendent leur part. Ou accusent des pertes si la start-up a échoué... Leur contribution a un dernier intérêt : elle sert d'effet de levier, déclenchant l'adhésion d'autres acteurs, plus classiques : invests, fonds, etc.

Ces Business Angels agissent le plus souvent dans le cadre de réseaux. En Belgique, on en trouve deux : Be Angels du côté francophone et BAN Vlaanderen du côté flamand. Ils investissent alors en commun. D'autres acteurs font le même métier mais se présentent comme des fonds. Exemples : LeanSquare ou The Faktory.

Pas pour toutes les activités

Pour s'adresser à de tels acteurs, il faut éviter les projets «bateau». Au réseau Be Angels, par exemple, il est impossible de lever de l'argent pour acheter un bien immobilier ou pour lancer un établissement horeca. D'autres sources de financement existent à ce niveau.

Ensuite, il faut être innovant. La condition est sine qua non ! Cette innovation, qu'elle concerne le produit, le service ou la fabrication, recèle en effet le potentiel de croissance de la start-up. Or, c'est précisément cela qui intéresse les Business Angels. Du potentiel.

Il faut également être en équipe. Un entrepreneur seul n'aura guère de chance ici. Vu les sommes en jeu (grosso modo de 10.000 à 500.000 euros), il est nécessaire d'agir à plusieurs. De même, il est très important que le team se soit réparti les tâches : coordination, marketing, etc.

Enfin, il est préférable d'avoir un projet déjà bien structuré. Environ 70% des demandes acceptées chez Be Angels en quinze ans de temps ont concerné des personnes en société. A contrario, 30% des demandeurs n'avaient pas encore de structure juridique, au moment de postuler. Donc, les portes restent ouvertes à un stade très tôt. En fait, du moment que l'entrepreneur a une bonne idée et sait où il va, c'est jouable.

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite