La mission Solar Orbiter a décollé, direction le Soleil (vidéo)

La mission Solar Orbiter a décollé, direction le Soleil (vidéo)

La sonde euro-américaine Solar Orbiter a décollé dans la nuit de dimanche à lundi de Floride vers le Soleil, dont elle étudiera pendant la prochaine décennie ces tempêtes chargées de particules qui peuvent provoquer des pannes sur Terre.

La sonde de l’Agence spatiale européenne (ESA) s’est élancée avec succès à 23H03 (04H03 GMT lundi) de Cap Canaveral en Floride, lancée par une fusée américaine dans le cadre d’un partenariat avec la Nasa. A son bord: dix instruments scientifiques(209 kilos de charge utile) pour une mission à 1,5 milliard d’euros.

«Tout se passe bien, les deux panneaux solaires, nécessaires au chargement des batteries, ont été déployés environ 75 minutes après le décollage, et le satellite entame sa vitesse de croisière», a déclaré à l’AFP Jane Lefort, responsable des opérations scientifiques de la sonde.

Après un passage par l’orbite de Vénus, puis celle de Mercure, le satellite, dont la vitesse maximale atteindra 245.000 km/h, s’approchera à 42 millions de kilomètres du Soleil, soit moins d’un tiers de la distance Soleil-Terre.

«Je pense que c’était parfait, tout à coup on a vraiment l’impression d’être connecté à tout le système solaire», a dit Daniel Müller, du projet ESA, peu après le lancement. «On est ici sur Terre et on lance quelque chose qui ira près du Soleil».

«Nous avons un objectif commun, celui de tirer le meilleur parti scientifique de cette mission. Je pense que nous allons réussir», a abondé Holly Gilbert, directrice de la division des sciences héliophysiques de la Nasa.

Solar Orbiter «aura la capacité de regarder le Soleil directement», explique à l’AFP Matthieu Berthomier, chercheur CNRS au laboratoire de physique des plasmas de l’école Polytechnique.

Une distance encore jamais égalée

La sonde sera la plus proche du Soleil tous les six mois, à seulement 42 millions de kilomètres, c’est-à-dire plus proche du Soleil que Mercure. Elle est protégée par un bouclier thermique, car il fera de l’ordre de 600°C.

«Quand on est aussi proche du Soleil, on n’a pas de problème d’énergie, mais on a un problème de température», a expliqué vendredi depuis le centre spatial Kennedy Ian Walters, chef du projet chez Airbus, qui a construit l’appareil.

Les nouvelles données recueillies viendront compléter celles de la sonde Parker de la Nasa, lancée en 2018, qui s’est approchée bien davantage de la surface de l’astre (7 à 8 millions de kilomètres), mais sans technologie d’observation directe, la chaleur étant trop intense.

Avec six instruments imageurs (télédétection), la sonde européenne pourra, elle, «voir» l’astre à une distance encore jamais égalée. Et révéler les pôles du Soleil. Quatre autres instruments de mesures «in situ» serviront à sonder l’environnement autour du Soleil.

Objectif principal de la mission: «comprendre comment le Soleil crée et contrôle l’héliosphère», la bulle de matière entourant tout le système solaire, résume Anne Pacros, responsable mission et charge utile de l’ESA.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • neuracle

    Par Rafa de Miguel (El País)

    Lena

    «Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»

  • Foto_elvira_expresso_2011_pequena_36

    Par Javier Martin del Barrio (El País)

    Lena

    Elvira Fortunato, la scientifique portugaise qui a créé la micropuce en papier

  • L’île Eagle le 4 février (à gauche) et le 13 février.

    Par Tomasz Ulanowski (Gazeta Wyborcza)

    Lena

    La fonte fulgurante des glaces de l’Antarctique

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite