Accueil Opinions Éditos

Le séisme politique allemand, péril pour l’Europe

Annegret Kramp-Karrenbauer, pourtant dauphine adoubée par Angela Merkel, ne sera pas la nouvelle présidente du Parti chrétien-démocrate, ni la future chancelière. Elle se retire de la course.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Contrairement à ce qui s’est beaucoup dit et écrit, le péril pour l’Union européenne ne viendra pas du Brexit, mais de l’Allemagne.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 11 février 2020, 23:40

    Edito clair net et précis.

  • Posté par Ask Just, mardi 11 février 2020, 19:44

    En lien avec mon commentaire, il est reproche au CDU d'avoir favorise l'entrée massive d'immigrés au nom de la balance démographique. Cependant, on peut aussi y voir une façon de maintenir des salaires inférieurs bas, par appel de concurrence. L'Allemagne souffre de salaires bas et de contrats pourris, nourrissant le sentiment de stagnation. À qui profite le crime? Cfr mon post ci-dessous. Les partis classiques apparaissent de facto comme des promoteurs de stagnation, perdant leur assise dans le couches en voie de précarisation (ouvriers et petite bourgeoisie). Il est d'ailleurs flagrant que leur message est "limitons les dégâts" (maintien de compétitivité etc..) sans proposer de véritable projet "engageant"

  • Posté par Ask Just, mardi 11 février 2020, 19:16

    En période de stagnation et d'incertitude, il est "payant" en politique de s'identifier un adversaire "plausible". On se rappelle de Hollande en ennemi de la finance et comment il a ainsi battu Sarkozy. On se rappelle aussi que le même est allé lécher les c... de la City au jour 1 de son mandat. Tant qu'on n'affrontera pas les vrais responsables de la stagnation actuelle, les agitateurs de hochets xénophobes auront beau jeu de continuer à enfumer les peuples pour le plus grand profit de leurs "amis" de la haute (bigup à la NVA)

  • Posté par DENGG VERONIKA, mardi 11 février 2020, 15:17

    Merkel s'agrippe au pouvoir et écarte tous les candidats qui ne lui plaisent pas. Il est temps pour elle de laisser la place à quelqu'un d'autre. En choisissant AKK, l'année dernière, elle avait choisi quelqu'un de faible qu'elle dominait. Après plus de 10 ans au pouvoir, où elle fut remarquable, il est temps de se retirer. De plus, la démonisation de toute pensée différente de la sienne, qu'elle soit de gauche ou de droite, ne fait que renforcer ces partis victimes d'un cordon sanitaire. Le mieux serait de laisser la démocratie jouer son role, et de demander à ces partis de montrer ce qu'ils savent faire. Cela ne durerait pas longtemps.

  • Posté par Naeije Robert, mardi 11 février 2020, 15:27

    Comme vous avez raison!

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs