Accueil Société

Rapatrier les enfants du djihad sans leurs mères? «Inconcevable»

Alors que le gouvernement vient d’officialiser sa volonté de rapatrier 42 enfants belges de Syrie, une mère de deux jeunes morts sur place monte au créneau. Pour elle et plusieurs défenseurs des droits, séparer les enfants de leurs mamans n’est pas imaginable.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Les choses évoluent lentement dans le dossier des ressortissants belges en Syrie. Mais les propos du ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin (MR), tenus depuis New York et rapportés mardi dans Le Soir, marquent un changement.

Pour la première fois depuis des mois, des années même, le gouvernement affiche sa volonté de rapatrier les 42 enfants belges qui se trouvent actuellement dans des camps en Syrie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 12 février 2020, 12:43

    Les "écolos n ont rien d autre à faire ?

  • Posté par CREPIN Hugues, mercredi 12 février 2020, 11:39

    Je pense qu'il faut définir des priorités d'une part mais ne pas non plus se voiler la face. Au final, ce sont les Kurdes qui décideront. Priorité aux enfants il me semble d'autant que rapatrier les mères revient quasiment à les acquitter d'office sauf sur des faits de base et que de toute manière elles seront séparées de leurs enfants puisque incarcérées à leur arrivée. En tous les cas, inconcevable me paraît un mot étrange dans la mesure où ce sont des situations où la déchéance des droits parentaux va se discuter. Il ne faut pas se le cacher non plus, avec des parents pareils, l'intérêt de l'enfant n'est pas nécessairement d'avoir encore contact avec eux et ni plus encore d'être éduqués par eux.

  • Posté par Christian BOULET, mercredi 12 février 2020, 14:31

    "ne pas non plus se voiler la face", expression particulièrement bien choisie...

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 12 février 2020, 9:51

    Pour une fois, Deswaef a raison. Les enfants ne doivent pas être punis pour les crimes de leurs parents - qui d'ailleurs acceptent de se livrer à la justice belge. Où est le problème? La lenteur paresseuse et inefficace de notre système judiciaire? Nos valeurs à géométrie variable?

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 12 février 2020, 10:12

    Qui acceptent d être présenté à la justice? Quelle gentilliesse !Pourtant il y a déjà au moins 2 génitrices qui remettent en cause leur jugement, une fois ici ,elles ne voudront plus se soumettre aux jugements, on parie?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs