Séduire un Business Angel (III) : les arguments à déployer

Séduire un Business Angel (III) : les arguments à déployer

. Être clair dans ses présentations. En définitive, tout se joue sur des pitchs de moins de 10 minutes. Ceux-ci doivent donc être au point et répétés. Au bout de ces séances, l'auditoire doit pouvoir comprendre ce que la start-up propose, en quoi elle innove, quels sont ses clients et comment elle se distingue de ses concurrents. C'est la base.

. Savoir à qui on s'adresse. Il convient d'adapter son pitch à un public d'investisseurs. Ceux-ci sont certes intéressés par le produit et la technique, mais jusqu'à un certain point. Il est essentiel à un moment d'exposer en détail le potentiel du projet, la capacité à générer des revenus.

. Laisser jouer les affinités. Les Business Angels jugent aussi la personnalité des entrepreneurs. «Ils évaluent en particulier si les fondateurs ont une vision claire de ce qu'ils veulent faire et s'ils ont une bonne capacité à agir, précise Claire Munck, la CEO du réseau Be Angels. Les affinités jouent aussi. Une levée de fonds, c'est une rencontre. Il faut que le courant passe entre les deux parties.»

. Susciter l'intérêt.«Très souvent, les entrepreneurs n'expliquent pas suffisamment en quoi leur projet peut constituer une opportunité d'investissement, poursuit la spécialiste en capital-risque. Or, c'est précisément ce que veulent entendre les Business Angels. Une présentation doit absolument inclure ce point.»


Quelques exemples de pitchs qui ont su convaincre les Business Angels

. Préciser son besoin de financement. C'est un autre point important. «Les start-up doivent indiquer le montant qu'elles souhaitent lever et préciser à quoi vont servir ces moyens. Il est aussi conseillé d'exprimer le type de compétences qui leur manquent et que les Business Angels pourraient leur apporter. C'est qu'ils sont là aussi pour partager leurs expériences.»

. Ne pas se laisser intimider. Certains Angels ont des caractères forts. Leur regard est critique et ils n'hésitent pas à «challenger» les candidats, comme on dit. C'est logique, avant d'investir, ils doivent aussi évaluer les risques. Leurs remarques peuvent être difficiles à entendre. Toutefois, les intégrer est apprécié. C'est la preuve qu'on peut se remettre en question.

. Savoir négocier. Des tensions apparaissent parfois en fin de processus, au moment d'estimer la valorisation de la société. Les entrepreneurs ont plutôt tendance à être optimistes et les Business Angel prudents. Un compromis peut être d'agir de façon progressive, en liant la valorisation à la réalisation d'objectifs. Les fonds sont alors injectés par étapes.

. Surveiller la convention d'actionnaires. «Certaines clauses peuvent effrayer les non-avertis, prévient Claire Munck. Par exemple, celle du Bad Leaver. Le fondateur qui quitterait la start-up avant le terme de l'investissement verrait ses parts frappées d'une décote. En effet, on considère que le ressort principal du projet n'existe plus.» En réponse, l'entrepreneur peut négocier une récompense s'il reste et atteint ses objectifs (Good Leaver). Autant le savoir.

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Septembre 2020, remake du «
pas avec le MR
», avec Georges-Louis Bouchez dans le rôle du «
mouton noir
».

    Négociations fédérales: le jeu des familles (du divorce, plutôt)

  2. d-20200913-GHVXNL 2020-09-13 17:19:21

    Santé en Lutte: itinéraire d’un déploiement policier qui fait mal

  3. Pour Johan Ickx, des milliers de Juifs auraient été sauvés grâce à Pie XII.

    Johan Ickx au «Soir»: «Je me demande pourquoi Yad Vashem ne loue pas Pie XII»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 62: le dégoût

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En ville, y avait des gens qui grouillaient dans tous les coins, dans la rue et les transports en commun, sur les terrasses, à vélo, debout, assis, partout.

    On se faufilait au milieu en louvoyant, ondulant, frôlant, évitant, avec cette impression poisseuse d’avoir enfilé des gants de crasse et de sentir grimper le long du corps des colonnes d’acaryotes, en file indienne comme des fourmis, pour tenter de se glisser sous le masque par l’entrebâillement sous le menton.

    Sans prévenir, a jailli alors comme un trop-plein de tout, un sentiment de gros beurk, une envie de se doucher au Dettol, de se terrer dans une belle cage de verre aseptisée, sur un lit avec des draps blancs et un wifi hyper puissant.

    Déjà, la veille, on avait dû désinfecter le petit qui se frottait à tout ce qu’il trouvait. Ne touche pas la rampe en montant. « Trop taaard...

    Lire la suite

  • Blanchimentà la belge? Montrez-nous que tout va mieux

    Bien évidemment, comment voulez-vous blanchir sans banques ? », s’exclame le juge Claise qui a fait de la lutte contre la délinquance financière son obsession et sa mission. Il pointe les banques à mauvaise réputation ou dans des paradis fiscaux mais qui ne peuvent être passées maîtres en pratiques douteuses sans la couverture, consciente ou naïve, de banques ayant pignon sur rue dans des pays comme… la Belgique. Notre pays est même plutôt « bien » classé. Dans son rapport 2020, le Basel Institute on Governance cite la...

    Lire la suite