Les Digital Natives existent-ils vraiment ?

Les Digital Natives existent-ils vraiment ?

Le terme «Digital Natives» a été popularisé par un auteur américain, Marc Prensky. En 2001 (déjà !), il publie l'article «Digital Natives, Digital Immigrants». Sa thèse ? Ceux qui sont nés après 1985 «pensent et traitent l'information de façon fondamentalement différente de leurs prédécesseurs». Là où les Baby Bomers -ceux nés entre 1945 et 1965- ont dû apprendre et migrer vers ces technologies (d'où «Immigrants»), les Digital Natives s'en sont emparés de façon naturelle.

Sauf que cette conclusion est... erronée ! C'est ce que affirment notamment deux autres chercheurs : Paul Kirschner de l'université d'Oulu en Finlande et Pedro De Bruyckere de la haute école Artevelde à Gand. En 2017, ils publient un essai «The myths of the digital native and the multitasker». Pour eux, ces surdoués numériques «n'existent pas». Et il en va de même de l'une de leurs supposées compétences, celle de pouvoir effectuer plusieurs tâches en même temps.


Professor Susan Bennett, The dangerous idea of the digital natives

Des niveaux de compétences très divers

Alors qui croire ? Voici ce que pense Nicolas Roland, chercheur en Sciences de l'éducation à l'ULB et auteur de plusieurs articles sur ce thème et sur celui de la pédagogie à l'heure des nouvelles technologies. En 2015, il émettait des doutes. Il confirme aujourd'hui. «Mon avis est que ce concept a été surtout fondé sur des considérations personnelles et non sur une réelle démarche scientifique. En fait, il a été repris et amplifié par des médias, des enseignants et même certains académiques, au point de devenir une croyance populaire.»


D'après lui, plusieurs critiques peuvent lui être adressées. «D'abord, ces personnes présentent des compétences très diverses en matière de technologie. Il est donc incorrect de toutes les qualifier de Digital Natives. Et ce que l'on constate sur base d'études, c'est que ces différences tiennent surtout au statut socio-économique des parents. Ceux qui maîtrisent le mieux le numérique sont ceux issus de familles aisées.» Une inégalité tout à fait classique dans le domaine de l'éducation.

Une technologie n'est pas l'autre

Un second reproche concerne le fondement même de ces fameuses compétences. «Elles ne sont que de surface, poursuit Nicolas Roland. Ces jeunes ont certes une habilité à se servir de certains outils. Mais ils ne savent pas toujours comment ils fonctionnent. Aujourd'hui, créer un site web peut se faire en utilisant une plateforme (WordPress, Wix, etc.). Avant, il fallait passer systématiquement par du codage HTML. Or, certains l'ont oublié. De même, ces compétences sont parfois limitées à un seul usage, en général récréatif. Ainsi, ces Natives savent poster une vidéo sur YouTube mais, quand ils arrivent à l'université, ils sont surpris de constater que la vidéo peut aussi être utilisée pour une leçon professorale... Donc, leurs savoirs ne s'étendent pas automatiquement à d'autres outils, logiciels, techniques ni, surtout, à d'autres usages –académique et professionnel, notamment.»

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite