Les Digital Natives existent-ils vraiment ?

Les Digital Natives existent-ils vraiment ?

Le terme «Digital Natives» a été popularisé par un auteur américain, Marc Prensky. En 2001 (déjà !), il publie l'article «Digital Natives, Digital Immigrants». Sa thèse ? Ceux qui sont nés après 1985 «pensent et traitent l'information de façon fondamentalement différente de leurs prédécesseurs». Là où les Baby Bomers -ceux nés entre 1945 et 1965- ont dû apprendre et migrer vers ces technologies (d'où «Immigrants»), les Digital Natives s'en sont emparés de façon naturelle.

Sauf que cette conclusion est... erronée ! C'est ce que affirment notamment deux autres chercheurs : Paul Kirschner de l'université d'Oulu en Finlande et Pedro De Bruyckere de la haute école Artevelde à Gand. En 2017, ils publient un essai «The myths of the digital native and the multitasker». Pour eux, ces surdoués numériques «n'existent pas». Et il en va de même de l'une de leurs supposées compétences, celle de pouvoir effectuer plusieurs tâches en même temps.


Professor Susan Bennett, The dangerous idea of the digital natives

Des niveaux de compétences très divers

Alors qui croire ? Voici ce que pense Nicolas Roland, chercheur en Sciences de l'éducation à l'ULB et auteur de plusieurs articles sur ce thème et sur celui de la pédagogie à l'heure des nouvelles technologies. En 2015, il émettait des doutes. Il confirme aujourd'hui. «Mon avis est que ce concept a été surtout fondé sur des considérations personnelles et non sur une réelle démarche scientifique. En fait, il a été repris et amplifié par des médias, des enseignants et même certains académiques, au point de devenir une croyance populaire.»


D'après lui, plusieurs critiques peuvent lui être adressées. «D'abord, ces personnes présentent des compétences très diverses en matière de technologie. Il est donc incorrect de toutes les qualifier de Digital Natives. Et ce que l'on constate sur base d'études, c'est que ces différences tiennent surtout au statut socio-économique des parents. Ceux qui maîtrisent le mieux le numérique sont ceux issus de familles aisées.» Une inégalité tout à fait classique dans le domaine de l'éducation.

Une technologie n'est pas l'autre

Un second reproche concerne le fondement même de ces fameuses compétences. «Elles ne sont que de surface, poursuit Nicolas Roland. Ces jeunes ont certes une habilité à se servir de certains outils. Mais ils ne savent pas toujours comment ils fonctionnent. Aujourd'hui, créer un site web peut se faire en utilisant une plateforme (WordPress, Wix, etc.). Avant, il fallait passer systématiquement par du codage HTML. Or, certains l'ont oublié. De même, ces compétences sont parfois limitées à un seul usage, en général récréatif. Ainsi, ces Natives savent poster une vidéo sur YouTube mais, quand ils arrivent à l'université, ils sont surpris de constater que la vidéo peut aussi être utilisée pour une leçon professorale... Donc, leurs savoirs ne s'étendent pas automatiquement à d'autres outils, logiciels, techniques ni, surtout, à d'autres usages –académique et professionnel, notamment.»

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les agences de voyage ne savent plus trop à quel saint se vouer face au code orange.

    Voyages à l’étranger: orange, couleur d’incertitudes

  2. Cela aura pris cent jours, mais les artistes ont fini par se faire entendre du pouvoir fédéral.

    Politique culturelle: enfin, quatre mesures fédérales ponctuelles d’aide aux artistes

  3. Vanessa Vaxelaire est responsable avec son mari des vignes du Château de Bioul, dans le Namurois. Le couple va entamer la conversion de ses cultures en bio.

    Quand le vin belge s’anoblit

La chronique
  • Etats-Unis: des missiles ou des respirateurs?

    Quel sera l’impact du Covid-19 sur la manière dont les Etats concevront leur sécurité nationale ? « Le changement d’accent sera-t-il aussi marquant que celui qui avait été amorcé par le président Bush dans le domaine de la lutte contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre ? », s’interrogeait David Sanger dans le New York Times. « Nous devons traiter cet enjeu comme nous l’avons fait à propos du 11 septembre, en reconnaissant une vulnérabilité massive dans laquelle nous avons chroniquement sous-investi », lui répondait Jeremy Konyndyk, le directeur de l’Office of US Foreign Disaster Assistance sous Barack Obama.

    Certains, au sein de l’Establishment de sécurité américain, à l’instar de Steven Simon et Richard Sokolsky du Quincy Institute for Responsible Statecraft, estiment même que ce virus est plus dangereux, « plus insidieux et disloquant que le terrorisme ». En raison de sa létalité (aux Etats-Unis, il a causé, à ce jour, 46 fois plus de morts que...

    Lire la suite

  • Enfin l’artiste!

    Une semaine après le triste spectacle de la flibuste sur l’avortement, le Parlement sort grandi ce jeudi soir du vote accordant un soutien aux artistes belges cruellement touchés par cette crise du Covid.

    On craignait le pire pourtant depuis les débats et les travaux parlementaires qui avaient débouché sur le renvoi de ces textes au Conseil d’État et à la Cour des Comptes, sur fond de clichés dans le chef de certains partis, faisant des artistes des profiteurs et des suceurs de roue....

    Lire la suite