Les Digital Natives existent-ils vraiment ?

Les Digital Natives existent-ils vraiment ?

Le terme «Digital Natives» a été popularisé par un auteur américain, Marc Prensky. En 2001 (déjà !), il publie l'article «Digital Natives, Digital Immigrants». Sa thèse ? Ceux qui sont nés après 1985 «pensent et traitent l'information de façon fondamentalement différente de leurs prédécesseurs». Là où les Baby Bomers -ceux nés entre 1945 et 1965- ont dû apprendre et migrer vers ces technologies (d'où «Immigrants»), les Digital Natives s'en sont emparés de façon naturelle.

Sauf que cette conclusion est... erronée ! C'est ce que affirment notamment deux autres chercheurs : Paul Kirschner de l'université d'Oulu en Finlande et Pedro De Bruyckere de la haute école Artevelde à Gand. En 2017, ils publient un essai «The myths of the digital native and the multitasker». Pour eux, ces surdoués numériques «n'existent pas». Et il en va de même de l'une de leurs supposées compétences, celle de pouvoir effectuer plusieurs tâches en même temps.


Professor Susan Bennett, The dangerous idea of the digital natives

Des niveaux de compétences très divers

Alors qui croire ? Voici ce que pense Nicolas Roland, chercheur en Sciences de l'éducation à l'ULB et auteur de plusieurs articles sur ce thème et sur celui de la pédagogie à l'heure des nouvelles technologies. En 2015, il émettait des doutes. Il confirme aujourd'hui. «Mon avis est que ce concept a été surtout fondé sur des considérations personnelles et non sur une réelle démarche scientifique. En fait, il a été repris et amplifié par des médias, des enseignants et même certains académiques, au point de devenir une croyance populaire.»


D'après lui, plusieurs critiques peuvent lui être adressées. «D'abord, ces personnes présentent des compétences très diverses en matière de technologie. Il est donc incorrect de toutes les qualifier de Digital Natives. Et ce que l'on constate sur base d'études, c'est que ces différences tiennent surtout au statut socio-économique des parents. Ceux qui maîtrisent le mieux le numérique sont ceux issus de familles aisées.» Une inégalité tout à fait classique dans le domaine de l'éducation.

Une technologie n'est pas l'autre

Un second reproche concerne le fondement même de ces fameuses compétences. «Elles ne sont que de surface, poursuit Nicolas Roland. Ces jeunes ont certes une habilité à se servir de certains outils. Mais ils ne savent pas toujours comment ils fonctionnent. Aujourd'hui, créer un site web peut se faire en utilisant une plateforme (WordPress, Wix, etc.). Avant, il fallait passer systématiquement par du codage HTML. Or, certains l'ont oublié. De même, ces compétences sont parfois limitées à un seul usage, en général récréatif. Ainsi, ces Natives savent poster une vidéo sur YouTube mais, quand ils arrivent à l'université, ils sont surpris de constater que la vidéo peut aussi être utilisée pour une leçon professorale... Donc, leurs savoirs ne s'étendent pas automatiquement à d'autres outils, logiciels, techniques ni, surtout, à d'autres usages –académique et professionnel, notamment.»

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10892087-031.JPG

    Je confine, tu confines, moi non plus

  2. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  3. POLITICS CONSULTATION COMMITTEE

    Couvre-feu, limitation dans les commerces, enseignement, sport…: les nouvelles mesures en Wallonie

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite