« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

Cheffes d’entreprises, la vingtaine, Sarah Lenoir et Laëtitia Tintinaglia sont à la tête de Knock Knock Prod, une agence de communication bruxelloise. Une première aventure professionnelle… engagée, puisqu’elles ne collaborent qu’avec des projets porteurs d’une dimension durable. « Notre société fait face à d’importants défis socioculturels, environnementaux et économiques », explique Laëtitia. « Que ce soit dans la slow fashion, l’alimentation, la lutte contre les inégalités ou l’économie circulaire, nous voulons donner la parole à des acteurs qui proposent une vision alternative. »

 

Jamais sans mes idéaux

Tout a commencé à la sortie de l’IHECS, au moment de trouver un premier emploi. Sarah, à l’origine de l’entreprise, se souvient de sa détermination à ne pas « se trahir ». « Mon diplôme en poche, j’ai cherché du boulot, mais rien ne répondait à mes attentes, à savoir concilier mes compétences et mes valeurs. Alors j’ai décidé de créer mon propre job… en accord avec mes convictions ! » Knock Knock Prod voyait le jour, fondée sur trois piliers : la responsabilité, la créativité et la proximité. Mais l’engagement des deux associées vient de loin. Déjà à l’IHECS, elles avaient opté pour le master en animation socioculturelle et éducation permanente. « À l’époque, cette filière était encore assez confidentielle, mais de plus en plus d’étudiants s’y intéressent. Signe qu’il y a une prise de conscience croissante des enjeux auxquels notre génération est confrontée... »

La force de l’exemple

Le déclic, Sarah va l’avoir en participant à l’incubateur Boost your project, destiné aux jeunes entrepreneurs. « J’ai réalisé qu’un tas d’initiatives responsables existaient et que je pouvais les aider à gagner en visibilité. Prouver qu’on peut faire de la pub, sans trahir nos valeurs ni celles de nos clients. On ne peut changer les choses qu’en étant acteur du changement… » Plus conscients et plus engagés, les milléniaux sont-ils réellement en train de faire bouger les lignes ? « En tout cas, on sent une dynamique incroyable. Cette impression que notre projet arrive au bon moment… L’écosystème durable, dans toutes ses dimensions, bouillonne et ne cesse de s’enrichir. Tous les jours, nous découvrons des initiatives innovantes, de nouveaux acteurs, etc. ».

L’engagement ? Un moteur !

« Le travail, c’est la vie (…) », disait John Lennon, alors autant lui donner du sens. Cela pourrait résumer la démarche de Knock Knock Prod. Pleinement investies, Sarah et Laëtitia choisissent avec soins leurs combats. « On a déjà refusé gentiment des clients, parce qu’ils ne collaient pas avec nos valeurs. On ne peut pas se permettre de tomber dans le sustain washing. » Un engagement fort qui se traduit aussi dans leur façon de travailler. « On bosse toujours à deux. Et ça risque de continuer... Une petite équipe, c’est l’assurance de rester proches de nos clients, de pouvoir s’investir personnellement et d’apporter un soutien à des projets auxquels on croit. » Et si cela résumait les aspirations professionnelles des milléniaux ? Pouvoir s’engager passionnément dans un boulot qui a du sens...

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-THAILAND-HEALTH-VIRUS

    Zone rouge: amendes et prison pour les voyageurs récalcitrants

  2. Si le président de la Chambre, Patrick Dewael (Open VLD), ne met pas la loi à l’agenda mercredi ou jeudi, elle sera reportée à la rentrée.

    Loi avortement: pourquoi le report à la rentrée est plus que probable

  3. Emmanuel Macron voulait dessiner un avenir, lors de son entretien du 14 Juillet. Mais c’est aussi sur le passé qu’il a dû s’expliquer.

    Emmanuel Macron: un nouveau chemin, vraiment?

La chronique
  • Lettre du Brexit: l’université britannique orpheline de ses chers étudiants chinois

    Par Marc Roche

    Le refrain du Brexit est connu mais tellement contrecarré par l’impasse des négociations sur la relation future que les partisans de la sortie de l’Union européenne le chantonnent à tout bout de champ. En dominant la nouvelle économie du savoir, la knowledge-based economy fondée sur la matière grise, le Royaume-Uni va forger son nouvel avenir planétaire. Les célèbres universités britanniques seront l’une des pièces maîtresses des ambitions de Londres après le largage définitif des amarres prévu en décembre.

    Au cœur de cette stratégie du « Global Britain » (la Grande-Bretagne planétaire) figuraient les étudiants chinois. Entre 2015 et 2019, leur nombre au Royaume-Uni est passé de 80.000 à 120.000. Pour conquérir ce marché alléchant, des universités ont également installé des campus en Chine. Résultat, le corps étudiant chinois atteint désormais 20 % des inscrits de seize universités dont Oxford, Cambridge, la London School of Economics, Imperial College ou Liverpool University....

    Lire la suite

  • C’est une certaine idée du contrat social qui se délite

    On devait s’y attendre. Et pourtant, on se surprend à être surpris. Les points de friction entre employeurs et salariés autour des différents aspects des mesures Corona étaient prévisibles : assimilation du chômage temporaire à une période de préavis, remplacement de salariés par des emplois « low cost », refus de reconnaître le droit au retrait invoqué. A ces « incidents », il fallait s’attendre.

    Parce qu’aucune règle ne sera jamais assez précise pour être totalement...

    Lire la suite