« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

Cheffes d’entreprises, la vingtaine, Sarah Lenoir et Laëtitia Tintinaglia sont à la tête de Knock Knock Prod, une agence de communication bruxelloise. Une première aventure professionnelle… engagée, puisqu’elles ne collaborent qu’avec des projets porteurs d’une dimension durable. « Notre société fait face à d’importants défis socioculturels, environnementaux et économiques », explique Laëtitia. « Que ce soit dans la slow fashion, l’alimentation, la lutte contre les inégalités ou l’économie circulaire, nous voulons donner la parole à des acteurs qui proposent une vision alternative. »

 

Jamais sans mes idéaux

Tout a commencé à la sortie de l’IHECS, au moment de trouver un premier emploi. Sarah, à l’origine de l’entreprise, se souvient de sa détermination à ne pas « se trahir ». « Mon diplôme en poche, j’ai cherché du boulot, mais rien ne répondait à mes attentes, à savoir concilier mes compétences et mes valeurs. Alors j’ai décidé de créer mon propre job… en accord avec mes convictions ! » Knock Knock Prod voyait le jour, fondée sur trois piliers : la responsabilité, la créativité et la proximité. Mais l’engagement des deux associées vient de loin. Déjà à l’IHECS, elles avaient opté pour le master en animation socioculturelle et éducation permanente. « À l’époque, cette filière était encore assez confidentielle, mais de plus en plus d’étudiants s’y intéressent. Signe qu’il y a une prise de conscience croissante des enjeux auxquels notre génération est confrontée... »

La force de l’exemple

Le déclic, Sarah va l’avoir en participant à l’incubateur Boost your project, destiné aux jeunes entrepreneurs. « J’ai réalisé qu’un tas d’initiatives responsables existaient et que je pouvais les aider à gagner en visibilité. Prouver qu’on peut faire de la pub, sans trahir nos valeurs ni celles de nos clients. On ne peut changer les choses qu’en étant acteur du changement… » Plus conscients et plus engagés, les milléniaux sont-ils réellement en train de faire bouger les lignes ? « En tout cas, on sent une dynamique incroyable. Cette impression que notre projet arrive au bon moment… L’écosystème durable, dans toutes ses dimensions, bouillonne et ne cesse de s’enrichir. Tous les jours, nous découvrons des initiatives innovantes, de nouveaux acteurs, etc. ».

L’engagement ? Un moteur !

« Le travail, c’est la vie (…) », disait John Lennon, alors autant lui donner du sens. Cela pourrait résumer la démarche de Knock Knock Prod. Pleinement investies, Sarah et Laëtitia choisissent avec soins leurs combats. « On a déjà refusé gentiment des clients, parce qu’ils ne collaient pas avec nos valeurs. On ne peut pas se permettre de tomber dans le sustain washing. » Un engagement fort qui se traduit aussi dans leur façon de travailler. « On bosse toujours à deux. Et ça risque de continuer... Une petite équipe, c’est l’assurance de rester proches de nos clients, de pouvoir s’investir personnellement et d’apporter un soutien à des projets auxquels on croit. » Et si cela résumait les aspirations professionnelles des milléniaux ? Pouvoir s’engager passionnément dans un boulot qui a du sens...

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les restaurateurs ne pourront pas compter que sur leurs extensions de terrasses pour s’en sortir financièrement.

    Déconfinement: comment l’Etat veut aider l’horeca pour sa réouverture

  2. Sur le fond, cette rentrée est plutôt bien accueillie. Ceux qui connaissent les enfants savent combien l’école est avant tout un lieu de socialisation.

    Déconfinement: comment l’école va passer de (presque) rien, à (presque) tout

  3. Ursula von der Leyen, masquée, avant la présentation de son plan de relance, mercredi au Parlement européen.

    Plan de relance européen: un double défi lancé à la Belgique

La chronique
  • Les scouts, Didier Raoult et les écoles: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Yves de Jonghe d’Ardoye d’Erp

    Etonnant parcours que celui de l’ancien bourgmestre MR d’Ixelles : le voici maire adjoint de la commune de Vézac dans le Périgord, fief familial de 597 habitants tout de même. Le grand écart entre les frites de la place Flagey et le marché au foie gras de Sarlat. Le vicomte possède les deux nationalités. Il démissionne donc du conseil communal ixellois, mais promet déjà de revenir bientôt.

    Les scouts

    Ils sont bien contents les scouts et consorts : leurs camps d’été dans nos vastes prairies sont sauvés ! Mais il faudra se montrer prudent et respecter un foulard et demi de distance. Bison futé devra se tenir à l’écart de Renard zélé qui lui-même devra s’écarter de Chevreuil tête-en-l’air. Chez les filles, Loutre agile et Belette souriante éviteront les accolades autour du feu de camp. Scouts toujours… loin...

    Lire la suite

  • Déconfinement en terre inconnue: et si on assumait?

    C’est dur la vie d’homme et de femme politiques. Il y a quelques semaines encore, ils étaient accusés de ne pas fermer assez vite les écoles, et voilà qu’aujourd’hui, ils sont dézingués parce qu’ils les rouvrent trop vite. Il y a 15 jours, on se moquait de leur règle de « 4 proches à fréquenter », et voilà que dès le 3 juin, on va s’agacer de voir ces limites remplacées par une trop vague « nouvelle façon de gérer ses rapports sociaux ».

    Colères...

    Lire la suite