« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

Cheffes d’entreprises, la vingtaine, Sarah Lenoir et Laëtitia Tintinaglia sont à la tête de Knock Knock Prod, une agence de communication bruxelloise. Une première aventure professionnelle… engagée, puisqu’elles ne collaborent qu’avec des projets porteurs d’une dimension durable. « Notre société fait face à d’importants défis socioculturels, environnementaux et économiques », explique Laëtitia. « Que ce soit dans la slow fashion, l’alimentation, la lutte contre les inégalités ou l’économie circulaire, nous voulons donner la parole à des acteurs qui proposent une vision alternative. »

 

Jamais sans mes idéaux

Tout a commencé à la sortie de l’IHECS, au moment de trouver un premier emploi. Sarah, à l’origine de l’entreprise, se souvient de sa détermination à ne pas « se trahir ». « Mon diplôme en poche, j’ai cherché du boulot, mais rien ne répondait à mes attentes, à savoir concilier mes compétences et mes valeurs. Alors j’ai décidé de créer mon propre job… en accord avec mes convictions ! » Knock Knock Prod voyait le jour, fondée sur trois piliers : la responsabilité, la créativité et la proximité. Mais l’engagement des deux associées vient de loin. Déjà à l’IHECS, elles avaient opté pour le master en animation socioculturelle et éducation permanente. « À l’époque, cette filière était encore assez confidentielle, mais de plus en plus d’étudiants s’y intéressent. Signe qu’il y a une prise de conscience croissante des enjeux auxquels notre génération est confrontée... »

La force de l’exemple

Le déclic, Sarah va l’avoir en participant à l’incubateur Boost your project, destiné aux jeunes entrepreneurs. « J’ai réalisé qu’un tas d’initiatives responsables existaient et que je pouvais les aider à gagner en visibilité. Prouver qu’on peut faire de la pub, sans trahir nos valeurs ni celles de nos clients. On ne peut changer les choses qu’en étant acteur du changement… » Plus conscients et plus engagés, les milléniaux sont-ils réellement en train de faire bouger les lignes ? « En tout cas, on sent une dynamique incroyable. Cette impression que notre projet arrive au bon moment… L’écosystème durable, dans toutes ses dimensions, bouillonne et ne cesse de s’enrichir. Tous les jours, nous découvrons des initiatives innovantes, de nouveaux acteurs, etc. ».

L’engagement ? Un moteur !

« Le travail, c’est la vie (…) », disait John Lennon, alors autant lui donner du sens. Cela pourrait résumer la démarche de Knock Knock Prod. Pleinement investies, Sarah et Laëtitia choisissent avec soins leurs combats. « On a déjà refusé gentiment des clients, parce qu’ils ne collaient pas avec nos valeurs. On ne peut pas se permettre de tomber dans le sustain washing. » Un engagement fort qui se traduit aussi dans leur façon de travailler. « On bosse toujours à deux. Et ça risque de continuer... Une petite équipe, c’est l’assurance de rester proches de nos clients, de pouvoir s’investir personnellement et d’apporter un soutien à des projets auxquels on croit. » Et si cela résumait les aspirations professionnelles des milléniaux ? Pouvoir s’engager passionnément dans un boulot qui a du sens...

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite