« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

« Mon dream job ? Associer mon savoir-faire à mes valeurs »

Cheffes d’entreprises, la vingtaine, Sarah Lenoir et Laëtitia Tintinaglia sont à la tête de Knock Knock Prod, une agence de communication bruxelloise. Une première aventure professionnelle… engagée, puisqu’elles ne collaborent qu’avec des projets porteurs d’une dimension durable. « Notre société fait face à d’importants défis socioculturels, environnementaux et économiques », explique Laëtitia. « Que ce soit dans la slow fashion, l’alimentation, la lutte contre les inégalités ou l’économie circulaire, nous voulons donner la parole à des acteurs qui proposent une vision alternative. »

 

Jamais sans mes idéaux

Tout a commencé à la sortie de l’IHECS, au moment de trouver un premier emploi. Sarah, à l’origine de l’entreprise, se souvient de sa détermination à ne pas « se trahir ». « Mon diplôme en poche, j’ai cherché du boulot, mais rien ne répondait à mes attentes, à savoir concilier mes compétences et mes valeurs. Alors j’ai décidé de créer mon propre job… en accord avec mes convictions ! » Knock Knock Prod voyait le jour, fondée sur trois piliers : la responsabilité, la créativité et la proximité. Mais l’engagement des deux associées vient de loin. Déjà à l’IHECS, elles avaient opté pour le master en animation socioculturelle et éducation permanente. « À l’époque, cette filière était encore assez confidentielle, mais de plus en plus d’étudiants s’y intéressent. Signe qu’il y a une prise de conscience croissante des enjeux auxquels notre génération est confrontée... »

La force de l’exemple

Le déclic, Sarah va l’avoir en participant à l’incubateur Boost your project, destiné aux jeunes entrepreneurs. « J’ai réalisé qu’un tas d’initiatives responsables existaient et que je pouvais les aider à gagner en visibilité. Prouver qu’on peut faire de la pub, sans trahir nos valeurs ni celles de nos clients. On ne peut changer les choses qu’en étant acteur du changement… » Plus conscients et plus engagés, les milléniaux sont-ils réellement en train de faire bouger les lignes ? « En tout cas, on sent une dynamique incroyable. Cette impression que notre projet arrive au bon moment… L’écosystème durable, dans toutes ses dimensions, bouillonne et ne cesse de s’enrichir. Tous les jours, nous découvrons des initiatives innovantes, de nouveaux acteurs, etc. ».

L’engagement ? Un moteur !

« Le travail, c’est la vie (…) », disait John Lennon, alors autant lui donner du sens. Cela pourrait résumer la démarche de Knock Knock Prod. Pleinement investies, Sarah et Laëtitia choisissent avec soins leurs combats. « On a déjà refusé gentiment des clients, parce qu’ils ne collaient pas avec nos valeurs. On ne peut pas se permettre de tomber dans le sustain washing. » Un engagement fort qui se traduit aussi dans leur façon de travailler. « On bosse toujours à deux. Et ça risque de continuer... Une petite équipe, c’est l’assurance de rester proches de nos clients, de pouvoir s’investir personnellement et d’apporter un soutien à des projets auxquels on croit. » Et si cela résumait les aspirations professionnelles des milléniaux ? Pouvoir s’engager passionnément dans un boulot qui a du sens...

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite