Product-market fit : le Graal de la start-up

Product-market fit : le Graal de la start-up

Une start-up naît d’une idée. Son but : transformer l’essai, c’est-à-dire vendre un produit. La condition ? Séduire des clients. C’est dans cette équation qu’apparaît une inconnue-clé : le product-market fit. Popularisé (entre autres) par Marc Andreessen, fondateur de Netscape, ce néologisme cache un concept plutôt simple à comprendre, mais compliqué à atteindre: l’adéquation parfaite entre un produit et son marché. Le perfect match pour reprendre une formule anglaise. Plus précisément, le PMF représente l’instant où un produit est en mesure de satisfaire les besoins d’un segment de marché. Le croisement entre une offre donnée et une demande ciblée. Bref, c’est un produit qui va marcher !

Le marché décide

Avec l’émergence d’un langage et de méthodologies propres à l’univers des start-up, l’expression « product-market fit » s’est rapidement transformée en une condition sine qua non du développement d’une start-up. Un passage obligé dans le parcours de la jeune pousse. Trouver son PMF ? Voilà le premier objectif d’un entrepreneur. Et pour cause, le marché a toujours raison… Un produit, aussi bon soit-il, qui ne parvient pas à toucher ses cibles, finit par échouer.

La vérité du terrain

Pour Steve Blank, père de la méthode Lean Startup, le product/market fit est le feu vert qui permet de passer du développement à la commercialisation à une plus grande échelle. Vos premiers clients s’arrachent votre prototype ? Vous y êtes ! Une étape cruciale donc, puisque la start-up a : • validé son produit auprès d’un « échantillon » de consommateurs ; • démontré l’existence d’un segment de marché ; • confirmé la présence d’un nombre suffisant de clients pour générer des revenus importants.

Un travail de « chercheur »

Mais ce Graal de la start-up n’est pas chose aisée. Faut-il d’abord identifier un besoin ou trouver une idée géniale ? Comment mesurer le fit ? Il n’existe ni formule magique ni réponses simples à ces questions. L’entrepreneur en quête de son product-market fit doit constamment remettre l’ouvrage sur le métier, confronter son prototype au marché, observer les résultats, comprendre les retours des clients, adapter son offre… et ainsi de suite jusqu’à ce que son produit final soit « parfait ».

Dessine-moi un product-market fit

Comme l’explique Alexander Osterwalder, un autre prophète de l’entrepreneuriat, connu pour avoir développé l’approche du Business Model Canvas, le PMF détermine le stade où l’entrepreneur peut arrêter de chercher. Sa proposition de valeur est suffisamment mûre pour conquérir le marché. Autrement dit, le client :
adore : l’intérêt du produit est compréhensible et évident en un coup d’œil ;
achète : cet intérêt se traduit par une volonté féroce d’achat ;
en parle : le produit séduit toujours plus de nouveaux clients sans trop d’efforts supplémentaires.

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La prudence est de mise dans les avions, comme ailleurs.

    Irresponsable pour les Belges de partir en vacances? Non !

  2. «
C’est avant tout l’histoire d’une passion
», insiste Raymond Leroy, au milieu de ses vignes.

    Les vins belges: une bulle pas près d’exploser

  3. PHOTONEWS_10823807-020

    Faut-il juger les terroristes aux Assises?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 26: la deuche

    Il y a quelques semaines, il s’est passé un truc incroyable.

    On a retrouvé une vieille, vieille amie. Elle avait passé l’hiver au chaud et en mars, alors qu’elle commençait à sentir les frémissements du beau temps, on avait été obligée de lui dire que non, on ne pourrait pas se voir pendant un moment. Qu’on ne pouvait plus sortir sans raison désormais, qu’il allait falloir être courageuse, et patiente surtout. Qu’on se retrouverait un jour et qu’alors, ce serait formidable. Elle verrait.

    On a rechargé nos batteries pendant trois mois toutes les deux, chacune de son côté. Dans ce monde tout rétréci où tout s’est soudain fait à pied et à vélo, on essayait de ne pas trop penser à elle. On n’a pas été la voir au début. Parce que ça faisait un peu mal au cœur. Une amie comme ça, on n’en trouve pas à tous les coins de...

    Lire la suite

  • Non, il n’y a pas de plan «retour», et c’est un scandale

    C’est comme si le gouvernement découvrait le 6 juillet que les vacances commencent le premier », nous déclare Philippe Devos, le chef urgentiste du CHC Liège. C’est très dur, mais ce qui est affligeant, et en fait extrêmement triste, c’est que c’est la réalité.

    Il y a deux semaines, après le dernier Conseil national de sécurité (CNS), nous avions interrogé : « Mais qui va veiller sur nous cet été ? » Notre impression était que les gouvernements et le GEES nous disaient...

    Lire la suite