“ Ma passion m’a offert mon boulot ”

“ Ma passion m’a offert mon boulot ”

« Tout a commencé il y a quatre ans. J’ai lancé mon blog et mon compte Instagram. Je n’étais pas encore indépendante, je parlais de décoration car c’est ma passion et parce que je voulais que les gens qui me suivent soient intéressés. J’ai gagné des followers peu à peu, et parmi ceux-là, des marques, des boutiques et j’ai commencé mes premiers projets ».

« Ma passion m’a offert mon boulot »

« Après deux ans, j’ai pu commencer à travailler, notamment pour le magazine féminin Libelle. Comment ? Car sur les médias sociaux, je parlais tout le temps de déco, de style, de design. Les gens savaient que si un jour je travaillais pour eux, c’était avec tout mon cœur et ma passion. Petit à petit, j’ai pu travailler sur d’autres projets, gagné des clients et ai pu me lancer comme indépendante à titre principal. Ce n’est pas pour autant facile. Il y a plus de rentrées mais plus de frais. Certains mois ça va, d’autres moins. Mais de l’autre côté, j’adore ce que je fais. Et je ne le changerai pour rien au monde. Il faut montrer ce que l’on peut faire, parler de soi, monter et montrer ses projets, c’est un job à plein temps. Cela continue à croître et à se développer. J’ai écrit un livre, je donne des ateliers… cela devient une grande aventure. J’apprends encore et je fais de nouvelles choses, même après deux ans et demis ».

« Les médias sociaux primordiaux »

« Pour la génération Y, les médias sociaux facilitent les choses. Ce que j’ai pu faire en trois ou quatre ans, cela aurait peut-être pris dix ans avant. Tout change pour nous, les Millennials. Avec les technologies, des nouveaux métiers et de nouvelles opportunités se créent. Il ne faut plus forcément faire des études pour trouver sa voie. Il faut du talent, de l’envie, de la patience et surtout de la passion. Sans passion, ce n’est pas la peine. Il faut aussi beaucoup de travail et parler avec tout le monde, créer son réseau. Cela peut faire peur de se lancer, mais à un moment, il faut passer le cap et sauter dans l’inconnu. Cela vaut le coup ! ».

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Esprit Courbevoie est le nom donné à un méga-projet en construction à l’entrée de Louvain-la-Neuve. Près de 400 appartements constitueront bientôt un nouveau quartier.

    Immobilier: le Brabant wallon, une province attractive où il fait bon investir

  2. 10862363-058

    Coronavirus: le pic de mars est dépassé

  3. BELGIUM HOSPITALS PANDEMIC CORONAVIRUS COVID19

    Coronavirus: l’épidémie s’accélère en Flandre, les hospitalisations doublent tous les 6 jours

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une leçon d’humilité en cinq points pour le monde politique

    En quelques jours, c’est une sacrée leçon d’humilité que le monde politique belge a reçue, à tous niveaux de pouvoir. La Flandre et son ministre-président ont été ce mardi les derniers à « atterrir », forcés d’adopter des mesures qu’ils avaient refusées vendredi dernier, prises en panique le week-end par les autres Régions. Plus jamais ça : il serait insensé que les erreurs commises se répètent dans les jours à venir. La leçon d’humilité comporte 5 volets :

    1) Une épidémie ne...

    Lire la suite