Et vous, comment êtes-vous perçu par vos employés ?

Et vous, comment êtes-vous perçu par vos employés ?

Les études vont toutes dans le même sens. Deux-tiers des Belges environ se disent satisfaits de leurs supérieurs. Mais attention, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les 33% restant, 1 travailleur sur 3 donc, jugent quand même leur manager... incompétent ! C’est bien plus que ce que s’imaginent ces mêmes managers. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point sur lequel les perceptions divergent. Les leaders auraient aussi tendance à surestimer leur capacité à inspirer et motiver leurs équipes par exemple.


Plus inquiétant, la situation ne tend pas à s’améliorer. Au contraire. Le regard que portent les moins de 40 ans sur les actions et les valeurs de leur direction se détériore. Moins de 1 sur 3 considère aujourd’hui que celle-ci a un impact positif sur la société, motivée par un souci éthique.


Résultat, très peu de ces employés, 13% seulement, aspirent à accéder à des fonctions de management, celles-ci étant considérées comme trop éloignées de leurs idéaux.


S’ils étaient néanmoins à la place de leur supérieur, deux tiers d’entre eux feraient attention à être plus à l’écoute et à donner davantage de feedback.


Et ce serait tout bénéfice pour l’entreprise puisqu’un manager empathique et ouvert suscite deux fois plus de satisfaction et deux fois moins de stress au boulot. S’il est considéré comme “mauvais” par ceux qu’il dirige par contre, il risque de favoriser les maladies de longue durée, comme le burn-out.


Alors, prêt à adopter une méthode de management moderne et respectueuse de vos travailleurs ? Le jeu en vaut certainement la chandelle.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Terrasses

    Réouverture de l’horeca: les bourgmestres frondeurs persistent, le fédéral reste inflexible sur la date

  2. PHOTONEWS_10865389-082

    Réouverture de l’horeca: un bourgmestre ne peut pas empêcher la police de verbaliser

  3. d-20210205-GL598J 2021-04-14 11_55_07

    Voyages: quelles sont les mesures en vigueur dans les pays prisés des Belges? (carte interactive)

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Il faut savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite