Et vous, comment êtes-vous perçu par vos employés ?

Et vous, comment êtes-vous perçu par vos employés ?

Les études vont toutes dans le même sens. Deux-tiers des Belges environ se disent satisfaits de leurs supérieurs. Mais attention, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les 33% restant, 1 travailleur sur 3 donc, jugent quand même leur manager... incompétent ! C’est bien plus que ce que s’imaginent ces mêmes managers. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point sur lequel les perceptions divergent. Les leaders auraient aussi tendance à surestimer leur capacité à inspirer et motiver leurs équipes par exemple.


Plus inquiétant, la situation ne tend pas à s’améliorer. Au contraire. Le regard que portent les moins de 40 ans sur les actions et les valeurs de leur direction se détériore. Moins de 1 sur 3 considère aujourd’hui que celle-ci a un impact positif sur la société, motivée par un souci éthique.


Résultat, très peu de ces employés, 13% seulement, aspirent à accéder à des fonctions de management, celles-ci étant considérées comme trop éloignées de leurs idéaux.


S’ils étaient néanmoins à la place de leur supérieur, deux tiers d’entre eux feraient attention à être plus à l’écoute et à donner davantage de feedback.


Et ce serait tout bénéfice pour l’entreprise puisqu’un manager empathique et ouvert suscite deux fois plus de satisfaction et deux fois moins de stress au boulot. S’il est considéré comme “mauvais” par ceux qu’il dirige par contre, il risque de favoriser les maladies de longue durée, comme le burn-out.


Alors, prêt à adopter une méthode de management moderne et respectueuse de vos travailleurs ? Le jeu en vaut certainement la chandelle.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. euronumeriqueweb

    Union européenne: pourquoi la BCE pourrait émettre un euro numérique

  2. Le Parlement flamand a mis Staf De Clercq, collaborateur notoire, dans sa galerie d’honneur de quatorze personnalités «ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand»...

    Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

  3. Le président Félix Tshisekedi a désormais récupéré l’essentiel du pouvoir en se servant avant tout de l’outil judiciaire et de ruses politiques que le défunt Mobutu n’aurait pas désavoués.

    RD Congo: le Premier ministre Ilunga Ilunkamba est destitué par l’Assemblée

La chronique
  • Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

    Ah les journalistes, quels emmerdeurs… Toujours à fourrer leur nez partout ! Ils n’ont pas mieux à faire que de scruter chaque photo d’une brochure commémorative du Parlement flamand ? Ou de cacher des caméras en face de la porte d’entrée d’un restaurant étoilé anversois ? Franchement…

    Eh bien non, ils n’ont pas mieux à faire et cela fait même partie de ce qu’ils font de mieux. Les semaines récentes en ont fourni deux exemples. Le premier a défrayé la chronique, jusque dans les colonnes du journal Le Monde en France. Le Parlement flamand célèbre cette année ses 50 ans et a pour l’occasion commandité une édition spéciale du magazine Newsweek dans lequel figuraient, dans une galerie d’honneur de quatorze personnalités « ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand », les photos de deux collaborateurs notoires. Staf De Clercq et August Borms sont même ce qu’on fait de « mieux » dans le genre. Activiste durant la Première Guerre mondiale, August Borms a (re)collaboré pendant la Deuxième et fut fusillé en 1946. Staf De...

    Lire la suite

  • Le risque d’effondrement intérieur et le souvenir des petits bonheurs

    Le moment est très critique. Pas une fois ces derniers jours, nos interlocuteurs n’ont fait semblant. A la question « comment va ? », la réponse fuse : « on en a assez », « je n’en peux plus ».

    La population, même celle qui a son quatre-façades avec jardin, même celle qui ne doit pas gérer des jeunes aux idées dangereusement noires, est saturée. On touche à l’évidence aux limites de ce qui est supportable. Et si l’on peut saluer l’absence de mouvements violents...

    Lire la suite