Et vous, comment êtes-vous perçu par vos employés ?

Et vous, comment êtes-vous perçu par vos employés ?

Les études vont toutes dans le même sens. Deux-tiers des Belges environ se disent satisfaits de leurs supérieurs. Mais attention, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les 33% restant, 1 travailleur sur 3 donc, jugent quand même leur manager... incompétent ! C’est bien plus que ce que s’imaginent ces mêmes managers. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point sur lequel les perceptions divergent. Les leaders auraient aussi tendance à surestimer leur capacité à inspirer et motiver leurs équipes par exemple.


Plus inquiétant, la situation ne tend pas à s’améliorer. Au contraire. Le regard que portent les moins de 40 ans sur les actions et les valeurs de leur direction se détériore. Moins de 1 sur 3 considère aujourd’hui que celle-ci a un impact positif sur la société, motivée par un souci éthique.


Résultat, très peu de ces employés, 13% seulement, aspirent à accéder à des fonctions de management, celles-ci étant considérées comme trop éloignées de leurs idéaux.


S’ils étaient néanmoins à la place de leur supérieur, deux tiers d’entre eux feraient attention à être plus à l’écoute et à donner davantage de feedback.


Et ce serait tout bénéfice pour l’entreprise puisqu’un manager empathique et ouvert suscite deux fois plus de satisfaction et deux fois moins de stress au boulot. S’il est considéré comme “mauvais” par ceux qu’il dirige par contre, il risque de favoriser les maladies de longue durée, comme le burn-out.


Alors, prêt à adopter une méthode de management moderne et respectueuse de vos travailleurs ? Le jeu en vaut certainement la chandelle.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10935017-044

    Anderlecht: Kristoffer Olsson est bien décidé à enfin exprimer son potentiel

  2. Parmi les Cubains, jusqu’à Miami, «Patria y vida» a remplacé le slogan castriste «Patria o muerte».

    Entre répression et pandémie, Cuba au crépuscule du castrisme

  3. Une planche de «Les glaces aux coquelicots».

    Les livres jeunesse de votre été: des vacances sur les p(l)ages ensoleillées avec «Idylle» et «Les glaces aux coquelicots»

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Pour un «reset» du logiciel démocratique au Congo

    A chaque fois, on entend des déclarations fracassantes, voire des bruits de bottes. Même de bonnes idées, comme celle de confier aux confessions religieuses le soin de désigner la commission électorale indépendante, menacent de déraper. On en vient à se dire que la démocratie est un exercice qui coûte cher, mobilise toute l’attention et conduit à chaque fois le pays au bord du gouffre… Mais on sait aussi qu’à part la dictature, dont on a vu les résultats, il n’y a pas d’autre choix et que l’alternance, aussi risquée soit-elle, doit...

    Lire la suite