Le pop-up store, un moyen idéal de tester son concept

Edition numérique des abonnés

Difficile de se promener dans des rues commerçantes sans trouver de pop-up store. Ces magasins éphémères permettent aux jeunes créateurs et entrepreneurs d’ouvrir leur commerce pendant une période donnée. Une occasion idéale de proposer leur première gamme de produits à la clientèle. Tout cela sans mettre en jeu toutes leurs économies.

Le public bruxellois est demandeur

Ces pop-up stores, trop éphémères pour attirer les clients ? Bien au contraire en ce qui concerne les Bruxellois. Une étude effectuée par hub.brussels prouve l’intérêt des habitants de la capitale pour ce type de commerce. Ils sont ainsi 8 sur 10 à avoir déjà poussé les portes d’un pop-up store et un tiers d’entre eux avoue même être plus facilement tenté par une boutique éphémère que par un magasin classique. Qu’est-ce qui les attirent ? Toujours selon la même étude, ces magasins proposent des produits inédits (pour 34,4% des sondés), des concepts originaux (22,1%), des prix avantageux (22,1%) ainsi que des nouveautés (18%).

Etre bien préparé avant de lancer son pop-up store

Si le public semble déjà prêt, l’entrepreneur doit l’être encore plus. Ce n’est pas parce qu’une boutique est éphémère que le risque et la préparation sont minimes. Car le pop-up store permet de confronter son concept, en conditions réelles. « C’est fondamental », explique Isabelle Grippa, CEO de hub.brussels. « Le pop-up store permet de tester son produit et si besoin de le réorienter. Il n’y a pas de logique d’échec car le test permet aussi de s’améliorer ». Se faire accompagner par des structures peut ainsi être utile et encore diminuer le risque. « Il ne faut pas investir tout ce qu’on a pour pouvoir ouvrir son pop-up store ».

Un accompagnement spécifique pour les entrepreneurs

Si, en Wallonie, la plateforme UrbanRetail met en lien candidats-entrepreneurs et propriétaires de biens, l’accompagnement est plus complet en Région bruxelloise. Avec l’Auberge Espagnole, Kanal Store et Taste.Brussels, trois programmes spécifiques d’accompagnement et de lancement sont destinés aux jeunes entrepreneurs et créateurs désirant ouvrir une boutique éphémère. « Avec ces trois initiatives, les entrepreneurs de la nouvelle génération trouvent un cadre pour démarrer leur projet, une éthique de travail basée sur le respect de l’autre et de l’environnement, ainsi qu’une réflexion qui objective les prises de décisions », ajoute encore Isabelle Grippa. De quoi mettre son projet de pop-up store sous les meilleurs auspices.

 

Sur le même sujet
Starter
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «Chacun doit accepter de briser des tabous, il va falloir du courage politique.»

    Pierre-Yves Jeholet: «Wallons, Bruxellois, discutons d’un projet francophone, ou nous irons à genoux devant la Flandre!»

  2. Wout van Aert, esquinté, refuse la dérobade. «J’ai failli».

    Wout van Aert: «Je suis humain, seulement humain»

  3. d-20200902-GHP6CY 2020-09-02 18_31_09

    Affaire Chovanec: durant deux jours, une reconstitution très attendue

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 563: le pire

    Le 25 septembre 2019, il ne s’est rien passé d’incroyable. C’était la vie d’avant, normale, tranquille, filant doux comme une rivière sans pluie, serpentant sagement au fond de son lit, sans cascade, sans torrent, appâtant les peintres et les poètes en mal d’inspiration. La vie d’avant, c’était un poème, une petite aquarelle accrochée au-dessus du lit d’une chambre d’hôtel.

    Le 25 septembre 2021, c’est le chaos. Quand cette femme qu’on rencontre pour la première fois, la toute première fois de notre vie, s’avance dans le hall d’entrée et nous plaque un gros baiser qui claque alors qu’on lui tendait chaleureusement le coude, on hurle (intérieurement) : « A l’aide ! Rendez-nous la poignée de main de 2019, la distanciation de 2020 ou même, allez, le hug à l’américaine, on l’a adopté direct, celui-là ! » Mais non. Le covid à l’ère du vaccin, c’est pire que tout : même les inconnu(e)s nous embrassent, et sans consentement. Ça vaut combien, ça, pénalement ?

    ...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite