Le pop-up store, un moyen idéal de tester son concept

Le pop-up store, un moyen idéal de tester son concept

Difficile de se promener dans des rues commerçantes sans trouver de pop-up store. Ces magasins éphémères permettent aux jeunes créateurs et entrepreneurs d’ouvrir leur commerce pendant une période donnée. Une occasion idéale de proposer leur première gamme de produits à la clientèle. Tout cela sans mettre en jeu toutes leurs économies.

Le public bruxellois est demandeur

Ces pop-up stores, trop éphémères pour attirer les clients ? Bien au contraire en ce qui concerne les Bruxellois. Une étude effectuée par hub.brussels prouve l’intérêt des habitants de la capitale pour ce type de commerce. Ils sont ainsi 8 sur 10 à avoir déjà poussé les portes d’un pop-up store et un tiers d’entre eux avoue même être plus facilement tenté par une boutique éphémère que par un magasin classique. Qu’est-ce qui les attirent ? Toujours selon la même étude, ces magasins proposent des produits inédits (pour 34,4% des sondés), des concepts originaux (22,1%), des prix avantageux (22,1%) ainsi que des nouveautés (18%).

Etre bien préparé avant de lancer son pop-up store

Si le public semble déjà prêt, l’entrepreneur doit l’être encore plus. Ce n’est pas parce qu’une boutique est éphémère que le risque et la préparation sont minimes. Car le pop-up store permet de confronter son concept, en conditions réelles. « C’est fondamental », explique Isabelle Grippa, CEO de hub.brussels. « Le pop-up store permet de tester son produit et si besoin de le réorienter. Il n’y a pas de logique d’échec car le test permet aussi de s’améliorer ». Se faire accompagner par des structures peut ainsi être utile et encore diminuer le risque. « Il ne faut pas investir tout ce qu’on a pour pouvoir ouvrir son pop-up store ».

Un accompagnement spécifique pour les entrepreneurs

Si, en Wallonie, la plateforme UrbanRetail met en lien candidats-entrepreneurs et propriétaires de biens, l’accompagnement est plus complet en Région bruxelloise. Avec l’Auberge Espagnole, Kanal Store et Taste.Brussels, trois programmes spécifiques d’accompagnement et de lancement sont destinés aux jeunes entrepreneurs et créateurs désirant ouvrir une boutique éphémère. « Avec ces trois initiatives, les entrepreneurs de la nouvelle génération trouvent un cadre pour démarrer leur projet, une éthique de travail basée sur le respect de l’autre et de l’environnement, ainsi qu’une réflexion qui objective les prises de décisions », ajoute encore Isabelle Grippa. De quoi mettre son projet de pop-up store sous les meilleurs auspices.

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronavirus Saint Luc Dépistage (3)

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: la situation reste stable

  2. RTX6RRVS

    Jane Goodall: «Cette pandémie, nous l’avons causée nous-mêmes»

  3. d-20191103-3X0PC6 2020-05-30 13:46:50

    Le Prince Joachim, positif au Covid-19, en quarantaine à Cordoue, en Espagne

La chronique
  • Handicaps et mesures sanitaires: comment couvrir des besoins invisibles

    C’est une habitude culturelle et politique tenace que d’assimiler les citoyens porteurs d’un handicap à d’autres publics dont ils se distinguent pourtant nettement. On tend à associer les personnes handicapées aux personnes âgées, aux mineurs, aux malades, aux groupes précarisés… en méconnaissant la spécificité du handicap et des besoins qu’il génère.

    La couverture médiatique de la pandémie Covid-19 n’a pas échappé à ces amalgames, non plus que la gestion fédérale de la crise : dans le corps des arrêtés ministériels de confinement, toutes les personnes « socialement vulnérables » faisaient pêle-mêle l’objet d’une dérogation commune (il était permis de se déplacer pour leur porter assistance et soins) ; au moment de planifier le déconfinement, une membre unique de la task force était censée représenter tous les enjeux sociaux, handicaps compris....

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite