Le networking, passage obligé pour croître

Le networking, passage obligé pour croître

La question est assez simple, le networking est-il indispensable quand on lance et/ou développe son entreprise ? Oui, le networking est l’un des outils les plus importants pour développer son business. D’ailleurs, même avant de démarrer, le réseau que l’on possède, digital comme physique, vous permet déjà de tester votre idée, votre projet. On voit beaucoup de gens qui démarrent leur entreprise, en ayant toujours eu le nez dans le guidon, et qui pensent que leur idée est une bonne idée. Mais c’est par après qu’ils se rendent compte qu’il n’y a pas de marché à long terme. Cela, on peut le tester dans son réseau.

Comment on se crée un réseau quand on ne part de rien ?

On ne part jamais vraiment de zéro. On connait toujours des gens qui connaissent d’autres gens. C’est en demandant des introductions, en parlant avec les gens dans le réel que l’on construit pas à pas son réseau. Ou via LinkedIn, plus facilement même.

LinkedIn, c’est l’outil ultime pour l’entrepreneur qui veut développer son réseau ?

On ne peut jamais connaitre tout le monde, juste d’autres personnes qui en connaissent d’autres comme précédemment dit. C’est la base du succès de LinkedIn, c’est important de se faire connaitre. Il y a des opportunités à trouver, les autres vont vous connaitre, vous soutenir et peut-être devenir vos premiers prospects, clients et même ambassadeurs.

Cela est plus rapide sur LinkedIn que dans la vie réelle ?

Dans la vie réelle, créer son réseau prend beaucoup de temps. On va aller à des réunions, des événements de networking dans notre domaine, rencontrer des gens, donner ses cartes de visites. Mais c’est intensif et cela coûte cher. Même si c’est un investissement à long terme.


7 astuces pour développer son réseau

Comment gère-t-on son réseau ?

Ce qui important aussi, c’est de choyer son réseau. C’est bien d’en avoir un mais les gens doivent être au courant de ce que vous faites. Et dans ce contexte, les réseaux sociaux sont très importants, car on n’a que 365 jours par an, on ne peut pas aller à la rencontre de tout le monde.

On parle ici des gens qui ont le contact facile. Comment faire quand on est « moins à l’aise » ? Il y a bien évidemment les extravertis et les introvertis. Des personnes qui ont du mal à se mettre en évidence. Se créer un réseau est difficile pour eux mais il faut se faire violence et se mettre au-dessus de tout cela. Mais un réseau se crée déjà à partir de 15-20 personnes, et les « timides » auront plutôt tendance à construire des relations plus fortes avec des entrepreneurs et partenaires en qui ils ont totale confiance. Mais dans tous les cas, il faut faire du networking pour son business, c’est indéniable !

 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. epaselect USA WHITE HOUSE TRUMP BARRETT

    Pourquoi Donald Trump a choisi Amy Coney Barrett à la Cour Suprême

  2. d-20190910-3W05W2 2019-09-06 09:30:40

    La vente en viager: un concept prêt à être dépoussiéré?

  3. En aout dernier, découvrant le projet à l’abandon, le Premier ministre congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’a pas pu cacher sa surprise.

    RDC: retour sur le projet Bukanga Lonzo, l’«éléphant blanc» du Bandundu

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite