Le networking, passage obligé pour croître

Le networking, passage obligé pour croître

La question est assez simple, le networking est-il indispensable quand on lance et/ou développe son entreprise ? Oui, le networking est l’un des outils les plus importants pour développer son business. D’ailleurs, même avant de démarrer, le réseau que l’on possède, digital comme physique, vous permet déjà de tester votre idée, votre projet. On voit beaucoup de gens qui démarrent leur entreprise, en ayant toujours eu le nez dans le guidon, et qui pensent que leur idée est une bonne idée. Mais c’est par après qu’ils se rendent compte qu’il n’y a pas de marché à long terme. Cela, on peut le tester dans son réseau.

Comment on se crée un réseau quand on ne part de rien ?

On ne part jamais vraiment de zéro. On connait toujours des gens qui connaissent d’autres gens. C’est en demandant des introductions, en parlant avec les gens dans le réel que l’on construit pas à pas son réseau. Ou via LinkedIn, plus facilement même.

LinkedIn, c’est l’outil ultime pour l’entrepreneur qui veut développer son réseau ?

On ne peut jamais connaitre tout le monde, juste d’autres personnes qui en connaissent d’autres comme précédemment dit. C’est la base du succès de LinkedIn, c’est important de se faire connaitre. Il y a des opportunités à trouver, les autres vont vous connaitre, vous soutenir et peut-être devenir vos premiers prospects, clients et même ambassadeurs.

Cela est plus rapide sur LinkedIn que dans la vie réelle ?

Dans la vie réelle, créer son réseau prend beaucoup de temps. On va aller à des réunions, des événements de networking dans notre domaine, rencontrer des gens, donner ses cartes de visites. Mais c’est intensif et cela coûte cher. Même si c’est un investissement à long terme.


7 astuces pour développer son réseau

Comment gère-t-on son réseau ?

Ce qui important aussi, c’est de choyer son réseau. C’est bien d’en avoir un mais les gens doivent être au courant de ce que vous faites. Et dans ce contexte, les réseaux sociaux sont très importants, car on n’a que 365 jours par an, on ne peut pas aller à la rencontre de tout le monde.

On parle ici des gens qui ont le contact facile. Comment faire quand on est « moins à l’aise » ? Il y a bien évidemment les extravertis et les introvertis. Des personnes qui ont du mal à se mettre en évidence. Se créer un réseau est difficile pour eux mais il faut se faire violence et se mettre au-dessus de tout cela. Mais un réseau se crée déjà à partir de 15-20 personnes, et les « timides » auront plutôt tendance à construire des relations plus fortes avec des entrepreneurs et partenaires en qui ils ont totale confiance. Mais dans tous les cas, il faut faire du networking pour son business, c’est indéniable !

 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-168437410-full

    Négociations fédérales: les coulisses d'une semaine décisive

  2. Tatone-BFN-Banks-Gold-logo OK (2)

    FinCEN Files: Belfius a distribué du cash par millions à un acheteur d’«or sale»

  3. belgaimage-137040188-full

    Jean-Charles Brisard: «Les islamistes engendrent un climat de tension permanent»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: Au {brame}, citoyens!

    Depuis quelques jours, les forêts d’Ardenne et de Navarre connaissent une agitation singulière. Dès la nuit tombante, de petits groupes se faufilent sous la futaie, dans un silence recueilli. À leur tête, un guide familier des lieux chemine, vers on ne sait quel sanctuaire. Soudain, il s’arrête, réprime le frémissement qui a gagné ses ouailles et chuchote : « C’est par là ! Vous entendez ? » Un cri rauque et caverneux court sur la fagne, auquel répondent plusieurs autres, dans le lointain.

    Naguère, les cerfs bramant le soir au fond des bois n’attiraient que les nemrods et les raboliots. Aujourd’hui, le spectacle se donne parfois à guichets fermés, pour des publics où de timides adonis coudoient des dianes délurées… à moins que ce ne soit l’inverse. Et lorsque le seigneur de la forêt quitte la scène, chacun se retrouve au gîte, un vin fumant à la main, pour commenter la sensuelle bestialité de ces cris qui vous prennent aux tripes.

    Brame, bramer, bramement sont des mots de...

    Lire la suite

  • Une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite