Que peut m'apporter un réseau collaboratif ?

Que peut m'apporter un réseau collaboratif ?

La révolution digitale est là. Très bien. Mais lorsqu'on est créateur de start-up ou gérant de PME, on n'a pas toujours le temps de s'en occuper. On se contente d'un site Internet «vitrine», d'une présence sur les réseaux sociaux, d'un CV sur LinkedIn et d'une boîte mail. Pour ce qui est d'un intranet - qui permet à une équipe de s'échanger messages et notes -, c'est déjà plus compliqué. Idem pour un extranet -qui permet d'ouvrir le jeu à des fournisseurs. Ces infrastructures nécessitent serveur, logiciels et compétences en informatique. Dur, dur...

Une plateforme wallonne

De nouvelles solutions émergent cependant. Leurs noms : «digital workplace», «espace collaboratif», «réseau social d'entreprise». Ces nouveaux outils sont en fait des plateformes qui réunissent en un seul endroit des outils comme une messagerie instantanée, une gestion de documents, etc. Ils sont plus simples et plus abordables à utiliser.

En ce domaine, une nouvelle offre 100% belge -et même wallonne- est apparue en juin 2018 et commence à faire parler d'elle : Atis Network. «Il s'agit d'une plateforme spécifiquement centrée sur les indépendants et des PME, raconte son créateur, Pascal Lucchese, qui fut pendant quinze ans à la tête d'une fiduciaire à Libramont. Comme expert-comptable, je voyais ces entrepreneurs désemparés par rapport à la digitalisation. J'ai voulu faire quelque chose, imaginer un outil qui soit vraiment adapté à leurs besoins.» Il crée ainsi sa solution sur base d’un logiciel français, eXo. En six mois, l'entreprise passe de 0 à 14 employés. Le nombre d'utilisateurs décolle. Il devrait atteindre les 40.000 d'ici la fin de l'année.

Mettre la digitalisation à portée de tous

«Notre plateforme est hybride, poursuit le fondateur. Elle est à la fois un réseau social professionnel, une workplace et un espace collaboratif.» En ce qui concerne le réseau, il faut disposer d'un numéro de TVA pour s'inscrire. L'utilisateur est alors versé dans un répertoire des PME de sa région. Il peut rechercher des partenaires ou être contacté pour fournir un service. Il reçoit aussi des actualités ciblées. Cette partie-là est gratuite.

Côté Workplace, l'utilisateur a accès à un espace communautaire qui permet le partage de documents avec ses employés ou ses associés, le suivi de tâches, l'établissement d'un agenda, la vidéoconférence, etc. Le travail devient 100% digital. Ici, il faut régler un abonnement de base de 15 euros HTVA par mois.

Ce prix donne encore droit à la dernière grande fonctionnalité. L'abonné peut créer sur la plateforme un autre espace, destiné cette fois à mener à bien un projet spécifique. Exemple : un architecte construit une maison. Il invite ses clients et les corps de métier à se connecter sur cet espace. Il y rend ses plans consultables et y établit le calendrier du chantier. Avantages ? Plus de pertes d'infos, plus d'équivoques, plus de retards.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. epaselect USA WHITE HOUSE TRUMP BARRETT

    Pourquoi Donald Trump a choisi Amy Coney Barrett à la Cour Suprême

  2. d-20190910-3W05W2 2019-09-06 09:30:40

    La vente en viager: un concept prêt à être dépoussiéré?

  3. En aout dernier, découvrant le projet à l’abandon, le Premier ministre congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’a pas pu cacher sa surprise.

    RDC: retour sur le projet Bukanga Lonzo, l’«éléphant blanc» du Bandundu

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite