Pourquoi la facture électronique est restée en rade

Pourquoi la facture électronique est restée en rade

Les premiers textes de loi autorisant la facture électronique datent d'il y a quinze ans. Et pourtant, elle reste à ce jour... marginale. On le constate en analysant la dernière enquête de l'Agence pour la simplification administrative (ASA) sur le sujet. Sur l'ensemble des factures B2B (d'entreprise à entreprise) envoyées, 35% sont sous la forme de papier, 42,4% d'e-mail avec un document PDF, 14,2% d'e-mail avec un lien renvoyant vers un portail où trouver la facture, et enfin 8,4% seulement de fichier électronique structuré.

La «vraie» e-facture, c’est quoi ?

L'e-mail avec un PDF est en réalité une «fausse» facture électronique. En effet, le PDF ne peut pas être utilisé dans les logiciels comptables. Il faut, au préalable, le passer dans un logiciel OCR de reconnaissance optique de caractères. Tous les chiffres importants -date, numéro de TVA de l'émetteur, montants, TVA, etc.- sont alors transformés en données exploitables. Quand la facture est longue et/ou complexe, le comptable doit encore s'assurer que cette saisie a été correcte. Une opération humaine est donc encore nécessaire.

Avec le fichier électronique structuré, toute la chaîne de la comptabilité devient numérique. Les tâches d'encodage sont supprimées ; les risques d'erreur sont réduits ; le paiement est accéléré. En fait, seules les grandes sociétés utilisent entre elles cette «vraie» e-facture. La pièce passe alors de logiciel de gestion à logiciel comptable. Les PME et les indépendants, eux, en sont majoritairement restés au papier ou à l'e-mail avec PDF. Or, ils constituent 99,8% des entreprises...

«Un paysage hybride»

Pourquoi la révolution digitale ne les a pas (encore) touchés ? D'abord parce qu'ils n'y voient pas d'intérêt. Passer à l'e-facture signifie consacrer du temps, changer ses habitudes, investir... Tout cela alors que le PDF par e-mail est simple et quasi gratuit. Idéal quand on émet peu de factures. Ensuite, parce qu'au fil du temps, plusieurs formats électroniques se sont succédés : EDI, UBL, E-FFF, PEPPOL... Cela n'a pas facilité les choses. Car pour qu'une généralisation se produise, il faut qu'émetteur et récepteur utilisent le même langage. Récent, le modèle européen PEPPOL (qui est aussi un réseau) a le vent en poupe.

«Aujourd'hui, on navigue dans un paysage hybride, conclut Marc Van Thournout, comptable-fiscaliste IPCF, fondateur de la fiduciaire Logistica et spécialiste de la question. Des opérations sont restées manuelles et d'autres sont devenues numériques. De même, une foule de solutions différentes se côtoient en ce qui concerne le tout-numérique. Il est impossible de savoir laquelle va, au final, émerger. Cette profusion prouve que les choses s'accélèrent et que, cette fois, l'e-facture va prendre un vrai départ... Quant au comptable, il va disposer de plus de temps pour dispenser des conseils.»

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

    Penser le monde d’après: «L’avenir de la santé dépend autant du lien social que de l’innovation technologique»

  2. Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski , en meeting parmi ses partisans, vendredi à Zgierz.

    Pologne: une présidentielle aux airs de référendum pour ou contre le PiS

  3. Pour le télétravail durant la crise du coronavirus, un montant de 126,94 euros par mois comme indemnité de bureau est défiscalisé.

    Opération Impôts: à quoi va ressembler votre déclaration 2021?

La chronique
  • Enseignement à distance: Loin des yeux, loin du cœur des missions de l’Université

    Dans la liste des « occasions à saisir » apportées par le Covid-19, à côté du télétravail, l’e-learning (l’apprentissage à distance) et le blended learning (la multimodalité ou la pratique d’enseignement mixte, en présentiel et distanciel avec des technologies dites « nouvelles ») figurent au sommet. Cependant, il s’agit là surtout de la poursuite d’un mouvement engagé depuis une dizaine d’années, malgré une résistance passive mais parfois ferme de la part d’une grande partie du personnel académique. Dans notre beau pays, certains recteurs ou rectrices enthousiastes, voire prosélytes, et leurs équipes investies de la mission de mise en œuvre du blended learning, pourraient donc bien chercher à tirer profit de la crise : un méchant virus, un confinement et trois mois de débrouillardise et d’improvisation en ligne imposées par les autorités et sans concertation avec les acteurs de terrain sauront-ils nous convertir à cette nouvelle mise en forme de l’enseignement supérieur ? Le mécanisme politique à l’œuvre est bien connu...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite