(Faire) construire sa tiny house oui, mais où la mettre ?

(Faire) construire sa tiny house oui, mais où la mettre ?

Ecologie, minimalisme, budget, liberté par rapport aux banques… le concept des tiny houses puise son origine aux Etats-Unis avant son arrivée en Europe via la France et la Suisse. La tiny house, c’est une petite maison sur roues qui fait généralement autour des 20m². Qui choisit ce type d’habitation ? « Nous avons généralement deux catégories », explique Jacques Godefroid, gérant de N’homeMade, qui construit des tiny houses dans le Brabant wallon.

Une question de liberté et de budget

« Nous avons d’un côté des jeunes qui veulent partir du domicile familial sans dépendre des banques et pouvoir bouger si le besoin s’en ressent. Et de l’autre, il y a des personnes plus âgées, en fin de carrière. Elles peuvent être un peu précarisées par une petite pension et revendent leur maison pour une tiny house. Une meilleure qualité de vie avec du confort ».

Le budget d’une petite maison comme les tiny houses oscille en général de 40 à 60.000 euros selon les finitions et l’intérieur. Un budget qui peut encore diminuer quand on la construit soi-même, comme l’ont décidé Maxime Bonaert et Sabine Daibes.


Tiny house, timelaps

Construire sa maison de ses propres mains

C’est lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande que Maxime et Sabine voient germer l’idée d’une tiny house après une discussion avec un backpacker. Le jeune couple avait déjà eu l’occasion de vivre en caravane en Australie et s’était rendu compte qu’il n’avait pas besoin de beaucoup d’espace de vie. « Nous avons donc décidé qu’à notre retour en Belgique, nous allions en construire une nous-mêmes, faute de ressources illimitées ».

Sans être bricoleur, Maxime a effectué des recherches et leur réflexion a duré 8 mois avant de commencer la construction. « J’ai commencé en septembre et j’arrive bientôt à la fin. C’est un vrai temps-plein mais c’est difficile de tout faire tout seul. Je suis parfois bloqué ». Point de vue budget, la facture finale sera entre 25 et 30.000 euros. « Sans compter toutes mes heures de travail », ajoute Maxime.

Seul problème, où l’installer ?

Maison terminée ou pas, le problème récurrent est de savoir où l’installer. « Il y a un flou juridique chez nous », reprend Jacques Godefroid. « C’est considéré comme une habitation légère, un bâtiment qu’on peut déplacer comme une yourte ou une caravane ». Si elles sont construites sur roues, nombre d’entre elles serviront notamment comme chambre d’hôtes dans le jardin. A condition de ne pas déranger les voisins.

« A Bruxelles c’est impossible, il faut un permis d’urbanisme. En Wallonie, la commune ferme les yeux la plupart du temps », explique Maxime Bonaert. « Sauf si les voisins s’en plaignent. Alors la commune peut imposer de la déplacer et il faudra bouger. Mais pour aller où ? ». En définitive, les propriétaires de tiny houses ont le même genre de problématique que les gens du voyage. A la différence qu’ils se déplacent seuls. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 67: la petite

    Pendant le confinement, il s’est passé un truc incroyable.

    La petite a demandé si elle pouvait rentrer à la maison.

    On l’appelle la petite mais elle aura trente ans en novembre. Au début de la crise, elle a tout perdu. Son boulot : elle avait deux mi-temps, un dans l’horeca (aïe), un dans la culture (aïe aïe). Et son appartement : une coloc’ sous les toits, à Bruxelles, avec deux copines. Dès que les températures ont commencé à grimper et que toute la ville a fermé, elles se sont éparpillées chacune chez des gens qui avaient de l’espace, un balcon ou – le Graal – un jardin et elles ont rendu les clés de leur mansarde.

    La petite, au début, est retournée cohabiter un moment avec son ex (relire la chronique La vie en pause du 1er mai 2020, « Jour 41 : la coloc »). Pas l’idée du siècle. En gros, ça s’est terminé sur un « Je fais mes affaires, je me casse, si j’avais pas été là, t’aurais bouffé des Aiki Noodles depuis un mois devant Les Experts Miami parce que tu sais...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite