(Faire) construire sa tiny house oui, mais où la mettre ?

(Faire) construire sa tiny house oui, mais où la mettre ?

Ecologie, minimalisme, budget, liberté par rapport aux banques… le concept des tiny houses puise son origine aux Etats-Unis avant son arrivée en Europe via la France et la Suisse. La tiny house, c’est une petite maison sur roues qui fait généralement autour des 20m². Qui choisit ce type d’habitation ? « Nous avons généralement deux catégories », explique Jacques Godefroid, gérant de N’homeMade, qui construit des tiny houses dans le Brabant wallon.

Une question de liberté et de budget

« Nous avons d’un côté des jeunes qui veulent partir du domicile familial sans dépendre des banques et pouvoir bouger si le besoin s’en ressent. Et de l’autre, il y a des personnes plus âgées, en fin de carrière. Elles peuvent être un peu précarisées par une petite pension et revendent leur maison pour une tiny house. Une meilleure qualité de vie avec du confort ».

Le budget d’une petite maison comme les tiny houses oscille en général de 40 à 60.000 euros selon les finitions et l’intérieur. Un budget qui peut encore diminuer quand on la construit soi-même, comme l’ont décidé Maxime Bonaert et Sabine Daibes.


Tiny house, timelaps

Construire sa maison de ses propres mains

C’est lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande que Maxime et Sabine voient germer l’idée d’une tiny house après une discussion avec un backpacker. Le jeune couple avait déjà eu l’occasion de vivre en caravane en Australie et s’était rendu compte qu’il n’avait pas besoin de beaucoup d’espace de vie. « Nous avons donc décidé qu’à notre retour en Belgique, nous allions en construire une nous-mêmes, faute de ressources illimitées ».

Sans être bricoleur, Maxime a effectué des recherches et leur réflexion a duré 8 mois avant de commencer la construction. « J’ai commencé en septembre et j’arrive bientôt à la fin. C’est un vrai temps-plein mais c’est difficile de tout faire tout seul. Je suis parfois bloqué ». Point de vue budget, la facture finale sera entre 25 et 30.000 euros. « Sans compter toutes mes heures de travail », ajoute Maxime.

Seul problème, où l’installer ?

Maison terminée ou pas, le problème récurrent est de savoir où l’installer. « Il y a un flou juridique chez nous », reprend Jacques Godefroid. « C’est considéré comme une habitation légère, un bâtiment qu’on peut déplacer comme une yourte ou une caravane ». Si elles sont construites sur roues, nombre d’entre elles serviront notamment comme chambre d’hôtes dans le jardin. A condition de ne pas déranger les voisins.

« A Bruxelles c’est impossible, il faut un permis d’urbanisme. En Wallonie, la commune ferme les yeux la plupart du temps », explique Maxime Bonaert. « Sauf si les voisins s’en plaignent. Alors la commune peut imposer de la déplacer et il faudra bouger. Mais pour aller où ? ». En définitive, les propriétaires de tiny houses ont le même genre de problématique que les gens du voyage. A la différence qu’ils se déplacent seuls. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «La green card» européenne et le coronapass belge, même combat? Pas tout à fait. Mais ce qui est presque acquis c’est que les deux solutions en cours d’élaboration ne feront, en réalité, qu’une.

    Coronapass: l’Europe et la Belgique avancent à marche forcée

  2. TOPSHOT-PALESTINIAN-GAZA-ISRAEL-CONFLICT

    De l’esplanade des Mosquées à Gaza, l’escalade de la violence

  3. La juge d’instruction Sabine Khéris lors d’une reconstitution.

    Ces femmes qui ont acculé Michel Fourniret aux aveux

La chronique
  • Au-delà de la tribune des militaires, le néofascisme dans le texte

    Entre 1965 et 1976, j’ai, en tant que journaliste grand reporter (qualificatif ridicule, soit dit en passant), couvert tous les coups d’Etat militaires qui, de la Grèce au Chili, du Brésil à l’Argentine, en passant par le Cambodge (et préalablement par l’Indonésie), portèrent au pouvoir des dictateurs galonnés.

    Dans tous les cas, c’est l’activisme d’une certaine ultra-gauche qui, en affaiblissant le camp démocrate, en l’isolant de sa base populaire et en servant d’alibi aux militaires d’extrême droite fit le jeu de ces juntes fascisantes.

    Or, à quoi assiste-t-on ces jours-ci en France ? A une sorte de remake caricatural, à la fois lamentable et ridicule, de ces tragiques événements : des gradés militaires extrémistes, généraux à la retraite compris, qui, arguant du « délitement généralisé », selon eux, de la situation sécuritaire et des excès de l’extrême gauche, évoquent l’éventuelle nécessité d’une intervention de l’armée d’active pour éviter une guerre civile dont ils précisent qu’elle ferait des milliers de morts....

    Lire la suite

  • Un coronapass européen et que ça saute! C’est pas gagné...

    Dans une Union européenne où tout projet concret prend un temps fou, voilà qu’il est question de mettre au point pour l’été un pass permettant aux Européens de voyager d’un pays à l’autre. Et nous sommes… le 11 mai.

    Voilà donc qu’en quelques semaines, l’Union serait capable de définir les conditions d’octroi, de trancher sur la gratuité des tests, de cadrer le cas « Spoutnik », d’organiser la circulation des données et de mettre le document (digital et papier) en place ? Le tout dans...

    Lire la suite