(Faire) construire sa tiny house oui, mais où la mettre ?

(Faire) construire sa tiny house oui, mais où la mettre ?

Ecologie, minimalisme, budget, liberté par rapport aux banques… le concept des tiny houses puise son origine aux Etats-Unis avant son arrivée en Europe via la France et la Suisse. La tiny house, c’est une petite maison sur roues qui fait généralement autour des 20m². Qui choisit ce type d’habitation ? « Nous avons généralement deux catégories », explique Jacques Godefroid, gérant de N’homeMade, qui construit des tiny houses dans le Brabant wallon.

Une question de liberté et de budget

« Nous avons d’un côté des jeunes qui veulent partir du domicile familial sans dépendre des banques et pouvoir bouger si le besoin s’en ressent. Et de l’autre, il y a des personnes plus âgées, en fin de carrière. Elles peuvent être un peu précarisées par une petite pension et revendent leur maison pour une tiny house. Une meilleure qualité de vie avec du confort ».

Le budget d’une petite maison comme les tiny houses oscille en général de 40 à 60.000 euros selon les finitions et l’intérieur. Un budget qui peut encore diminuer quand on la construit soi-même, comme l’ont décidé Maxime Bonaert et Sabine Daibes.


Tiny house, timelaps

Construire sa maison de ses propres mains

C’est lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande que Maxime et Sabine voient germer l’idée d’une tiny house après une discussion avec un backpacker. Le jeune couple avait déjà eu l’occasion de vivre en caravane en Australie et s’était rendu compte qu’il n’avait pas besoin de beaucoup d’espace de vie. « Nous avons donc décidé qu’à notre retour en Belgique, nous allions en construire une nous-mêmes, faute de ressources illimitées ».

Sans être bricoleur, Maxime a effectué des recherches et leur réflexion a duré 8 mois avant de commencer la construction. « J’ai commencé en septembre et j’arrive bientôt à la fin. C’est un vrai temps-plein mais c’est difficile de tout faire tout seul. Je suis parfois bloqué ». Point de vue budget, la facture finale sera entre 25 et 30.000 euros. « Sans compter toutes mes heures de travail », ajoute Maxime.

Seul problème, où l’installer ?

Maison terminée ou pas, le problème récurrent est de savoir où l’installer. « Il y a un flou juridique chez nous », reprend Jacques Godefroid. « C’est considéré comme une habitation légère, un bâtiment qu’on peut déplacer comme une yourte ou une caravane ». Si elles sont construites sur roues, nombre d’entre elles serviront notamment comme chambre d’hôtes dans le jardin. A condition de ne pas déranger les voisins.

« A Bruxelles c’est impossible, il faut un permis d’urbanisme. En Wallonie, la commune ferme les yeux la plupart du temps », explique Maxime Bonaert. « Sauf si les voisins s’en plaignent. Alors la commune peut imposer de la déplacer et il faudra bouger. Mais pour aller où ? ». En définitive, les propriétaires de tiny houses ont le même genre de problématique que les gens du voyage. A la différence qu’ils se déplacent seuls. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite