Ces apps qui vous dégotent un parking en ville

Ces apps qui vous dégotent un parking en ville

Ces dernières années, une profusion d'initiatives ont vu le jour pour tenter d'améliorer la mobilité en ville. La liste est longue : voitures en location sur des emplacements (Cambio, Zen Car, Ubeeqo...), voitures en location sur la chaussée (DriveNow, Poppy/Zipcar...), véhicules avec chauffeur (Uber...), partages entre particuliers (Drivy, Taxistop, Cozycar, Caramigo...), vélos en libre-service (Villo, Billy Bike, oBike...), trottinettes électriques (Lime, Dott, Trotty...).

A côté de ces offres «sur roues», il y a aussi des offres «sur écrans». En clair : des applications pour smartphones. Certaines visent à faciliter le parking. Intéressant pour éviter de (trop) tourner à travers les rues. Les modes de fonctionnement varient. On peut en distinguer trois.

Mutualiser les espaces

Les premières apps visent à mutualiser les places. Elles mettent ainsi en relation ceux qui possèdent un emplacement -par exemple, un propriétaire dont l'allée de garage est vide en journée- et ceux qui en cherchent un. Sur ces plateformes, les premiers peuvent faire connaître leurs espaces et les seconds les réserver. Des cartes répertorient les offres et précisent les tarifs.

Des exemples ? Parkpnp liste surtout les parkings offerts par les particuliers. BePark possède des partenariats avec des copropriétés et des entreprises. MyFlexiPark est spécialisé dans le stationnement près de lieux emblématiques, comme les aéroports de Zaventem et de Gosselies.

Des algorithmes à la rescousse...

D'autres applications servent quand on arrive dans un quartier à l'improviste. cPark répertorie ainsi les différentes zones de stationnement dans une ville : gratuites, payantes, avec disque. Elle prévient lorsque la durée du ticket est écoulée et précise la probabilité que des agents de contrôle passent à cet endroit.

Polly, elle, globalise de multiples informations : cartographie de la ville, nombre de places de parking dans chaque quartier, type de places (privées/publiques...), disponibilité moyenne, etc. Ces données sont ensuite digérées par un algorithme. Au final, l'app indique à l'utilisateur là où il aura le plus de chances de trouver une place à proximité de sa destination. Cette initiative, active dans 65 cités, a débarqué récemment à Bruxelles.

Payer via smartphone

Enfin, il y a un troisième type de logiciels : ceux permettant de payer de façon automatique les parcmètres. Ici, la concurrence est vive avec Whoosh, OPnGO, Yellowbrick, 4411 ou encore Parkmobile. Il suffit de s'inscrire, de rentrer sa plaque d'immatriculation et de donner ses coordonnées bancaires. Les transactions passent par le smartphone de manière sécurisée. Lors de celles-ci, ces apps prélèvent une rémunération. Mais seul le temps effectif du stationnement est payé ; jamais plus. C'est toujours ça de gagné, vu la propension des municipalités à rendre payantes toutes les rues...

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @News

    L’athlétisme belge revient de l’Euro en bombant le torse

  2. «King Kong Théorie» déjoue les statistiques: mise en scène par Julie Nayer, cette adaptation du texte de Virginie Despentes est interprétée magistralement par Marie-Noëlle Hébrant, Maud Lefebvre et Delphine Ysaye.

    Scènes: les femmes encore et toujours reléguées au second plan

  3. Depuis mercredi 3 mars, le Sénégal est en proie à des heurts violents. Le gouvernement interdit désormais toute manifestation.

    L’arrestation d’un opposant politique enflamme le Sénégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, jour 359: le tattoo»

    Aujourd’hui, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est l’anniversaire de Jean-Mich’. Joyeux annif, Jean-Mich’ ! Jean-Mich’, 53 ans, est heureux parce qu’il y a une semaine, un peu en avance, il a reçu le plus beau des cadeaux : du boulot.

    Des mois qu’il en rêvait. C’était sur sa liste à Saint Nicolas, sur sa liste au Père Noël. Des clous, oui ! « Tu attendras, comme tout le monde », les vieux barbus ont répondu. Et là, alléluia, c’est reparti comme en 40. Enfin, comme en 19.

    Jean-Mich’ est tatoueur. En mars 2020, tout le monde avait oublié les tatoueurs. Personne n’avait songé à leur dire qu’ils faisaient bien partie des secteurs éligibles aux fonds d’aides régionales, celui des « services personnels ». Code Nace 96092 à introduire pour la demande d’indemnisation. Ouf.

    Quand Jean-Mich’ l’a découvert, il a vite fait suivre aux copains et copines mais c’...

    Lire la suite

  • Réforme de l’Etat: simplifier le modèle n’est pas un exercice vain

    Tout a commencé avec la répartition des fonds européens du Plan pour la reprise et la résilience. 395 petits millions pour Bruxelles. Les échos, persistants, de la négociation : la Flandre (Jan Jambon, N-VA) et la Wallonie (Elio Di Rupo, PS) se sont entendues (sucrées) sur le dos de Bruxelles. Un signe de plus de la dérive des continents wallons et bruxellois, que le pont de la Fédération ne peut éviter ? Une preuve supplémentaire que, dans le fédéralisme belge, le chacun pour soi l’a emporté sur l’esprit de coopération ?...

    Lire la suite