Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Les chasseurs de têtes sont de plus en plus actifs. En cause : la capacité qu’ont les employés aujourd’hui à vouloir se détourner de leur job pour aller tenter l’expérience ailleurs. Nous avons relevé cinq choses à faire qui vous permettront, peut-être, de retenir vos meilleurs employés.

Donnez-moi des perspectives

Certains diront que cela ressemble à une carotte mise devant le nez de l’âne, mais c'est pourtant un point essentiel au bonheur de vos employés. Démontrez-leur régulièrement que votre entreprise est résolument tournée vers l’avenir et que vous n'envisagez pas de conquérir celui-ci sans leurs compétences spécifiques.

Donnez-moi des projets

Il n’y a rien de pire qu’un employé qui s’embête. On parle de bore out. C’est l’inverse du burn-out, mais cela a les mêmes conséquences. L’employé frappé par ce sentiment se désintéresse totalement de l’entreprise et finit par chercher ailleurs s’il ne peut pas se rendre réellement utile.

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Curieusement, le salaire ne serait que la partie émergée de l’iceberg que constitue la satisfaction de l’employé. Venir travailler dans votre entreprise chaque jour doit être synonyme de défis divers et variés. Au fil des ans, vos employés ont acquis des compétences. N’oubliez jamais de leur donner l’envie de les développer.

Donnez-moi un feeling d’entreprise

L’époque où le patron regardait ses employés du haut de son bureau est révolue. Aujourd’hui, quand un employé fait du bon boulot, il apprécie qu’on le lui dise. C’est l’inverse du bâton qui accompagne souvent la carotte dont on parlait avant. Certes, cela peut paraître infantilisant de donner des bons points à ses employés, mais intelligemment fait, cela offrira un regain de motivation.

Donnez-moi de la joie

On passe, en moyenne, un tiers de son temps au sein de son entreprise. Que vous dirigiez celle-ci ou que vous en soyez l’employé, il est primordial de trouver une forme de joie, de bonheur, à venir travailler. Créez un climat de confiance qui permettra à chacun de se sentir bien et de se réjouir, chaque matin, de venir bosser. Certes, ces cinq points ne sont pas la panacée, mais permettront sans doute aux indécis de se dire qu’il n’est pas nécessaire d’aller voir ailleurs pour être heureux.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

  2. Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  3. Le drive-in, avec le confort de sa voiture et la sécurité de distanciation en ces temps de Covid, c’est «
la
» formule qui marche.

    Ça roule pour le cinéma drive-in

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite