Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Edition numérique des abonnés

Les chasseurs de têtes sont de plus en plus actifs. En cause : la capacité qu’ont les employés aujourd’hui à vouloir se détourner de leur job pour aller tenter l’expérience ailleurs. Nous avons relevé cinq choses à faire qui vous permettront, peut-être, de retenir vos meilleurs employés.

Donnez-moi des perspectives

Certains diront que cela ressemble à une carotte mise devant le nez de l’âne, mais c'est pourtant un point essentiel au bonheur de vos employés. Démontrez-leur régulièrement que votre entreprise est résolument tournée vers l’avenir et que vous n'envisagez pas de conquérir celui-ci sans leurs compétences spécifiques.

Donnez-moi des projets

Il n’y a rien de pire qu’un employé qui s’embête. On parle de bore out. C’est l’inverse du burn-out, mais cela a les mêmes conséquences. L’employé frappé par ce sentiment se désintéresse totalement de l’entreprise et finit par chercher ailleurs s’il ne peut pas se rendre réellement utile.

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Curieusement, le salaire ne serait que la partie émergée de l’iceberg que constitue la satisfaction de l’employé. Venir travailler dans votre entreprise chaque jour doit être synonyme de défis divers et variés. Au fil des ans, vos employés ont acquis des compétences. N’oubliez jamais de leur donner l’envie de les développer.

Donnez-moi un feeling d’entreprise

L’époque où le patron regardait ses employés du haut de son bureau est révolue. Aujourd’hui, quand un employé fait du bon boulot, il apprécie qu’on le lui dise. C’est l’inverse du bâton qui accompagne souvent la carotte dont on parlait avant. Certes, cela peut paraître infantilisant de donner des bons points à ses employés, mais intelligemment fait, cela offrira un regain de motivation.

Donnez-moi de la joie

On passe, en moyenne, un tiers de son temps au sein de son entreprise. Que vous dirigiez celle-ci ou que vous en soyez l’employé, il est primordial de trouver une forme de joie, de bonheur, à venir travailler. Créez un climat de confiance qui permettra à chacun de se sentir bien et de se réjouir, chaque matin, de venir bosser. Certes, ces cinq points ne sont pas la panacée, mais permettront sans doute aux indécis de se dire qu’il n’est pas nécessaire d’aller voir ailleurs pour être heureux.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un premier tournant, dès la 7 e  minute : Al-Dakhil est exclu pour une faute en position de dernier défenseur.

    Le Clasico n’aura duré que… sept minutes

  2. Annemie Schaus: «Nous avons la volonté de réduire les dépenses que provoque le maintien de plusieurs petites filières peu fréquentées, sans pour autant les supprimer.»

    Annemie Schaus, rectrice de l’ULB: «La fusion entre l’UCLouvain et Saint-Louis n’est pas du tout un tabou»

  3. Annette, infirmière, prépare les doses de vaccin dans les lycées de Seine-Saint-Denis... Pendant les temps morts, elle «prospecte», un ballon à la main s’il le faut.

    Coronavirus: en Seine-Saint-Denis, les piqueurs font la tournée des lycées

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 556: le grec

    Ces neuf derniers mois, il s’est passé un truc incroyable. Plus de 4.000 variants du SARS-CoV-2 ont été identifiés à travers le monde. Tout sauf une surprise. C’est un processus naturel, le virus mute pour assurer sa survie. Voix off de l’infectiologue : « Il mute ou il varie, attention c’est pas pareil/blabla/Les variants sont des souches virales sur lesquelles il y a plusieurs mutations/blabla/Comme le virus mute en permanence, une souche peut alors porter une quinzaine de mutations/blabla/L’expression “double mutant”  ne veut donc rien dire du tout, c’est “une invention des journalistes…”  »

    Nous, ce qu’on retient, c’est que, partout où il passe, il fait des bébés, ce gros dégueulasse : en Angleterre, en Afrique du Sud, au Brésil, en Inde, en Colombie, en Bretagne… Une vraie poule rousse, la recordwoman des poules pondeuses, 280 œufs par an. Ses œufs à lui sont hérissés de piques, moches, avides et cruels. Bien pire...

    Lire la suite

  • De la difficulté de finir un marathon

    C’était il y a moins d’un an à peine. Fin 2020, le pays lançait sa campagne de vaccination contre le covid et illico, les premières critiques fusaient. Pas assez de doses, rythme d’injections ridicule, querelles partisanes autour de la localisation des centres de vaccination… : pour d’aucuns, on allait voir ce qu’on allait voir, la Belgique allait rester la risée du monde comme elle l’était depuis mars 2020.

    On allait...

    Lire la suite