Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Les chasseurs de têtes sont de plus en plus actifs. En cause : la capacité qu’ont les employés aujourd’hui à vouloir se détourner de leur job pour aller tenter l’expérience ailleurs. Nous avons relevé cinq choses à faire qui vous permettront, peut-être, de retenir vos meilleurs employés.

Donnez-moi des perspectives

Certains diront que cela ressemble à une carotte mise devant le nez de l’âne, mais c'est pourtant un point essentiel au bonheur de vos employés. Démontrez-leur régulièrement que votre entreprise est résolument tournée vers l’avenir et que vous n'envisagez pas de conquérir celui-ci sans leurs compétences spécifiques.

Donnez-moi des projets

Il n’y a rien de pire qu’un employé qui s’embête. On parle de bore out. C’est l’inverse du burn-out, mais cela a les mêmes conséquences. L’employé frappé par ce sentiment se désintéresse totalement de l’entreprise et finit par chercher ailleurs s’il ne peut pas se rendre réellement utile.

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Curieusement, le salaire ne serait que la partie émergée de l’iceberg que constitue la satisfaction de l’employé. Venir travailler dans votre entreprise chaque jour doit être synonyme de défis divers et variés. Au fil des ans, vos employés ont acquis des compétences. N’oubliez jamais de leur donner l’envie de les développer.

Donnez-moi un feeling d’entreprise

L’époque où le patron regardait ses employés du haut de son bureau est révolue. Aujourd’hui, quand un employé fait du bon boulot, il apprécie qu’on le lui dise. C’est l’inverse du bâton qui accompagne souvent la carotte dont on parlait avant. Certes, cela peut paraître infantilisant de donner des bons points à ses employés, mais intelligemment fait, cela offrira un regain de motivation.

Donnez-moi de la joie

On passe, en moyenne, un tiers de son temps au sein de son entreprise. Que vous dirigiez celle-ci ou que vous en soyez l’employé, il est primordial de trouver une forme de joie, de bonheur, à venir travailler. Créez un climat de confiance qui permettra à chacun de se sentir bien et de se réjouir, chaque matin, de venir bosser. Certes, ces cinq points ne sont pas la panacée, mais permettront sans doute aux indécis de se dire qu’il n’est pas nécessaire d’aller voir ailleurs pour être heureux.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite