Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Les chasseurs de têtes sont de plus en plus actifs. En cause : la capacité qu’ont les employés aujourd’hui à vouloir se détourner de leur job pour aller tenter l’expérience ailleurs. Nous avons relevé cinq choses à faire qui vous permettront, peut-être, de retenir vos meilleurs employés.

Donnez-moi des perspectives

Certains diront que cela ressemble à une carotte mise devant le nez de l’âne, mais c'est pourtant un point essentiel au bonheur de vos employés. Démontrez-leur régulièrement que votre entreprise est résolument tournée vers l’avenir et que vous n'envisagez pas de conquérir celui-ci sans leurs compétences spécifiques.

Donnez-moi des projets

Il n’y a rien de pire qu’un employé qui s’embête. On parle de bore out. C’est l’inverse du burn-out, mais cela a les mêmes conséquences. L’employé frappé par ce sentiment se désintéresse totalement de l’entreprise et finit par chercher ailleurs s’il ne peut pas se rendre réellement utile.

Donnez-moi des raisons de m’impliquer

Curieusement, le salaire ne serait que la partie émergée de l’iceberg que constitue la satisfaction de l’employé. Venir travailler dans votre entreprise chaque jour doit être synonyme de défis divers et variés. Au fil des ans, vos employés ont acquis des compétences. N’oubliez jamais de leur donner l’envie de les développer.

Donnez-moi un feeling d’entreprise

L’époque où le patron regardait ses employés du haut de son bureau est révolue. Aujourd’hui, quand un employé fait du bon boulot, il apprécie qu’on le lui dise. C’est l’inverse du bâton qui accompagne souvent la carotte dont on parlait avant. Certes, cela peut paraître infantilisant de donner des bons points à ses employés, mais intelligemment fait, cela offrira un regain de motivation.

Donnez-moi de la joie

On passe, en moyenne, un tiers de son temps au sein de son entreprise. Que vous dirigiez celle-ci ou que vous en soyez l’employé, il est primordial de trouver une forme de joie, de bonheur, à venir travailler. Créez un climat de confiance qui permettra à chacun de se sentir bien et de se réjouir, chaque matin, de venir bosser. Certes, ces cinq points ne sont pas la panacée, mais permettront sans doute aux indécis de se dire qu’il n’est pas nécessaire d’aller voir ailleurs pour être heureux.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10892087-031.JPG

    Je confine, tu confines, moi non plus

  2. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  3. POLITICS CONSULTATION COMMITTEE

    Couvre-feu, limitation dans les commerces, enseignement, sport…: les nouvelles mesures en Wallonie

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite