Pourquoi vous devriez tomber la cravate (dès maintenant)

Pourquoi vous devriez tomber la cravate (dès maintenant)

Des scientifiques de l'Université de Schleswig-Holstein en Allemagne se sont penchés sur la question du port de la cravate dans un environnement de travail et leurs conclusions ont été publiées dans la revue Neuroradiology. Selon les chercheurs, un noeud serré provoque une réduction de l'afflux sanguin au cerveau. L'impact a même été mesuré par IRM : la circulation sanguine est réduite de 7,5% en moyenne.

Pas de conséquence directe connue sur la santé à ce stade, mais une nouvelle confirmation des risques que représente, à long terme, le port de la cravate nouée à un col fermé : ralentissement potentiel de l'activité cérébrale et limitation des capacités cognitives. En 2003, New Scientist relayait déjà autre étude concluant à des troubles de la vue progressifs, en cas de port trop serré.


Bref – J'ai passé un entretien d’embauche

La banque, moins le dress code

Sans rapport direct avec l’urgence sanitaire, Goldman Sachs vient de frapper un grand coup dans un univers où la cravate fait encore figure de must-have, celui de la finance. Les banquiers restent en effet, aujourd’hui encore, les premiers porteurs de cravate, devant les avocats, les consultants et les pilotes. La banque américaine a annoncé début mars un assouplissement généralisé du code vestimentaire pour tous ses employés. Une évolution impensable il y a quelques années, à quelques exceptions près, notamment dans les départements digitaux (IT notamment).

Dans une lettre adressée à plus de 35.000 salariés, le nouveau patron de la banque américaine a annoncé que le souliers de ville, le costume et la cravate n'étaient plus des éléments indispensables du dress code de la banque en 2019, sauf dans certaines situations. Goldman Sachs faisait encore figure de résistant, alors que son concurrent JPMorgan Chase a entamé une mutation vers un code vestimentaire plus souple il y a plus de trois ans déjà.

Pour Solomon, DJ à ses heures, impossible de définir précisément ce qui relève du trop casual ; il préfère renvoyer les collaborateurs à leur conscience : "Nous savons tous ce qui est acceptable et inacceptable sur un lieu de travail!" L'annonce intervient dans un cadre de mutation généralisée du lieu de travail vers un environnement plus informel. Une manière également d'attirer une nouvelle génération de collaborateurs - Millennials, mais pas que -, désenchantée à l’idée d’enfiler un costume trois pièces à la sortie de la douche.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite