Pourquoi vous devriez tomber la cravate (dès maintenant)

Pourquoi vous devriez tomber la cravate (dès maintenant)

Des scientifiques de l'Université de Schleswig-Holstein en Allemagne se sont penchés sur la question du port de la cravate dans un environnement de travail et leurs conclusions ont été publiées dans la revue Neuroradiology. Selon les chercheurs, un noeud serré provoque une réduction de l'afflux sanguin au cerveau. L'impact a même été mesuré par IRM : la circulation sanguine est réduite de 7,5% en moyenne.

Pas de conséquence directe connue sur la santé à ce stade, mais une nouvelle confirmation des risques que représente, à long terme, le port de la cravate nouée à un col fermé : ralentissement potentiel de l'activité cérébrale et limitation des capacités cognitives. En 2003, New Scientist relayait déjà autre étude concluant à des troubles de la vue progressifs, en cas de port trop serré.


Bref – J'ai passé un entretien d’embauche

La banque, moins le dress code

Sans rapport direct avec l’urgence sanitaire, Goldman Sachs vient de frapper un grand coup dans un univers où la cravate fait encore figure de must-have, celui de la finance. Les banquiers restent en effet, aujourd’hui encore, les premiers porteurs de cravate, devant les avocats, les consultants et les pilotes. La banque américaine a annoncé début mars un assouplissement généralisé du code vestimentaire pour tous ses employés. Une évolution impensable il y a quelques années, à quelques exceptions près, notamment dans les départements digitaux (IT notamment).

Dans une lettre adressée à plus de 35.000 salariés, le nouveau patron de la banque américaine a annoncé que le souliers de ville, le costume et la cravate n'étaient plus des éléments indispensables du dress code de la banque en 2019, sauf dans certaines situations. Goldman Sachs faisait encore figure de résistant, alors que son concurrent JPMorgan Chase a entamé une mutation vers un code vestimentaire plus souple il y a plus de trois ans déjà.

Pour Solomon, DJ à ses heures, impossible de définir précisément ce qui relève du trop casual ; il préfère renvoyer les collaborateurs à leur conscience : "Nous savons tous ce qui est acceptable et inacceptable sur un lieu de travail!" L'annonce intervient dans un cadre de mutation généralisée du lieu de travail vers un environnement plus informel. Une manière également d'attirer une nouvelle génération de collaborateurs - Millennials, mais pas que -, désenchantée à l’idée d’enfiler un costume trois pièces à la sortie de la douche.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite