Les salons, plus que jamais incontournables

Les salons, plus que jamais incontournables

Il y a un mois avait lieu le Mobile World Congress à Barcelone. Quatre jours de salon rassemblant 2.400 exposants et plus de 100.000 visiteurs de l’industrie des télécoms. L’occasion pour toute une série d’entreprises belges de se créer et surtout d’entretenir leur réseau. Car oui, même à l’heure du digital, les salons réservés aux professionnels gardent toute leur pertinence. Et pas que pour trouver de nouveaux clients.

“Ça reste pertinent justement à l’heure du digital, insiste Camille Jeuniaux, responsable de la mission Mobile World Congress chez hub.brussels. Aujourd’hui, on a des clients aux quatre coins du monde, à qui c’est difficile de rendre visite. Un salon comme le MWC, ça permet de tous les avoir au même endroit.”

Renforcer la relation client

Certains ne viennent d’ailleurs sur place quasiment que pour ça. C’est le cas notamment de Caroline De Vos, fondatrice et COO de SatADSL. Plusieurs semaines avant le début d’un salon, son agenda est généralement déjà rempli. “C’est l'endroit idéal pour organiser des réunions. On n'a pas une minute à nous, explique-t-elle. Même si le contrat est déjà signé, il y a toujours des choses à discuter, et le fait de se voir c'est important.”

Même son de cloche du côté du cofondateur et CEO de Wooclap, Sébastien Lebbe : “ça permet de revoir des utilisateurs, et donc d'avoir du feedback, mais aussi de voir des prospects, des clients, notamment quand le salon est international.”

Voir et être vu

Autre avantage de participer à un salon BtoB (business to business, ndlr) : la veille. De nombreux acteurs, y compris les plus importants, profitent de ces événements, et de la visibilité qu’ils procurent, pour dévoiler leurs nouveautés. “C’est une vitrine vers le monde des technologies. On expose mais on voit aussi ce que font les autres”, résume Udi Shoshan, CEO d’XpertBilling.

A partir de là, plusieurs opportunités : s’inspirer de ces nouveautés, nouer des partenariats, ou simplement se montrer. “Au salon de Dubaï par exemple, le stand nous a coûté 15.000 €, précise Caroline De Vos. Mais on se doit d'y être présent, sinon c'est comme si la société existait plus. La communication par satellite est tellement un secteur de niche que si on n'y est pas, on nous oublie.”


5 objets “insolites” au MWC 2019 - Geekmap

Un stand belge commun

Le jeu en vaut donc la chandelle, à condition bien sûr de pouvoir se le permettre. C’est la raison pour laquelle, à Barcelone, les trois régions belges ont misé sur un stand collectif, subventionné par les pouvoirs publics. “Les entreprises viennent avec nous surtout parce qu’elles n’auraient pas les moyens de venir seules, reconnaît la responsable de la mission MWC chez hub.brussels. En termes de coût bien sûr - le sol nu, c'est 1200 € par m2 alors que là ils paient 1.500 € pour un stand -, mais aussi en termes de personnel. Ça prend énormément de gens pour installer un stand comme ça. On fait toute la logistique pour eux.”

“Et ça a de la gueule”, comme dirait la CEO de SatADSL, confortée dans cette opinion par le CEO d’XpertBilling : “c'est une meilleure visibilité parce que c'est un grand stand”.

Comment tirer le meilleur parti des salons ?

Sur ce point, les avis divergent. Chacun y va de sa propre expérience... en fonction de ses objectifs évidemment. Même si souvent un minimum de préparation s’impose. Pour ceux qui souhaitent profiter du salon pour rencontrer leurs différents clients, il s’agira par exemple de fixer et de préparer les rendez-vous. Pour ceux qui veulent vendre en revanche, il s’agira plutôt de trouver la meilleure manière d’attirer les prospects.

“Lors de ma première participation en tant qu’exposant, j'ai préparé beaucoup de fiches, de flyers, de formulaires de prospects, etc. Cette année, j'ai fait des publicités avant, sur LinkedIn, via de l'e-mailing. C'était plus efficace. Mais il y a toujours des surprises. Une entreprise qui vient sur votre stand pour vous proposer un partenariat par exemple”, se réjouit Udi Shoshan.

Et de l’avis général : les salons sont onéreux et chronophages. Il faut donc savoir cibler pour ne pas en faire trop.

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: la gestion juridique de la crise critiquée

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite