Objets connectés : où en serons-nous en 2025 ?

Objets connectés : où en serons-nous en 2025 ?

Thermostat, frigo, détecteur de chute, éclairage public... de plus en plus d’objets de notre quotidien se déclinent désormais en version « intelligente ». En clair, ils sont reliés à Internet pour faciliter leur utilisation, optimiser leur efficacité et réduire leurs coûts. L’Internet des objets, ou IoT (Internet of Things, ndlr), touche désormais tous les secteurs de l’économie et de la vie. Au cours des cinq années à venir, le nombre de ces objets connectés devrait plus que doubler dans le monde.


Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’idée d’un «passeport vaccination» permettant de voyager librement a d’abord été lancée par le Premier ministre grec, le conservateur Mitsotakis.

    Coronavirus: un «passeport vaccinal»? L’UE planche sur un outil pour la médecine, pas (encore?) sur un sésame

  2. Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents.

    Coronavirus: même coupée du monde, une commune n’évitera pas le virus

  3. La directrice générale du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva.

    Kristalina Georgieva: «Inversons la divergence dangereuse entre pays riches et pays pauvres»

La chronique
  • Bruxelles, capitale par défaut?

    Bruxelles lésée par la clé de répartition des fonds européens ? Ecrire cela, ce serait, a-t-on entendu, passer à côté de l’essentiel, la qualité des projets pour la reprise et la résilience. En clair, ce ne sont pas les chiffres qui comptent… On se demande, dès lors, pourquoi les chefs des gouvernements de ce Royaume ont entamé la négociation précisément par sa composante budgétaire et ses calculs d’apothicaires. Oser regretter une part trop maigre pour les Bruxellois(es), ce serait, a-t-on aussi lu, faire fi des « effets retours ». Ceux-là mêmes qu’on nous vend à chaque réforme fiscale, qui compensent tout euro concédé aux contribuables par un euro récupéré, dans l’activité économique, pour les caisses de l’Etat ? Non, pas ceux-là. Pas non plus cet effet multiplicateur que doit induire, par ses réalisations, la manne de l’Union européenne. On nous vend ici les effets « localisés ». Un nouveau récit politique dans le fédéralisme belge. Il était une fois la Région bruxelloise, qui reçoit non seulement son enveloppe, 395 millions sur 5,9 milliards, mais qui est aussi la seule entité du pays à « ...

    Lire la suite

  • Le sens des autres…

    Après moi les mouches ? C’est hélas ce que l’on doit constater. 5.000 Belges sont désormais en quarantaine forcée en raison de foyers du variant britannique du covid déclarés à Kontich et Edegem. D’où la décision de mettre « hors circuit » 1.450 étudiants, 250 membres du personnel et tous les membres de leur famille. Pour le bourgmestre de Kontich, « on connaît la cause de cette contamination, des gens revenus de vacances et qui ne sont pas allés en quarantaine ».

    Aucune...

    Lire la suite