Devenir le chef de ses anciens collègues ? Pas si évident...

Devenir le chef de ses anciens collègues ? Pas si évident...

L’évolution de carrière, beaucoup en rêvent. Et souvent, cela signifie être promu manager au sein de sa propre entreprise. C’est même l’idéal si l’on en croit le CEO d’EASI, 5 fois meilleur employeur de l’année : « chez EASI, on ne recrute pas de managers à l’extérieur. Ce serait juste le contraire de la reconnaissance. Ça reviendrait à dire vous êtes tous incompétents donc je vais aller chercher quelqu’un à l’extérieur ! »

Une relation à redéfinir

Pourtant, une telle promotion n’est pas sans poser quelques difficultés. Certes, les responsabilités s’étoffent et le salaire progresse, mais ce changement de statut ne se fait souvent pas sans susciter quelques frustrations ou jalousies. « Il y a toute la dimension humaine et émotionnelle à gérer. Ça demande quand même beaucoup de maturité dans le chef des anciens collègues d'accepter que leur ancien pote devienne leur supérieur, avec les contraintes qui vont avec », insiste Marc De Wilde, executive coach.

Car, même si le manager tend de plus en plus à devenir un leader ou un coach, la relation change. C’est un fait d’après Marc De Wilde : « il y a des limites à mettre, une façon de communiquer qui change, des choses qu'on pouvait dire et qu'on ne peut plus dire, etc. Le rapport du nouveau manager à l'équipe change, ne fût-ce que parce que c'est encore souvent cette personne-là qui va évaluer les collègues, avec à la clé un impact salarial ou promotionnel. »

Un nouveau costume à endosser

Le regard des autres n’est souvent pas la seule difficulté cependant. « Le regard que le nouveau manager porte sur lui-même peut être problématique, explique Chantal Dewandre, managing partner chez Samskara. Certains se disent maintenant que je suis chef, qu'est-ce que je fais ? Comment avoir la juste distance. Comment rester des amis, sans être des amis comme avant ? Comment rester moi-même, sans me laisser déborder ? »

Réponse de la coach : en prenant son temps ! « Il est conseillé, au début, de ne pas être différent. Ça risquerait d'engendrer un étonnement, qui engendrerait lui-même une sorte de méfiance. Il vaut donc mieux rester soi-même au début et, petit à petit, devenir un petit peu plus assertif. »

Des conversations s’imposent

Il n’empêche, les jaloux continueront sûrement de mettre en doute votre légitimité ou votre impartialité. Quant aux ex-collègues devenus vos amis proches, ils pourraient avoir du mal à faire la distinction entre votre relation au bureau et votre relation hors de l’entreprise. C’est normal. Et ce sera à vous, leur nouveau manager, de gérer ces différentes émotions.

« Ça demande d'avoir des conversations sur chacun des thèmes qui pose problème, et donc que le manager se mette en position de vulnérabilité. La vulnérabilité, c’est avoir le courage d'aller dans une situation inconfortable et d'y rester jusqu'à ce que le malentendu soit résolu. Il faut le faire sinon toute la crédibilité et donc la confiance seront perdues. »

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite