Coronavirus: la Chine change sa méthode de calcul, le bilan des décès et contaminés fait un bond

Coronavirus: la Chine change sa méthode de calcul, le bilan des décès et contaminés fait un bond
AFP

Le bilan des victimes du nouveau coronavirus dans la province du Hubei s’est alourdi de 242 décès, pour un total d’au moins 1.355 en Chine, ont annoncé jeudi les autorités locales.

Il y a par ailleurs eu 14.840 nouveaux malades dans cette province du centre du pays, foyer de l’épidémie de Covid-19, a ajouté la commission de la santé du Hubei, ce qui porte le total à près de 60.000 cas.

Ce bond est dû à une nouvelle définition plus élargie des cas d’infection, a-t-elle précisé dans un communiqué. Elle comptabilise désormais les cas « diagnostiqués cliniquement ».

Cela signifie qu’une radio pulmonaire sur les cas suspects peut être considérée comme suffisante pour diagnostiquer le virus, plutôt que les tests standard d’acide nucléique. Quelque 13.332 des nouveaux cas d’infection et une grosse moitié des nouveaux décès recensés ont été répertoriés selon le nouveau protocole, a précisé la commission.

La Chine fait le ménage

Les plus hauts responsables politiques du Hubei et de sa capitale, Wuhan, berceau de l’épidémie de pneumonie virale, ont été démis de leurs fonctions, a annoncé jeudi l’agence de presse Chine nouvelle.

Jiang Chaoliang, secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) pour la province située dans le centre du pays, a été remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong, a précisé l’agence officielle.

Le secrétaire du PCC pour la ville de Wuhan, Ma Guoqiang, qui s’était lui-même reproché fin janvier une réaction trop lente à l’apparition du virus, a également été limogé.

Le gouvernement chinois a aussi démis de ses fonctions le directeur du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, l’un des plus hauts responsables du pays à perdre son poste depuis le début de la vague de protestation en juin dernier dans l’ex-colonie britannique. Zhang Xiaoming a été renommé directeur adjoint du Bureau, a annoncé le gouvernement chinois. Il est remplacé par Xia Baolong, un haut responsable de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), une chambre législative chargée de conseiller le régime communiste.

Les têtes ont commencé à tomber en début de semaine au Hubei, à la suite de vives critiques dans l’opinion publique au sujet de la gestion de la crise.

Les deux principaux responsables de la Commission provinciale (ministère) de la Santé ont ainsi déjà été remplacés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous