Déchets nucléaires : des riverains de Tihange protestent devant l’Elysette contre un projet de stockage.

Déchets nucléaires : des riverains de Tihange protestent devant l’Elysette contre un projet de stockage.

Des riverains de la centrale nucléaire de Tihange ont manifesté jeudi matin devant le siège du gouvernement wallon, à Namur, afin de s’opposer à la demande de permis d’urbanisme introduite par Engie-Electrabel, en vue de la construction d’un entrepôt destiné à accueillir des combustibles usés à sec.

Regroupés au sein de l’Association citoyenne pour la transition énergétique (ACTE), les manifestants sont arrivés vers 09h00. Affichant une énorme banderole flanquée du slogan « Stockage des déchets radioactifs, notre sécurité bâclée », ils espéraient pouvoir interpeller les ministres à l’occasion de leur réunion hebdomadaire. Mais cette dernière aura finalement lieu ce jeudi soir.

Un permis déposé par Engie-Electrabel

La demande de permis introduite par Engie-Electrabel auprès de la Région wallonne concerne la construction de trois bâtiments d’entreposage de déchets nucléaires à sec sur le site de la centrale de Tihange.

L’administration wallonne n’a pas souhaité y donner suite en octobre dernier, estimant qu’il revient au gouvernement wallon et au fédéral de prendre cette décision. Outre une forte opposition populaire, les autorités communales d’Amay, Verlaine, Engis et Nandrin avaient fait part d’un avis défavorable.

Des inquiétudes quant à la sécurité

La balle est donc dans le camp du gouvernement wallon, qui devrait se prononcer dans les prochains jours, par l’intermédiaire du ministre de l’Aménagement du territoire, Willy Borsus. « Les combustibles qu’ils souhaitent stocker sont de catégorie C, à savoir des déchets nucléaires de haute activité, les plus dangereux. Par ailleurs, on parle d’un stockage ’temporaire’, mais de minimum 80 ans », s’inquiète du côté des manifestants Pierre Giet, porte-parole de l’ACTE.

« Il faut au minimum que les bâtiments soient bunkérisés et leur localisation revue. C’est une aberration de mettre un dispositif aussi dangereux à cet endroit, alors que l’on sait que les plans d’évacuation ne permettraient pas de répondre à l’urgence en cas d’accident », a conclu M. Giet.

Le projet est d’importance non seulement pour l’exploitation des centrales mais également en vue de leur démantèlement. Or, une décision politique est toujours attendue sur la méthode de stockage définitif de ces déchets hautement radioactifs. Il est question d’un enfouissement à 200 mètres dans le sol argileux de Mol mais d’autres scénarios sont à l’étude. Quel que soit celui qui sera retenu, sa mise en œuvre prendra des décennies et, en attendant, une capacité d’entreposage suffisante est nécessaire.

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous