Accueil Société

Pourquoi des étudiants de l’ULB s’opposent à «Charlie Hebdo»

L’USE et le Cercle féministe s’opposent à une conférence organisée jeudi soir à l’ULB. Ils dénoncent « Charlie Hebdo » comme « réactionnaire » et n’en veulent pas sur le campus.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

L’Union syndicale étudiante (USE), la section universitaire des Jeunes FGTB, alliés au Cercle féministe de l’ULB dénonce dans un communiqué la tenue, ce jeudi soir à l’ULB, d’une conférence organisée par l’ULB et le Centre d’action laïque (ULB) et consacrée à la liberté d’expression. Cette conférence permettra d’entendre Gérard Biard, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, et Marika Bret, la directrice de publication du magazine.

L’USE et le Cercle féministe considèrent que « l’ULB se rend honteusement complice de ces réactionnaires de Charlie Hebdo en les invitant à cette rencontre ». « Pas des réacs sur nos campus », concluent-ils, comme en d’autres temps cette proclamation aurait été adressée à des tenants de l’extrême droite.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

35 Commentaires

  • Posté par Devriès Arnaud, vendredi 14 février 2020, 10:33

    Vraiment hallucinant

  • Posté par Hubert Wynands, vendredi 14 février 2020, 0:12

    Quel étroitesse d’esprit pour des soit-disant universitaires

  • Posté par didier van aubel, jeudi 13 février 2020, 23:51

    Mais c'est quoi ces mômes de merde qui ne tentent même pas d'acquérir ou de varier un peu leur culture au lieu de nier celle des autres ? Mais c'est vraiment n'importe quoi ces petits merdeux qui s'érigent en moralisateurs à deux balles ! ! ! Mais on va finir par s'organiser en se rassemblant pour venir leur coller les baffes qu'ils méritent ! Ils n'ont encore strictement rien vécu et ils font la morale à tout le monde ! Mais on rêve ? Qui sont ces demeurés mentaux ? Un petit rassemblement pour leur expliquer qu'ils sont à côté de la plaque ? On y va ? Marre d'attendre ! C'est vraiment le moment de leur remettre les idées en place !

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 13 février 2020, 23:04

    Une bande de morveux qui n'a pas connu mai 68 ! Des petits merdeux qui se regardent le nombril à longueur de journée. Ils ne savent même pas ce que "liberté de penser" veut dire ! Ils n'ont jamais eu à se battre pour s'exprimer ! Ils n'ont jamais eu à se battre contre la censure d'Etat ou celle de l'église... Oui, je suis Charlie, encore, toujours et plus que jamais. Ce magazine me déplait profondément mais il exprime une certaine liberté, LA liberté... Alors rentrez chez vous et allez regarder une série pour enfants, vous ne valez pas mieux !

  • Posté par Dechamps Pascal , jeudi 13 février 2020, 22:01

    Purée, mais quelle bande de clinches. Le nombril particulariste érigé en mode de définition universel. Chaque membre d'une "communauté" particulière aura donc le devoir de censurer toute autre personne ne partageant pas ses vues. Plus une communauté est ténue en nombre plus elle deviendra un individu isolé qui se sentira brimé et autorisé à faire violence (vu son incapacité à faire partager son point de vue).

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs