Ecolo-Groen dépose une résolution pour protéger lanceurs d’alerte et journalistes

Plusieurs associations de la société civile militent pour une protection effective des lanceurs d’alerte.
Plusieurs associations de la société civile militent pour une protection effective des lanceurs d’alerte. - Photo News.

Le groupe Ecolo-Groen s’apprête à déposer une proposition de résolution à la Chambre. Son objet : la protection des lanceurs d’alerte et des journalistes. La première mouture du texte, que nous avons pu consulter en primeur, sera débattue dans les prochaines semaines.

Les députés Samuel Cogolati, Wouter De Vriendt et Séverine de Laveleye prennent en fait les devants. Une directive européenne sur le sujet a été adoptée le 23 octobre 2019, les Etats membres ont deux ans pour couler cette directive dans leur droit. « On ne veut pas une version “coca light” de cette directive », avance Samuel Cogolati. « La latitude des Etats européens est assez large. Nous voulons, à travers ce texte, protéger le canal entre un lanceur d’alerte et un journaliste et tous les secteurs de la société. Il faut dessiner les paramètres d’une protection la plus large possible. »

Citant le sort de Chelsea Manning, Julian Assange (Wikileaks) – dont le procès en Grande-Bretagne commence dans quelques jours – Edward Snowden (la surveillance de la NSA), Rui Pinto (Football Leaks), Antoine Deltour (LuxLeaks)… Ecolo-Groen souhaite aller un pas plus loin : prévoir l’octroi de visas humanitaires aux journalistes ou lanceurs d’alerte persécutés.

Sur le même sujet
SociétéGrande-Bretagne
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous