Être perfectionniste, cela... se soigne

Être perfectionniste, cela... se soigne

A l'université, les étudiants sont aujourd'hui davantage susceptibles de développer des tendances perfectionnistes que leurs aînés des années 2000 et plus encore 1990. C'est le constat que dressent deux chercheurs britanniques, Thomas Curran et Andrew Hill, dans une étude qui vient d'être publiée. Pour arriver à cette conclusion, ils ont compulsé des études menées sur le sujet aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, entre 1989 et 2016. Soit 27 ans.

Le phénomène serait tel qu'on pourrait quasi parler d'un « problème de santé publique », qui risque bien sûr de s’inviter dans les entreprises, tant chez les salariés, susceptibles de faire un burn-out, que chez les managers.

« Je réussis, donc je suis ».

Mais quel est ce problème au juste ? Vu sans recul, être perfectionniste est plutôt une qualité. C'est être sérieux dans le travail, arriver à l'heure à ses rendez-vous, rendre de bons services à ses amis... Seulement, il y a un hic. « Les perfectionnistes ont du mal à gérer les échecs qui surviennent immanquablement dans la vie, explique Céline Douilliez, professeure en psychologie clinique à l'UCLouvain et spécialiste de la question. Des émotions négatives les submergent. Car ils considèrent souvent que leur valeur personnelle dépend de leur capacité à atteindre les exigences qu’ils se sont fixées ou qu’ils pensent que les autres attendent d’eux. Ils peuvent avoir le sentiment que tout leur être est remis en question. »

Les conséquences sont alors pénalisantes voire dramatiques. « Afin d’éviter ces échecs insupportables, les perfectionnistes mettent en place différents comportements. Le salarié accumule les heures supplémentaires. Le sportif tombe dans le surentraînement. D'autres en viennent à procrastiner, c'est-à-dire à remettre des tâches à plus tard... Ces attitudes favorisent le développement ou le maintien de nombreuses difficultés psychologiques : dépression, anxiété, troubles alimentaires, burn-out, etc.»

The perfectionnist Trap – The school of Life

Acte 1 : prendre conscience

Pour expliquer cette progression du perfectionnisme à notre époque, plusieurs hypothèses existent. Les exigences professionnelles n'ont cessé de croître. La rentabilité est devenue un maître mot. Sur le plan social, la télé-réalité a introduit un climat de compétition. De leur côté, certains médias continuent de sublimer des corps humains parfaits...

Sur un campus comme Louvain-la-Neuve, des consultations psychologiques spécialisées ont été mises sur pied pour aider les étudiants mais aussi le grand public à faire face à ce type de difficultés. Jusqu'à présent, elles étaient individuelles. Dès octobre, elles se feront aussi par groupes de 6 à 10 personnes. « L'intérêt d'un travail collectif réside dans les échanges d'expériences, précise Céline Douilliez. Cela permet aux personnes de briser l'isolement dans lequel le perfectionnisme les a plongées. » Quant aux remèdes, ils commencent par une priorité, celle de prendre conscience de la situation. Ensuite, vient le travail de fond : apprendre à gérer ses émotions.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite