Être perfectionniste, cela... se soigne

Être perfectionniste, cela... se soigne

A l'université, les étudiants sont aujourd'hui davantage susceptibles de développer des tendances perfectionnistes que leurs aînés des années 2000 et plus encore 1990. C'est le constat que dressent deux chercheurs britanniques, Thomas Curran et Andrew Hill, dans une étude qui vient d'être publiée. Pour arriver à cette conclusion, ils ont compulsé des études menées sur le sujet aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, entre 1989 et 2016. Soit 27 ans.

Le phénomène serait tel qu'on pourrait quasi parler d'un « problème de santé publique », qui risque bien sûr de s’inviter dans les entreprises, tant chez les salariés, susceptibles de faire un burn-out, que chez les managers.

« Je réussis, donc je suis ».

Mais quel est ce problème au juste ? Vu sans recul, être perfectionniste est plutôt une qualité. C'est être sérieux dans le travail, arriver à l'heure à ses rendez-vous, rendre de bons services à ses amis... Seulement, il y a un hic. « Les perfectionnistes ont du mal à gérer les échecs qui surviennent immanquablement dans la vie, explique Céline Douilliez, professeure en psychologie clinique à l'UCLouvain et spécialiste de la question. Des émotions négatives les submergent. Car ils considèrent souvent que leur valeur personnelle dépend de leur capacité à atteindre les exigences qu’ils se sont fixées ou qu’ils pensent que les autres attendent d’eux. Ils peuvent avoir le sentiment que tout leur être est remis en question. »

Les conséquences sont alors pénalisantes voire dramatiques. « Afin d’éviter ces échecs insupportables, les perfectionnistes mettent en place différents comportements. Le salarié accumule les heures supplémentaires. Le sportif tombe dans le surentraînement. D'autres en viennent à procrastiner, c'est-à-dire à remettre des tâches à plus tard... Ces attitudes favorisent le développement ou le maintien de nombreuses difficultés psychologiques : dépression, anxiété, troubles alimentaires, burn-out, etc.»

The perfectionnist Trap – The school of Life

Acte 1 : prendre conscience

Pour expliquer cette progression du perfectionnisme à notre époque, plusieurs hypothèses existent. Les exigences professionnelles n'ont cessé de croître. La rentabilité est devenue un maître mot. Sur le plan social, la télé-réalité a introduit un climat de compétition. De leur côté, certains médias continuent de sublimer des corps humains parfaits...

Sur un campus comme Louvain-la-Neuve, des consultations psychologiques spécialisées ont été mises sur pied pour aider les étudiants mais aussi le grand public à faire face à ce type de difficultés. Jusqu'à présent, elles étaient individuelles. Dès octobre, elles se feront aussi par groupes de 6 à 10 personnes. « L'intérêt d'un travail collectif réside dans les échanges d'expériences, précise Céline Douilliez. Cela permet aux personnes de briser l'isolement dans lequel le perfectionnisme les a plongées. » Quant aux remèdes, ils commencent par une priorité, celle de prendre conscience de la situation. Ensuite, vient le travail de fond : apprendre à gérer ses émotions.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Frank Robben n’est pas membre du CSI mais assiste à toutes les réunions en sa qualité de «collaborateur de la BCSS» ayant préparé les dossiers.

    Vie privée: le CSI, gestionnaire de données santé en (tout) petit comité

  2. L’avant-projet de loi est proposé par Pierre-Yves Dermagne, Vice-Premier ministre et ministre de l’Economie et du Travail, avec ses collègues Tinne Van der Straeten, la ministre de l’Energie (Groen) et Eva De Bleeker, la secrétaire d’État à la Protection des consommateurs (OpenVLD).

    Energie: le gouvernement promet une facture (enfin) simplifiée

  3. Philippe Geluck.

    Le Chat Cartoon Museum suscite une nouvelle salve de réactions, positives cette fois

La chronique
  • #VisapourlaFlandre: du miel aux oreilles

    Après Georges-Louis Bouchez, Thomas Dermine ? « Cela fait très longtemps que vous avez eu des tops politiciens francophones deux semaines d’affilée sur votre plateau ! » : la satisfaction, un brin ironique, se marque sur le visage de Liesbeth Van Impe, la rédactrice en chef du Nieuwsblad qui ajoute : « Il semble moins évident pour eux aujourd’hui d’esquiver ou de dire « je ne viens pas ». Certains peuvent encore le faire – elle pointe la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) qui vient de se faire massacrer sur les réseaux sociaux pour une communication nationale en français – mais ils ont tous promis au début de la législature qu’ils s’exprimeraient à terme dans un néerlandais sans tache. C’est une très bonne évolution. » Liesbeth Van Impe prend alors à témoin Ivan De Vadder qui anime l’émission : « Vous vous êtes beaucoup plaint précédemment de ces refus francophones. Pour nous aussi, il était très difficile d’obtenir des interviews. Aujourd’hui, c’est plus facile. »

    Celui qui a suscité ce satisfecit est le...

    Lire la suite

  • Musée du Chat: d’un débat qui dérape à une revendication essentielle

    Depuis une dizaine de jours, suite à l’annonce de l’octroi du permis d’urbanisme au futur Chat Cartoon Museum imaginé par Philippe Geluck, le débat fait rage entre ceux qui soutiennent et ceux qui dénoncent le projet. Ces derniers ont été les premiers à ouvrir le feu avec, en quelques jours, plusieurs cartes blanches et lettres ouvertes, dont une pétition qui récoltait rapidement plusieurs milliers de signatures.

    Aujourd’hui, plusieurs cartes blanches de personnalités belges ou françaises prennent le...

    Lire la suite