Fin de quarantaine prévue pour les 181 premiers rapatriés de Wuhan en France

Fin de quarantaine prévue pour les 181 premiers rapatriés de Wuhan en France
AFP

Après 14 jours d’isolement dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), destinés à s’assurer qu’ils n’étaient pas infectés par le nouveau coronavirus, les 181 premiers rapatriés de Wuhan en France doivent sortir de quarantaine vendredi.

A ce jour, les autorités n’ont fait état d’aucune contamination à l’épidémie de Covid-19 parmi ces personnes placées en quarantaine après avoir quitté la ville de Wuhan (centre de la Chine), épicentre de l’épidémie.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé jeudi soir qu’elle se rendrait sur place vendredi midi. «Ils vont avoir très, très envie de partir très, très vite, donc je vais simplement les saluer. J’y vais surtout pour rencontrer toutes les équipes qui ont pris soin d’eux pendant deux semaines», a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse à Paris.

La journée de jeudi devait être consacrée aux valises, qui doivent être bouclées le soir pour de premiers départs tôt vendredi, leur ont annoncé les autorités. Ils peuvent organiser leur départ vendredi par leurs propres moyens, par exemple si des proches viennent les chercher, ou utiliser les navettes mises à disposition par les autorités pour rejoindre gare ou aéroport.

A l’approche du départ, de nombreuses personnes jonglaient entre les horaires d’avions et de trains, tandis que certaines n’avaient encore pas d’idée très précise de ce qu’elles allaient faire une fois dehors, a constaté un des trois journalistes de l’AFP en quarantaine dans le centre, où le port du masque est obligatoire dans les parties communes.

Ces 181 personnes, en grande majorité des Français, dont une partie avec leurs conjoints, avaient atterri le 31 janvier à l’aéroport militaire d’Istres, et avaient été transférés en bus jusqu’à ce centre de vacances de la Côte Bleue, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Marseille.

Après leur départ, 157 autres personnes resteront en quarantaine: 44 à Carry-le-Rouet et 113 à Aix-en-Provence, dans les locaux de l’Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (Ensosp).

Une partie est arrivée à bord d’un deuxième vol, le 2 février, et leur quarantaine doit se terminer dimanche. Les 35 personnes qui sont arrivées à bord d’un troisième vol, le 9 février, via Londres, devront a priori patienter jusqu’au 23 février.

L’adoption par les autorités d’une nouvelle définition des cas d’infection a fait bondir jeudi le bilan humain de l’épidémie en Chine à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts. En dehors de la Chine, y compris dans les régions autonomes de Macao et de Hong Kong, près de 500 cas de contamination et deux morts ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite