Cumuler plusieurs jobs, un choix de vie qui a la cote

Cumuler plusieurs jobs, un choix de vie qui a la cote

Ils seraient 200.000 en Belgique et 4,5 millions en France. Qui ? Les adeptes du slashing : un « métier d’avenir » qui consiste à… cumuler plusieurs jobs ! Du pâtissier / DJ au podologue / prof de tango, en passant par l’escrimeuse / journaliste, de plus en plus de personnes se lancent dans l’aventure des casquettes multiples.

Une façon de mettre du beurre dans les épinards, mais surtout d’assouvir une passion ou d’apporter une réponse à la question du sens. C’est le cas pour Line Fontenier, fonctionnaire la moitié du temps et entrepreneuse l’autre moitié.

Reprenons : ta PME, Nami Cosmétiques, cartonnait, mais tu décides… de tout arrêter !

Ce n’était pas un argument suffisant pour continuer. Au fil des mois (et du succès), j’étais entrée dans une logique business qui avait éteint la flamme. C’était devenu de la production à la chaine, souvent pendant la nuit, seule dans mon atelier, alors que les enfants dormaient. Une activité trop « commerciale », qui ne répondait plus à ma quête de sens.

Sans oublier la paperasse et le poids des obligations sociales et fiscales qui pèsent sur les indépendants. C’est une fonctionnaire qui le dit ! Heureusement, comme j’étais toujours dans la fonction publique, j’avais la liberté financière de dire stop pour me recentrer sur ce qui me plait réellement.

Tu continues donc à slasher ?

Oui, plus que jamais ! Je n’ai arrêté « que » la production de cosmétiques. Je poursuis tout le reste, mais avec plus de temps pour le développer. Dans ce sens, je planche sur un projet d’association dédiée à la parentalité positive.

Je ne pourrai plus me limiter à une seule activité professionnelle, mais l’argent ne sera jamais un moteur. Cette expérience m’a également permis de donner plus de valeur à mon job de fonctionnaire. Celui-ci m’offre un confort incontestable, notamment pour aménager toutes les facettes de ma vie.

Quels sont tes conseils pour les slasheurs en herbe ?

Allez-y ! Commencez modestement. Pas à pas, sans voir trop grand dès le départ, car c’est le meilleur moyen d’avoir peur de se lancer ou de se planter. Ce n’est évidemment pas tous les jours facile, mais c’est très gratifiant. Il faut une excellente organisation et la capacité à rentabiliser chaque moment « creux », comme un trajet de train ou une pause de midi.

On passe forcément moins de temps devant la télé ou sur son smartphone. J’ai également tendance à faire les choses tout de suite. Mais il faut faire gaffe au retour de manivelle… et arriver à se fixer des limites, sinon l’épuisement vous guette rapidement.

Quelles sont les principales difficultés pour une slasheuse ?

Des journées de 24h, c’est beaucoup trop peu (rires) ! On finit par accumuler la fatigue, car on ne relâche jamais la pression. On ne prend pas le temps de se reposer et c’est parfois le corps qui dit stop. Cela veut que dire que c’est déjà un peu tard…

Si tu devais résumer ta situation professionnelle de slasheuse en un mot…

Comme je suis une slasheuse, j’en choisis deux : liberté / densité ! Le plus important est vraiment la possibilité d’avoir le choix. Comme l’écrit Cédric Gras, « la liberté n’apporte rien de durable, mais vous offre des présents inestimables ».

BO du documentaire Génération slasheur

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite