Expérience employé (II), comment l’améliorer ?

Expérience employé (II), comment l’améliorer ?

Aujourd’hui, plus d’autre choix, il faut répondre au mieux aux attentes des travailleurs pour les attirer et les garder. En d’autres termes, il faut les satisfaire. Et pas de manière ponctuelle mais à long terme. Comment ? En s’adaptant aux besoins et aux envies de chacun.

Sur ce plan, les enseignements à tirer du marketing sont nombreux. De plus en plus d’entreprises cherchent à satisfaire leurs employés de la même manière qu’elles satisfont leurs clients, en apprenant à les connaître un maximum et en leur proposant une offre sur-mesure. Elles utilisent d’ailleurs les mêmes outils, comme le design thinking, les personas, ou encore le journey mapping.

Des espaces de travail multiples

L’objectif est clair : donner un choix au salarié, hyperpersonnaliser son expérience sur son lieu de travail pour stimuler sa productivité. Et ce, dans trois domaines d’après Jacob Morgan, auteur de The Employee Experience Advantage: les espaces de travail, les outils de travail et la culture de travail.

Exit les configurations uniques. Open space, bureaux, espace de co-working, salles de conférence, salles de réunion... L’espace de travail doit devenir des espaces de travail, chacun d’entre eux donnant la possibilité de se concentrer, de collaborer, d’apprendre ou de socialiser selon les besoins. “ En matière de software, vous essayez, vous faîtes des changements, vous améliorez, et vous évoluez. L’espace physique doit être pensé de la même manière “, selon Jacob Morgan.

Des technologies au service des employés

Laptop, vidéo conférence, intelligence artificielle, réseau social d’entreprise, etc., les nouvelles technologies ont avant tout pour but de faciliter la vie des travailleurs au sein des entreprises. Moins de tâches administratives et répétitives donc plus de temps pour l’innovation et la création. A condition bien sûr d’investir dans ces technologies pour la bonne raison.

Souvent, les organisations déploient des technologies qui répondent à des objectifs plutôt qu’à des besoins. En d’autres termes, elles se concentrent sur les caractéristiques techniques et investissent dans l’IT au lieu d’investir dans l’expérience employé. C’est une erreur “, explique le futuriste dans Forbes. Sa solution ? Garder un œil sur les dernières tendances, les comprendre et les tester avant, éventuellement, de les mettre en œuvre dans l’entreprise.

La culture qui correspond à votre société

Attention cependant, ce n’est pas suffisant. Ces efforts n’amélioreront l’expérience des salariés que si la culture de l’entreprise favorise l’enrichissement professionnel et personnel, si elle génère des émotions positives chez les travailleurs. Un babyfoot et une salle de sport par exemple peuvent y aider mais le changement doit être plus global.

La base c’est un bon recrutement, la bonne personne au bon endroit “, insiste Sophie Henrion, responsable marketing chez Protime. Avant de poursuivre : “ il faut faire attention à ce que la personne puisse développer son talent mais aussi faire ce qu’elle aime. Donc pour ça, il faut de la formation et un système d’évolution horizontale. Les jeunes générations ont besoin de bouger. Si on leur offre la possibilité de faire des nouvelles choses au sein de leur propre société, on les retiendra beaucoup plus facilement “.

Vu le coût engendré par un recrutement, le jeu en vaut certainement la chandelle. Même si la recette miracle n’existe pas. A chaque entreprise de co-créer sa propre culture en concertation avec ses employés.

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Septembre 2020, remake du «
pas avec le MR
», avec Georges-Louis Bouchez dans le rôle du «
mouton noir
».

    Négociations fédérales: le jeu des familles (du divorce, plutôt)

  2. d-20200913-GHVXNL 2020-09-13 17:19:21

    Santé en Lutte: itinéraire d’un déploiement policier qui fait mal

  3. Pour Johan Ickx, des milliers de Juifs auraient été sauvés grâce à Pie XII.

    Johan Ickx au «Soir»: «Je me demande pourquoi Yad Vashem ne loue pas Pie XII»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 62: le dégoût

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En ville, y avait des gens qui grouillaient dans tous les coins, dans la rue et les transports en commun, sur les terrasses, à vélo, debout, assis, partout.

    On se faufilait au milieu en louvoyant, ondulant, frôlant, évitant, avec cette impression poisseuse d’avoir enfilé des gants de crasse et de sentir grimper le long du corps des colonnes d’acaryotes, en file indienne comme des fourmis, pour tenter de se glisser sous le masque par l’entrebâillement sous le menton.

    Sans prévenir, a jailli alors comme un trop-plein de tout, un sentiment de gros beurk, une envie de se doucher au Dettol, de se terrer dans une belle cage de verre aseptisée, sur un lit avec des draps blancs et un wifi hyper puissant.

    Déjà, la veille, on avait dû désinfecter le petit qui se frottait à tout ce qu’il trouvait. Ne touche pas la rampe en montant. « Trop taaard...

    Lire la suite