Le frugalisme, ça vous tente ?

Le frugalisme, ça vous tente ?

Rassurez-vous, on ne va pas vous mettre à la diète mais simplement vous proposer d’optimiser vos dépenses afin de devoir travailler le moins longtemps possible et profiter de la vie avec une indépendance financière totale. C’est en tout cas la promesse que se font les adaptes de ce nouveau style de vie. Mais pour prendre sa retraite rapidement, comment fait-on ?

Le frugalisme est connu aussi sous le nom de mouvement FIRE (Financial Independence, Retire Early) aux Etats-Unis. Né en 1992 dans le sillage du succès de librairie « Your Money or Your Life » de Vicki Robin et Joe Dominguez, il est aujourd’hui particulièrement populaire.

Le principe est assez basique : Dépenser moins que vos rentrées financières et investir la différence dans des fonds de placement peu risqués. L’objectif étant de pouvoir capitaliser entre 40 et 50% de vos revenus.

Le mouvement FIRE, qu'est-ce que c'est ?

Si le principe est simple, la presse américaine relaie régulièrement des témoignages qui démontrent que la pratique l’est beaucoup moins… Ainsi Gwen avait décidé d’arrêter de travailler à plein temps à l’âge de 35 ans avec 190.000 dollars qu’elle avait pu accumuler. Mais, pour y parvenir, elle a dû continuer à travailler à temps partiel. Création de podcasts ou vente d’artisanat en ligne faisaient partie de son nouveau quotidien. Revenus locatifs de l’appartement qu’elle avait acheté ainsi que déménagement dans un Etat beaucoup moins cher complétaient la formule.

Tout était bien ficelé jusqu’au moment où elle s’est séparée de son copain et où elle s’est rendue compte que gérer une location à distance était devenu impossible. Aujourd’hui Gwen est retournée vivre chez ses parents et cherche un nouveau job à plein temps. Le facteur humain dans ce genre d’aventures est évidemment un élément-clé à ne pas négliger afin d’atteindre ses objectifs.

 L'histoire de Gwen, et de quelques autres



Bande annonce de Playing with FIRE: the documentary

D’autres expériences existent également, comme cette famille avec cinq enfants qui a décidé de faire une vraie pause carrière de 3 ans afin de passer du temps ensemble, avec des amis, voyager un peu -mais pas trop- car cela coûte cher. C’est un choix qui demande une grande rigueur financière au jour le jour mais qui permet de se rendre compte de la vraie valeur de l’argent et du travail nécessaire pour obtenir de quoi vivre correctement, surtout avec une grande famille, comme expliqué dans cet article.

5 enfants, en "mini retraite" à moins de 40 ans

Pour des personnes ayant déjà travaillé pendant un certain temps et donc ayant pu accumuler de l’épargne, le frugalisme est un projet qui peut aboutir mais pour les plus jeunes, la réalité du coût de la vie a du mal à passer. 65% des 22-37 ans pensent qu’ils pourront devenir millionnaires à l’âge de 45 ans. Quand on sait que 95% des jeunes travailleurs ne provisionnent pas correctement pour leur retraire, il semble difficile d’atteindre les objectifs fixés. Avec le coût de la vie qui ne fait qu’augmenter, les frais d’assurances maladie qui explosent, les experts recommandent de mettre de côté au minimum 15% de ses revenus pour ses vieux jours. C’est beaucoup plus qu’il y a 20 ans.

Les Millennials se font-ils des films quant à leur avenir ?
 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les échasseurs namurois, partie intégrante des Fêtes de Wallonie. Sander Loones préfère les jaune et noir...

    Une ode flatteuse de la N-VA à la Wallonie, au nom du confédéralisme

  2. Après le faux départs, il y avait comme une pointe d’exaspération dans l’air autour du président de la commission Covid-19 Robby De Caluwé (Open VLD).

    Coronavirus: une commission d’enquête pour gagner en efficacité

  3. Stéphane Pauwels peut commencer à respirer. La vision des plus de cinq ans de prison s’éloigne de lui.

    Stéphane Pauwels, loin des orages de sa vie

La chronique
  • {Gentil babil} sur quelques mots en -IL

    Plusieurs billets de cette chronique ont déjà évoqué les difficultés que présentait la prononciation de certaines graphies pour les apprenants du français. Tel le digramme CH, souvent imprévisible : comment différencier chaos et chahut, archevêque et archétype  ? Ou cet « e dans l’o » que certains prononcent différemment dans œnologie et dans œuf.

    D’autres ont été consacrés à des lettres que l’on prononçait ou non, selon les régions ou les moments de l’histoire du français. Ainsi, en Belgique, la fortune des dérivés de « sept » est diverse : la prononciation de septembre omet souvent le <p>, alors qu’il est présent dans septante. Et...

    Lire la suite

  • Un gouvernement, vite, dans les temps, mais pas au rabais, SVP

    Ce jeudi marque l’acte I de la Vivaldi. Le gouvernement Wilmès a en effet été prolongé de quinze jours par une majorité composée des sept partis de la coalition en devenir. On se pinçait presque en entendant les sept chefs de groupe parler d’une même voix, donner de la perspective à la mise en place d’un gouvernement et défendre une volonté de gérer en commun. Même le CD&V a évoqué la volonté déterminée de donner un projet au pays. On avait perdu l’habitude de cette union de forces constructives prêtes à mettre les mains dans le...

    Lire la suite