Le domicile parisien de Gabriel Matzneff a été perquisitionné jeudi soir

Le domicile parisien de Gabriel Matzneff a été perquisitionné jeudi soir
Photo News

Le domicile à Paris de Gabriel Matzneff a été perquisitionné jeudi dans l’enquête pour « viols sur mineur » de moins de 15 ans qui vise l’écrivain de 83 ans, a-t-on appris de source judiciaire confirmant une information du Parisien.

Ces investigations ont été menées par les policiers de l’office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) au lendemain d’une perquisition chez l’éditeur Gallimard.

Les enquêteurs recherchent des passages écrits de l’écrivain ne figurant pas dans ses ouvrages publiés, afin d’identifier des victimes potentielles.

Dans un entretien à l’ex-site Biffures, en 2008, M. Matzneff déclarait avoir « autocensuré » des « passages » de ses écrits qui risquaient d’être « jugés spécialement scandaleux » et les avoir mis « en sécurité dans un coffre de banque ».

Selon Mediapart, ce coffre-fort a été « localisé » par les enquêteurs.

>France : Gabriel Matzneff sera jugé en septembre 2021 pour « apologie » de pédophilie

L’enquête du parquet de Paris a été ouverte le 3 janvier, au lendemain de la parution du roman autobiographique « Le consentement » de Vanessa Springora. Elle y dénonce sa relation sous emprise avec l’écrivain alors qu’elle était mineure, dans les années 80.

Les enquêteurs s’étaient déjà rendus en janvier dans les locaux de Gallimard pour y chercher les ouvrages de Gabriel Matzneff.

Selon une source proche du dossier, confirmant une information de Mediapart, les enquêteurs s’intéressent aussi à Christian Giudicelli, son éditeur au sein de Gallimard et compagnon de voyage aux Philippines.

Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été diffusé mardi par l’OCRVP. Le procureur de Paris Rémi Heitz a expliqué qu’il s’agissait d’éviter qu’il y ait « des victimes oubliées ».

L’éditrice Vanessa Springora a été auditionnée par les policiers le 29 janvier, tout en ne voyant qu’une « portée symbolique » à cela à cause de la prescription des faits.

Elle est à ce jour la seule femme à avoir témoigné publiquement parmi les adolescentes séduites par Gabriel Matzneff, dont le comportement, décrit dans ses propres livres, a longtemps été toléré dans le monde littéraire parisien. En 2013, il avait obtenu le prix Renaudot essai.

Celui qui a dit dans une lettre ne pas mériter « l’affreux portrait » publié par Mme Springora a affirmé fin janvier sur BFMTV « regretter » ses pratiques pédophiles passées en Asie, tout en faisant valoir qu’« à l’époque », « jamais personne ne parlait de crime ».

C’est pour certaines de ses réactions dans la presse au livre de Mme Springora que M. Matzneff sera jugé le 28 septembre 2021 dans une autre procédure pour « apologie » d’actes pédophiles.

L’écrivain, qui s’est réfugié en Italie depuis le début de l’affaire, a été cité à comparaître par une association de prévention contre la pédophilie, l’Ange Bleu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite