Pelé rassure sur son état de santé après les propos de son fils

Pelé rassure sur son état de santé après les propos de son fils
Photo News

Pelé, légende vivante du football, a tenu à rassurer ses admirateurs en assurant jeudi qu’il allait « bien » après des propos de son fils affirmant qu’il vivait « reclus » et souffrait « d’une certaine forme de dépression ».

« Merci pour vos prières et votre inquiétude. Je vais bien. Je vais fêter mes 80 ans cette année. J’ai des bons jours et d’autres moins bons, c’est normal chez les gens de mon âge », déclare le Roi du foot dans un communiqué. « Je n’ai pas peur, je suis déterminé et j’ai confiance en moi […] Je n’évite pas d’honorer les engagements de mon agenda très chargé », poursuit le triple champion du monde.

Dans un entretien publié lundi sur le site Globoesporte.com, son fils Edinho avait affirmé que le moral de son père était en berne, affecté par les problèmes de hanche l’empêchant de marcher normalement.

« Il est assez fragile en termes de mobilité […], ce qui fait qu’il souffre d’une forme de dépression », avait déclaré le fils de Pelé. « Vous imaginez, c’est le Roi, il a toujours été une figure si imposante et aujourd’hui il n’arrive plus à marcher normalement […] Il a honte, il ne veut pas sortir, aller dans la rue. Il est replié sur lui-même, vit reclus », avait-il ajouté.

Les apparitions en public de Pelé, considéré par beaucoup comme le plus grand footballeur de l’histoire, sont de plus en plus rares.

En avril 2019, il s’était rendu à Paris pour participer à une opération promotionnelle avec le prodige français Kylian Mbappé, mais avait dû être hospitalisé en raison de problèmes rénaux. Pelé n’a qu’un rein depuis l’époque où il était encore joueur. Une côte cassée pendant un match avait endommagé son rein droit, qui lui avait finalement été retiré. Fin 2014, il avait déjà été victime d’une grave infection urinaire et placé en soins intensifs et sous dialyse.

Ancien gardien de but de Santos, le club historique de son père, Edinho, 49 ans, a eu de nombreux problèmes avec la justice, faisant plusieurs allers et retours en prison après avoir été condamné à 13 ans de réclusion pour blanchiment issu du trafic de drogue.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite